Informations

Quel est le terme général pour désigner les animaux arboricoles ?

Quel est le terme général pour désigner les animaux arboricoles ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

De nombreux types d'animaux différents vivent principalement dans les arbres, des oiseaux aux singes et au-delà.

Y a-t-il un terme général que je peux utiliser pour les désigner tous ?

Le plus proche que j'ai pu trouver est "arboricole", et je ne suis pas sûr que ce terme particulier soit approprié pour le large éventail d'animaux englobés par l'usage occasionnel de "vivant dans les arbres".


Vous avez répondu à votre propre question - arboricole.

Un autre terme qui est quelque peu lié est scansorial, décrivant les animaux qui grimpent aux arbres. Par exemple, les ours noirs et les ratons laveurs sont scansoriaux, bien qu'ils ne soient pas vraiment arboricoles. A l'inverse, il y a probablement des oiseaux arboricoles qui ne sont pas vraiment de grands grimpeurs ; ils volent ou glissent simplement entre les branches.


Anatomie

L'anatomie est la branche de la biologie qui prend en compte la structure des êtres vivants.

C'est un terme général qui peut inclure l'anatomie humaine, l'anatomie animale (zootomie) et l'anatomie végétale (phytotomie).

Dans certaines de ses facettes, l'anatomie est étroitement liée à l'embryologie, à l'anatomie comparée et à l'embryologie comparée, à travers des racines communes dans l'évolution.

L'anatomie est subdivisée en anatomie grossière (ou anatomie macroscopique) et anatomie microscopique.

L'anatomie macroscopique est l'étude des structures anatomiques qui peuvent être vues par vision non assistée.

L'anatomie microscopique est l'étude de minuscules structures anatomiques assistée par des microscopes, qui comprend l'histologie (l'étude de l'organisation des tissus) et la cytologie (l'étude des cellules).

L'anatomie ne doit pas être confondue avec la pathologie anatomique (également appelée anatomie morbide ou histopathologie), qui est l'étude des aspects macroscopiques et microscopiques des organes malades.

L'anatomie humaine, y compris l'anatomie humaine brute et l'histologie, est principalement l'étude scientifique de la morphologie du corps humain adulte.

Généralement, les étudiants de certaines sciences biologiques, les ambulanciers paramédicaux, les physiothérapeutes, les infirmières et les étudiants en médecine apprennent l'anatomie globale et l'anatomie microscopique à partir de modèles anatomiques, de squelettes, de manuels, de diagrammes, de photographies, de conférences et de tutoriels.

L'étude de l'anatomie microscopique (ou histologie) peut être aidée par une expérience pratique en examinant des préparations histologiques (ou des lames) au microscope et en plus, les étudiants en médecine apprennent généralement l'anatomie globale avec une expérience pratique de la dissection et de l'inspection des cadavres .

L'anatomie humaine, la physiologie et la biochimie sont des sciences médicales de base complémentaires, qui sont généralement enseignées aux étudiants en médecine en première année à la faculté de médecine.


Quelle est la différence entre les animaux généralistes et spécialistes ?

Les animaux généralistes sont ceux qui sont adaptés à un large éventail de circonstances environnementales et de sources de nourriture, tandis que les animaux spécialistes sont vraiment doués pour une seule chose qu'ils font. Un exemple de généraliste serait la souris, qui peut s'adapter à pratiquement n'importe quel environnement et consommer une variété de graines, de céréales et de noix. Un exemple de spécialiste serait le koala, qui vit dans les eucalyptus et consomme exclusivement des feuilles d'eucalyptus, l'un des seuls animaux capables de le faire.

En général, les animaux généralistes semblent avoir plus de succès que les spécialistes, car ils peuvent profiter d'un plus large éventail de circonstances. Les inconvénients du généralisme sont le stress et la compétition - parce qu'ils rivalisent dans des niches biologiques surpeuplées, les généralistes doivent écarter d'autres généralistes pour survivre avec une quantité fixe de nutriments. Un exemple de ce comportement se trouve chez les rats, qui tuent habituellement les souris. Ce comportement, connu sous le nom de muricide, consiste en partie à manger la souris pour se nourrir, mais seule une partie de la souris est généralement consommée, ce qui signifie qu'il peut s'agir davantage d'éliminer la concurrence. Être généraliste est un travail difficile.

Pendant ce temps, les spécialistes peuvent à peu près profiter de leur créneau étroit sans trop de concurrence. Les koalas, par exemple, restent en hauteur dans les arbres, ne faisant rien d'autre que dormir et manger, et ils sont trop gros pour que quoi que ce soit là-bas puisse les précéder. Les morses sont des animaux spécialisés qui vivent dans le Grand Nord, survivant au froid glacial avec une couche de graisse de plusieurs centimètres d'épaisseur. Ils utilisent leur museau et leur bouche spécialisée pour extraire les mollusques des fonds marins et les aspirer hors de leurs coquilles. La girafe serait un autre spécialiste, cueillant les feuilles succulentes des arbres les plus hauts à l'aide de son cou extrêmement long.

L'examen des adaptations utilisées par les généralistes et les spécialistes peut être instructif d'un point de vue évolutif. Les spécialistes ont évolué pour s'adapter à des milliers de niches uniques, tandis que les généralistes rivalisent en grand nombre pour les ressources faciles à obtenir des niches centrales. Les généralistes ont tendance à évoluer un peu plus rapidement que les spécialistes, étant soumis à de plus grandes pressions évolutives. Cependant, lorsqu'une niche de spécialistes est perturbée - disons par la déforestation - elle peut terriblement souffrir et même disparaître complètement. Sans flexibilité dans son alimentation ou son mode de vie, le spécialiste meurt. Soit immédiatement, soit dans quelques millions d'années, un autre animal pourrait évoluer pour occuper cette niche vide.

Michael est un contributeur de longue date d'AllThingsNature qui se spécialise dans les sujets liés à la paléontologie, la physique, la biologie, l'astronomie, la chimie et le futurisme. En plus d'être un blogueur passionné, Michael est particulièrement passionné par la recherche sur les cellules souches, la médecine régénérative et les thérapies de prolongation de la vie. Il a également travaillé pour la Fondation Mathusalem, le Singularity Institute for Artificial Intelligence et la Lifeboat Foundation.

Michael est un contributeur de longue date d'AllThingsNature qui se spécialise dans les sujets liés à la paléontologie, la physique, la biologie, l'astronomie, la chimie et le futurisme. En plus d'être un blogueur passionné, Michael est particulièrement passionné par la recherche sur les cellules souches, la médecine régénérative et les thérapies de prolongation de la vie. Il a également travaillé pour la Fondation Mathusalem, le Singularity Institute for Artificial Intelligence et la Lifeboat Foundation.


Quel est le terme général pour désigner les animaux arboricoles ? - La biologie

trait acquis : Caractéristique phénotypique, acquise au cours de la croissance et du développement, qui n'est pas génétique et ne peut donc pas être transmise à la génération suivante (par exemple, les gros muscles d'un haltérophile).

adaptation: Toute caractéristique héréditaire d'un organisme qui améliore sa capacité à survivre et à se reproduire dans son environnement. Également utilisé pour décrire le processus de changement génétique au sein d'une population, sous l'influence de la sélection naturelle.

paysage adaptatif : Un graphique de la fitness moyenne d'une population par rapport aux fréquences des génotypes qu'elle contient. Les pics sur le paysage correspondent aux fréquences génotypiques auxquelles la fitness moyenne est élevée, les vallées aux fréquences génotypiques auxquelles la fitness moyenne est faible. Aussi appelée surface de fitness.

logique adaptative : Un comportement a une logique adaptative s'il tend à augmenter le nombre de descendants qu'un individu apporte aux générations suivantes. Si un tel comportement est même partiellement déterminé génétiquement, il aura tendance à se généraliser dans la population. Ensuite, même si les circonstances changent de telle sorte qu'il n'offre plus aucun avantage de survie ou de reproduction, le comportement aura toujours tendance à se manifester - à moins qu'il ne devienne positivement désavantageux dans le nouvel environnement.

radiation adaptative: La diversification, au cours de l'évolution, d'une espèce ou d'un groupe d'espèces en plusieurs espèces ou sous-espèces différentes qui sont généralement adaptées à différentes niches écologiques (par exemple, les pinsons de Darwin). Le terme peut également être appliqué à de plus grands groupes d'organismes, comme dans "le rayonnement adaptatif des mammifères".

stratégies d'adaptation : Un mode de gestion de la compétition ou des conditions environnementales sur une échelle de temps évolutive. Les espèces s'adaptent lorsque les générations successives mettent l'accent sur les caractéristiques bénéfiques.

agnostique: Une personne qui croit que l'existence d'un dieu ou d'un créateur et la nature de l'univers est inconnaissable.

algues: Terme générique désignant divers organismes simples qui contiennent de la chlorophylle (et peuvent donc effectuer la photosynthèse) et vivent dans des habitats aquatiques et dans des conditions humides sur terre. Le terme n'a pas de signification taxonomique directe. Les algues vont des algues macroscopiques telles que le varech géant, qui dépasse fréquemment 30 m de long, aux formes microscopiques filamenteuses et unicellulaires telles que Spirogyre et Chlorelle.

allèle : L'une des formes alternatives d'un gène. Par exemple, si un gène détermine la couleur des graines de pois, un allèle de ce gène peut produire des graines vertes et un autre allèle produire des graines jaunes. Dans une cellule diploïde, il y a généralement deux allèles d'un même gène (un de chaque parent). Au sein d'une population, il peut y avoir de nombreux allèles différents d'un gène, chacun ayant une séquence nucléotidique unique.

allométrie : La relation entre la taille d'un organisme et la taille de l'une de ses parties. Par exemple, une relation allométrique existe entre la taille du cerveau et la taille du corps, de sorte que (dans ce cas) les animaux avec des corps plus gros ont tendance à avoir des cerveaux plus gros. Les relations allométriques peuvent être étudiées au cours de la croissance d'un même organisme, entre différents organismes au sein d'une espèce ou entre des organismes d'espèces différentes.

spéciation allopatrique : Spéciation qui se produit lorsque deux ou plusieurs populations d'une espèce sont géographiquement suffisamment isolées les unes des autres pour ne pas se croiser.

allopatrie : Vivre dans des endroits séparés. Comparez avec la sympathie.

acide aminé: Le bloc de construction moléculaire unitaire des protéines, qui sont des chaînes d'acides aminés dans une certaine séquence. Il y a 20 acides aminés principaux dans les protéines des êtres vivants, et les propriétés d'une protéine sont déterminées par sa séquence particulière d'acides aminés.

séquence d'acides aminés : Une série d'acides aminés, les éléments constitutifs des protéines, généralement codés par l'ADN. Les exceptions sont celles codées par l'ARN de certains virus, comme le VIH.

ammonoïde : Parents disparus des céphalopodes (calmars, poulpes et nautiles chambrés), ces mollusques avaient des coquilles enroulées et se trouvent dans les archives fossiles de la période du Crétacé.

amniote : Le groupe des reptiles, des oiseaux et des mammifères. Ceux-ci se développent tous à travers un embryon qui est enfermé dans une membrane appelée amnios. L'amnios entoure l'embryon d'une substance aqueuse et est probablement une adaptation pour la reproduction sur terre.

amphibiens : La classe de vertébrés qui contient les grenouilles, les crapauds, les tritons et les salamandres. Les amphibiens ont évolué au Dévonien (il y a environ 370 millions d'années) en tant que premiers vertébrés à occuper le territoire. Ils ont une peau humide sans écailles qui est utilisée pour compléter les poumons dans les échanges gazeux. Les œufs sont mous et vulnérables au dessèchement, c'est pourquoi la reproduction se produit généralement dans l'eau. Les larves d'amphibiens sont aquatiques et ont des branchies pour la respiration, elles subissent une métamorphose en forme adulte. La plupart des amphibiens se trouvent dans des environnements humides et se trouvent sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique.

structures analogues : Structures de différentes espèces qui se ressemblent ou remplissent des fonctions similaires (par exemple, les ailes des papillons et les ailes des oiseaux) qui ont évolué de manière convergente mais ne se développent pas à partir de groupes similaires de tissus embryologiques, et qui n'ont pas évolué à partir de structures similaires connues partagé par des ancêtres communs. Contraste avec les structures homologues. Remarque : La récente découverte d'homologies génétiques profondes a apporté un nouvel intérêt, de nouvelles informations et une discussion sur les concepts classiques de structures analogues et homologues.

anatomie: (1) La structure d'un organisme ou d'une de ses parties. (2) La science qui étudie ces structures.

homologie ancestrale : Homologie qui a évolué avant l'ancêtre commun d'un ensemble d'espèces, et qui est présente dans d'autres espèces en dehors de cet ensemble d'espèces. Comparer avec l'homologie dérivée.

anthropoïde: Un membre du groupe de primates composé de singes, de grands singes et d'humains.

antibactérien : Avoir la capacité de tuer les bactéries.

antibiotiques : Substances qui détruisent ou inhibent la croissance des micro-organismes, en particulier les bactéries pathogènes.

résistance aux antibiotiques: Un trait héréditaire chez les micro-organismes qui leur permet de survivre en présence d'un antibiotique.

ouverture: D'une caméra, ouverture réglable par laquelle passe la lumière pour atteindre le film. Le diamètre de l'ouverture détermine l'intensité de la lumière admise. La pupille d'un œil humain est une ouverture auto-ajustable.

archéologie: L'étude de l'histoire humaine et de la préhistoire à travers l'excavation de sites et l'analyse de vestiges physiques, tels que des tombes, des outils, de la poterie et d'autres artefacts.

archétype: Forme originale ou plan corporel à partir duquel un groupe d'organismes se développe.

artefact: Un objet fabriqué par l'homme qui a été préservé et peut être étudié pour en savoir plus sur une période particulière.

selection artificielle: Le processus par lequel les humains élèvent des animaux et cultivent des plantes pour s'assurer que les générations futures ont des caractéristiques désirables spécifiques. Dans la sélection artificielle, les éleveurs sélectionnent les variantes les plus souhaitables dans une population végétale ou animale et les élèvent sélectivement avec d'autres individus souhaitables. Les formes de la plupart des espèces domestiquées et agricoles ont été produites par sélection artificielle. C'est également une technique expérimentale importante pour étudier l'évolution.

reproduction asexuée: Un type de reproduction impliquant un seul parent qui produit habituellement une progéniture génétiquement identique. La reproduction asexuée se produit sans fécondation ni recombinaison génétique, et peut se produire par bourgeonnement, par division d'une seule cellule ou par rupture d'un organisme entier en deux nouveaux individus ou plus.

accouplement associatif : La tendance du semblable à s'accoupler avec le semblable. L'accouplement peut être associatif pour un certain génotype (par exemple, les individus de génotype AA ont tendance à s'accoupler avec d'autres individus de génotype AA) ou phénotype (par exemple, les individus de grande taille s'accouplent avec d'autres individus de grande taille).

astéroïde: Un petit corps rocheux ou métallique en orbite autour du Soleil. Environ 20 000 ont été observés, allant de plusieurs centaines de kilomètres de diamètre à des particules de poussière.

athéisme: La doctrine ou la croyance qu'il n'y a pas de dieu.

atomiste: (comme appliqué à la théorie de l'hérédité) Héritage dans lequel les entités contrôlant l'hérédité sont relativement distinctes, permanentes et capables d'action indépendante. L'hérédité mendélienne est une théorie atomistique car dans celle-ci, l'hérédité est contrôlée par des gènes distincts.

australopithèque : Un groupe d'espèces d'hominidés bipèdes appartenant au genre Australopithèque qui a vécu entre 4,2 et 1,4 mya.

Australopithèque afarensis: Une ancienne espèce d'australopithèque qui était des fossiles connus bipèdes date entre 3,6 et 2,9 millions d'années (par exemple, Lucy).

autosome : Tout chromosome autre qu'un chromosome sexuel.

aviaire : De, se rapportant à, ou caractéristique des oiseaux (membres de la classe Aves).

bactéries : De minuscules organismes procaryotes unicellulaires qui peuvent survivre dans une grande variété d'environnements. Certains provoquent de graves maladies infectieuses chez les humains, d'autres animaux et les plantes.

base: La molécule d'ADN est une chaîne d'unités nucléotidiques, chaque unité est constituée d'un squelette composé d'un sucre et d'un groupe phosphate, avec une base azotée attachée. La base d'une unité est l'adénine (A), la guanine (G), la cytosine (C) ou la thymine (T). Dans l'ARN, l'uracile (U) est utilisé à la place de la thymine. A et G appartiennent à la classe chimique appelée purines C, T et U sont des pyrimidines.

Mimétisme batésien : Une sorte de mimétisme dans lequel une espèce non vénéneuse (le mimétisme batesien) imite une autre espèce vénéneuse.

bélemnite : Un invertébré marin éteint qui était apparenté aux calmars, aux poulpes et aux nautiles chambrés. Nous savons d'après les archives fossiles que les bélemnites étaient courantes à l'époque jurassique et avaient des squelettes internes en forme de balle.

la théorie du Big Bang: La théorie selon laquelle l'univers a commencé dans un état de compression à une densité infinie, et qu'en un instant toute la matière et l'énergie ont commencé à s'étendre et ont continué à s'étendre depuis.

biodiversité (ou diversité biologique) : Mesure de la variété du vivant, la biodiversité est souvent décrite à trois niveaux. La diversité des écosystèmes décrit la variété des habitats présents. La diversité des espèces est une mesure du nombre d'espèces et le nombre d'individus de chaque espèce présente. La diversité génétique fait référence à la quantité totale de variabilité génétique présente.

aliments issus de la bio-ingénierie : Aliment produit par modification génétique à l'aide de techniques de génie génétique.

biogéographie : L'étude des modèles de distribution géographique des plantes et des animaux à travers la Terre, et les changements de ces distributions au fil du temps.

notion d'espèce biologique : Le concept d'espèce, selon lequel une espèce est un ensemble d'organismes qui peuvent se croiser entre eux. Comparez avec le concept d'espèce cladistique, le concept d'espèce écologique, le concept d'espèce phénétique et le concept d'espèce de reconnaissance.

biométrie : L'étude quantitative des caractères des organismes.

biosphère: La partie de la Terre et de son atmosphère capable d'entretenir la vie.

bipédie : Des hominidés, marchant debout sur deux pattes postérieures plus généralement, utilisant deux pattes pour se déplacer.

bivalve: Un mollusque qui a une coquille articulée en deux parties. Les bivalves comprennent les palourdes, les huîtres, les pétoncles, les moules et autres crustacés.

Blackmore, Susan : Un psychologue intéressé par les mèmes et la théorie de la mémétique, la théorie de l'évolution, la conscience, les effets de la méditation et pourquoi les gens croient au paranormal. Un livre récent, La machine à mèmes, propose une introduction au sujet des mèmes.

mélange de l'héritage : La théorie historiquement influente mais factuellement erronée selon laquelle les organismes contiennent un mélange de facteurs héréditaires de leurs parents et transmettent ce mélange à leur progéniture. Comparez avec l'hérédité mendélienne.

botaniste: Un scientifique qui étudie les plantes.

brachiopode : Communément appelés « coquilles de lampe », ces invertébrés marins ressemblent à des mollusques bivalves en raison de leurs coquilles articulées. Les brachiopodes étaient à leur plus grande abondance au cours des ères paléozoïque et mésozoïque.

Brodie, Edmund D., III : Biologiste qui étudie les causes et les implications évolutives des interactions entre les traits chez les prédateurs et leurs proies.Une grande partie de son travail se concentre sur la course aux armements coévolutionnaire entre les tritons qui possèdent la tétrodotoxine, l'une des toxines connues les plus puissantes, et les couleuvres rayées résistantes qui s'en nourrissent.

Brodie, Edmund D., Jr. : Biologiste reconnu internationalement pour ses travaux sur l'évolution des mécanismes chez les amphibiens qui leur permettent d'éviter les prédateurs. Ces mécanismes incluent les toxines transportées dans les sécrétions cutanées, la coloration et le comportement.

Bruner, Jérôme : Psychologue et professeur aux universités de Harvard et d'Oxford, et auteur prolifique dont le livre, Le processus de l'éducation, a encouragé l'innovation curriculaire basée sur les théories du développement cognitif.

bryozoaire : Un minuscule invertébré marin qui forme une colonie de bryozoaires en forme de croûte peut ressembler à des feuilles écailleuses sur des algues.

Burney, David : Biologiste dont les recherches se sont concentrées sur les espèces menacées, les études paléoenvironnementales et les causes d'extinction en Amérique du Nord, en Afrique, à Madagascar, à Hawaï et aux Antilles.

rapport isotopique du carbone : Une mesure de la proportion de l'isotope du carbone 14 par rapport à l'isotope du carbone 12. La matière vivante contient du carbone 14 et du carbone 12 dans les mêmes proportions que celles qui existent dans l'atmosphère. Cependant, lorsqu'un organisme meurt, il n'absorbe plus le carbone de l'atmosphère et le carbone 14 qu'il contient se désintègre en azote 14 à un taux constant. En mesurant le rapport carbone-14-carbone-12 dans un artefact fossile ou organique, son âge peut être déterminé, une méthode appelée datation au radiocarbone. Parce que la plupart du carbone 14 se sera désintégré après 50 000 ans, le rapport isotopique du carbone est principalement utile pour dater les fossiles et les artefacts plus jeunes que cela. Il ne peut pas être utilisé pour déterminer l'âge de la Terre, par exemple.

carnivore: Se nourrissant en grande partie ou exclusivement de viande ou d'autres tissus animaux.

Carroll, Sean : Généticien du développement au Howard Hughes Medical Institute et professeur à l'Université du Wisconsin-Madison. Des changements à grande échelle qui distinguent les principaux groupes d'animaux aux motifs de couleur finement détaillés sur les ailes de papillon, les recherches du Dr Carroll se sont concentrées sur les gènes qui créent le « plan moléculaire » du motif corporel et jouent un rôle majeur dans l'origine de nouvelles fonctionnalités. . Coauteur, avec Jennifer Grenier et Scott Weatherbee, de De l'ADN à la diversité : la génétique moléculaire et l'évolution de la conception animale.

Carson, Rachel : Scientifique et écrivain passionné par le fonctionnement de la nature. Sa publication la plus connue, Printemps silencieux, a été écrit au cours des années 1958 à 1962. Le livre examine les effets des insecticides et des pesticides sur les populations d'oiseaux chanteurs à travers les États-Unis. La publication a contribué à déclencher une vague de législation environnementale et a galvanisé le mouvement écologique émergent.

Castle, W.E. : Un des premiers généticiens expérimentaux, son article de 1901 fut le premier sur le mendélisme en Amérique. Le sien Génétique des lapins domestiques, publié en 1930 par Harvard University Press, couvre des sujets tels que les gènes impliqués dans la détermination de la couleur du pelage des lapins et les mutations associées.

cellule: L'unité structurelle et fonctionnelle de base de la plupart des organismes vivants. La taille des cellules varie, mais la plupart des cellules sont microscopiques. Les cellules peuvent exister en tant qu'unités de vie indépendantes, comme dans les bactéries et les protozoaires, ou elles peuvent former des colonies ou des tissus, comme dans toutes les plantes et tous les animaux. Chaque cellule est constituée d'une masse de matière protéique différenciée en cytoplasme et nucléoplasme, qui contient de l'ADN. La cellule est entourée d'une membrane cellulaire qui, dans les cellules des plantes, des champignons, des algues et des bactéries, est entourée d'une paroi cellulaire. Il existe deux principaux types de cellules, les procaryotes et les eucaryotes.

Cénozoïque : L'ère du temps géologique de 65 millions d'années à nos jours, une époque où les continents modernes se sont formés et où les animaux et les plantes modernes ont évolué.

centromère : Point sur un chromosome qui est impliqué dans la séparation des copies du chromosome produites lors de la division cellulaire. Au cours de cette division, les chromosomes appariés ressemblent un peu à un X et le centromère est la constriction au centre.

céphalopode: Les céphalopodes comprennent les calmars, les poulpes, les seiches et les nautiles chambrés. Ce sont des mollusques avec des tentacules et se déplacent en forçant l'eau à travers leur corps comme un jet.

personnage: Tout trait, caractéristique ou propriété reconnaissable d'un organisme. Dans les études phylogénétiques, un caractère est une caractéristique dont on pense qu'elle varie indépendamment des autres caractéristiques et qu'elle est dérivée d'une caractéristique correspondante d'un ancêtre commun des organismes étudiés. Un "état de caractère" est l'une des conditions alternatives possibles du caractère. Par exemple, "présent" et "absent" sont deux états du caractère "poil" chez les mammifères. De même, une position particulière dans une séquence d'ADN est un caractère, et A, T, C et G sont ses états possibles (voir bases.)

déplacement de caractère : La différence accrue entre deux espèces étroitement apparentées où elles vivent dans la même région géographique (sympatrie) par rapport à l'endroit où elles vivent dans des régions géographiques différentes (allopatrie). Expliqué par les influences relatives de la compétition intra- et inter-spécifique en sympatrie et allopatrie.

chloroplaste : Une structure (ou organite) présente dans certaines cellules de plantes dont la fonction est la photosynthèse.

choléra: Une maladie infectieuse aiguë de l'intestin grêle, causée par la bactérie Vibrio cholerae qui se transmet dans l'eau potable contaminée par les selles d'un patient. Après une période d'incubation de 1 à 5 jours, le choléra provoque de graves vomissements et diarrhées qui, s'ils ne sont pas traités, entraînent une déshydratation qui peut être mortelle.

accord : Un membre du phylum Chordata, qui comprend les tuniciers, les lancettes et les vertébrés. Ce sont des animaux avec un cordon nerveux dorsal creux, une notocorde en forme de tige qui forme la base du squelette interne et des fentes branchiales appariées dans la paroi du pharynx derrière la tête, bien que chez certains cordés, celles-ci ne soient apparentes qu'aux premiers stades embryonnaires. Tous les vertébrés sont des cordés, mais le phylum contient également des types plus simples, tels que les ascidies, dans lesquelles seule la larve nageant librement possède une notocorde.

chromosome: Structure du noyau cellulaire qui transporte l'ADN. À certains moments du cycle cellulaire, les chromosomes sont visibles sous forme d'entités en forme de chaîne. Les chromosomes sont constitués de l'ADN auquel sont liées diverses protéines, en particulier des histones.

chronologie: L'ordre des événements en fonction du temps.

Clac, Jenny : Paléontologue à l'Université de Cambridge au Royaume-Uni, le Dr Clack étudie l'origine, la phylogénie et le rayonnement des premiers tétrapodes et de leurs parents parmi les poissons à nageoires lobées. Elle s'intéresse à la chronologie et à la séquence des changements squelettiques et autres qui se sont produits pendant la transition, ainsi qu'à l'origine et aux relations des divers tétrapodes de la fin du Paléozoïque.

clade : Ensemble d'espèces descendant d'une espèce ancestrale commune. Synonyme de groupe monophylétique.

cladisme : Classement phylogénétique. Les membres d'un groupe dans une classification cladistique partagent entre eux un ancêtre commun plus récent qu'avec les membres de tout autre groupe. Un groupe à n'importe quel niveau de la hiérarchie classificatoire, comme une famille, est formé en combinant un sous-groupe au niveau le plus bas suivant (le genre, dans ce cas) avec le ou les sous-groupes avec lesquels il partage son ancêtre commun le plus récent. Comparer avec la classification évolutive et la classification phénétique.

concept d'espèce cladistique : Le concept d'espèce, selon lequel une espèce est une lignée de populations entre deux points de ramification phylogénétiques (ou événements de spéciation). Comparez avec le concept d'espèce biologique, le concept d'espèce écologique, le concept d'espèce phénétique et le concept d'espèce de reconnaissance.

cladistes : Les biologistes évolutionnistes qui cherchent à classer les formes de vie de la Terre en fonction de leurs relations évolutives, et pas seulement de leur similarité globale.

cladogramme : Un diagramme de branchement qui illustre des hypothèses sur les relations évolutives entre des groupes d'organismes. Les cladogrammes peuvent être considérés comme un type particulier d'arbre phylogénétique qui se concentre sur l'ordre dans lequel les différents groupes se sont ramifiés à partir de leurs ancêtres communs. Un cladogramme se ramifie comme un arbre généalogique, avec les espèces les plus proches sur les branches adjacentes.

classer: Une catégorie de classification taxonomique entre ordre et embranchement, une classe comprend des membres d'ordres similaires. Voir taxon.

classification: L'arrangement des organismes en groupes hiérarchiques. Les classifications biologiques modernes sont linnéennes et classent les organismes en espèce, genre, famille, ordre, classe, embranchement, royaume et certains niveaux catégoriques intermédiaires. Le cladisme, la classification évolutive et la classification phénétique sont trois méthodes de classification.

cline : Gradient géographique de la fréquence d'un gène ou de la valeur moyenne d'un caractère.

l'horloge: Voir horloge moléculaire.

cloner: Un ensemble d'organismes génétiquement identiques reproduits de manière asexuée à partir d'un organisme ancestral.

co-adaptation : Interaction bénéfique entre (1) un certain nombre de gènes à différents loci au sein d'un organisme, (2) différentes parties d'un organisme ou (3) des organismes appartenant à différentes espèces.

codons : Triplet de bases (ou nucléotides) dans l'ADN codant pour un acide aminé. La relation entre les codons et les acides aminés est donnée par le code génétique. Le triplet de bases qui est complémentaire à un condon est appelé un anticodon conventionnellement, le triplet dans l'ARNm est appelé le codon et le triplet dans l'ARNt est appelé l'anticodon.

cœlacanthe : Bien qu'on ait longtemps pensé qu'il s'était éteint il y a environ 65 millions d'années, l'un de ces poissons d'eau profonde sans poumons a été capturé dans les années 1930. D'autres ont depuis été capturés et filmés dans leur habitat naturel.

coévolution : Évolution chez deux espèces ou plus, comme un prédateur et sa proie ou un parasite et son hôte, dans laquelle les changements évolutifs d'une espèce influencent l'évolution de l'autre espèce.

cognitif: Concernant la cognition, les processus mentaux impliqués dans la collecte, l'organisation et l'utilisation des connaissances, y compris des aspects tels que la conscience, la perception, le raisonnement et le jugement. Le terme fait référence à tout "comportement" mental où les caractéristiques sous-jacentes sont de nature abstraite et impliquent la perspicacité, l'attente, l'utilisation de règles complexes, l'imagerie, l'utilisation de symboles, la croyance, l'intentionnalité, la résolution de problèmes, etc.

ancêtre commun: Forme ou espèce ancestrale la plus récente à partir de laquelle deux espèces différentes ont évolué.

biologie comparée : L'étude des modèles parmi plus d'une espèce.

méthode comparative : L'étude de l'adaptation en comparant de nombreuses espèces.

évolution concertée : La tendance des différents gènes d'une famille de gènes à évoluer de concert, c'est-à-dire que chaque locus de gène de la famille en vient à avoir la même variante génétique.

conodonte : Un poisson sans mâchoire qui avait de minuscules morceaux de phosphate ressemblant à des dents qui sont abondants dans les archives fossiles, ce sont les premiers vertébrés connus.

la dérive des continents: Le processus par lequel les continents se déplacent dans le cadre de grandes plaques flottant sur le manteau terrestre. Voir tectonique des plaques.

stratagème: Un objet ou une caractéristique utilisé ou modifié pour faire quelque chose de différent de son utilisation habituelle.

convergence: Processus par lequel un caractère similaire évolue indépendamment chez deux espèces. En outre, un synonyme d'analogie, c'est-à-dire une instance d'un caractère évolué de manière convergente ou un caractère similaire chez deux espèces qui n'était pas présent dans leur ancêtre commun. Les exemples incluent les ailes (convergentes chez les oiseaux, les chauves-souris et les insectes) et les yeux de type caméra (convergents chez les vertébrés et les mollusques céphalopodes).

évolution convergente: L'évolution des espèces de différents groupes taxonomiques vers une forme similaire le développement de caractéristiques similaires par des organismes taxonomiquement différents.

Conway Morris, Simon : Paléobiologiste et professeur au Département des sciences de la Terre de l'Université de Cambridge au Royaume-Uni. Ses recherches portent sur l'évolution précoce des métazoaires et il est une autorité de premier plan sur les fossiles cambriens et précambriens. Conway Morris a établi un lien entre les fossiles d'Ediacaran, une fronde ressemblant à une fougère des schistes de Burgess Thaumapilon, et les océans modernes, animaux coloniaux apparentés aux coraux.

La règle de Cope : L'augmentation évolutive de la taille du corps au cours des temps géologiques dans une lignée de populations.

corail (aussi, corail rugueux, corail tabulé): Ces minuscules animaux fabriquent des squelettes de carbonate de calcium qui sont bien connus comme un élément clé des récifs tropicaux. Les squelettes des coraux rugueux et tabulés éteints sont connus à partir de fossiles.

crâne: La partie du crâne qui protège le cerveau chez les vertébrés.

créationnisme : La doctrine religieuse selon laquelle tous les êtres vivants sur Terre ont été créés séparément, dans plus ou moins leur forme actuelle, par un créateur surnaturel, comme indiqué dans la Bible, les croyances précises des différents groupes créationnistes varient considérablement. Voir création séparée.

sciences de la création : Un assortiment de nombreuses tentatives non scientifiques différentes pour réfuter la théorie de l'évolution, et des efforts pour prouver que la complexité des êtres vivants ne peut s'expliquer que par l'action d'un « concepteur intelligent ».

Crétacé: La dernière période géologique de l'ère mésozoïque qui a commencé il y a 144 millions d'années et s'est terminée il y a 65 millions d'années. La fin de cette période est définie notamment par l'extinction des dinosaures dans l'une des plus grandes extinctions de masse jamais enregistrées sur la planète.

crinoïde : Un animal invertébré marin appartenant à une classe (Crinoidea environ 700 espèces) d'échinodermes, y compris les nénuphars et les étoiles à plumes. Ils ont un petit corps en forme de coupe recouvert de plaques dures et cinq paires rayonnantes de bras flexibles plumeux entourant la bouche au sommet. Les nénuphars, dont la plupart sont éteints, sont fixés au fond de la mer ou à une autre surface telle qu'un récif par une tige. Les étoiles à plumes nagent librement et se trouvent généralement sur des fonds rocheux. Les crinoïdes se trouvent principalement dans les eaux profondes et se nourrissent de plancton microscopique et de détritus capturés par les bras et transportés jusqu'à la bouche. Les larves sont sédentaires. Ils sont apparus dans l'Ordovicien inférieur (il y a entre 500 et 460 millions d'années), et les crinoïdes fossiles sont un constituant important des calcaires paléozoïques.

traverser: Processus au cours de la méiose au cours duquel le chromosome d'une paire diploïde échange du matériel génétique, visible au microscope optique. Au niveau génétique, il produit une recombinaison.

crustacé: Un groupe d'invertébrés marins avec des exosquelettes et plusieurs paires de pattes. Ils comprennent les crevettes, les homards, les crabes, les amphipodes (communément appelés « puces de sable ») et bien d'autres.

Currie, Cameron : Écologiste canadien et récipiendaire du prix de doctorat 2001 du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie pour ses recherches sur la relation symbiotique complexe des fourmis à champignons, les champignons qu'elles cultivent, les bactéries mutualistes que les fourmis transportent sur leur corps et les agents pathogènes qui attaquent les champignons.

cytoplasme: Région d'une cellule eucaryote à l'extérieur du noyau.

Daeschler, Ted : Paléontologue et conservateur associé de recherche à l'Académie des sciences naturelles. Découvreur de fossiles limbiques du Dévonien supérieur Hynerpeton bassetti et Designathus rowei (tétrapodes) et Sauripterus taylorii et Hynérie (poissons à nageoires lobées), tous les premiers exemples d'animaux exploitant à la fois les environnements terrestres et aquatiques. Auteur de deux livres sur la paléontologie pour les jeunes.

Dard, Raymond : Anatomiste et anthropologue sud-africain d'origine australienne (1893-1988). En 1924, il décrivit un crâne fossile collecté près de Taung en Afrique du Sud, le nommant Australopithèque africanus. Dart a affirmé que le crâne était intermédiaire entre les singes et les humains, une affirmation controversée à l'époque, bien que des travaux ultérieurs aient clairement indiqué que l'enfant Taung, comme on l'a connu, était bien un hominidé.

Évolution darwinienne : Evolution par le processus de sélection naturelle agissant sur la variation aléatoire.

Darwinisme: La théorie de Darwin selon laquelle les espèces sont nées de l'évolution d'autres espèces et que l'évolution est principalement conduite par la sélection naturelle. Diffère du néo-darwinisme principalement en ce que Darwin ne connaissait pas l'hérédité mendélienne.

Darwin, Charles : Le naturaliste du XIXe siècle considéré comme le père de l'évolution. Son œuvre phare, À propos de l'origine des espèces, publié en 1859, a présenté une multitude de faits soutenant l'idée de l'évolution et a proposé une théorie viable sur la façon dont l'évolution se produit - via le mécanisme que Darwin a appelé "sélection naturelle". En plus de son travail prolifique en biologie, Darwin a également publié d'importants travaux sur les récifs coralliens et sur la géologie des Andes, et un récit de voyage populaire de son voyage de cinq ans à bord du HMS Beagle.

Darwin, Erasme : Le nom partagé par le grand-père et le frère de Charles Darwin, chacun important dans sa vie et son travail. Le grand-père de Charles, Erasmus (1731-1802) était un grand mathématicien, médecin, auteur et botaniste. Son impact se reflète dans un large éventail de disciplines, de la poésie à la technologie de son époque. Auteur de Les amours des plantes, un poème de 2 000 vers détaillant leur reproduction sexuée, et Zoonomie, ou la théorie des générations, dont les thèmes résonnent dans l'œuvre de son petit-fils. Le frère aîné de Charles, Erasmus (1805-1881), connu sous le nom de « Ras », a utilisé son réseau de contacts sociaux et scientifiques pour faire avancer les théories de son frère plus timide et plus réservé.

Dawkins, Richard : Biologiste évolutionniste qui a enseigné la zoologie et est l'auteur de plusieurs livres sur l'évolution et la science, dont Le gène égoïste (1976) et L'horloger aveugle (1986). Il est connu pour sa vulgarisation des idées darwiniennes, ainsi que pour sa réflexion originale sur la théorie de l'évolution.

Dembski, Guillaume : Mathématicien et philosophe qui a écrit sur le design intelligent, tentant d'établir la légitimité et la fécondité du design au sein de la biologie.

Dennett, Daniel : Philosophe et directeur du Center for Cognitive Studies de l'Université Tufts, dont les travaux unissent les neurosciences, l'informatique et la biologie évolutive. Dennett ne voit aucune distinction fondamentale entre l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle, préconisant une explication mécanique de la conscience. Il est l'auteur de Brainchildren: Essais sur la conception des esprits et L'idée dangereuse de Darwin : l'évolution et le sens de la vie, parmi de nombreux autres livres et publications.

homologie dérivée : Homologie qui a d'abord évolué dans l'ancêtre commun d'un ensemble d'espèces et est unique à ces espèces. Comparer avec l'homologie ancestrale.

de facto: En fait dans la réalité. Ce qui existe ou se produit de facto n'est pas le résultat d'une loi, mais des circonstances.

diatomée: Ces algues unicellulaires sont communes parmi le phytoplancton marin. Leurs coques vitreuses en deux parties ont des motifs complexes et s'emboîtent comme les deux parties d'une boîte à chemise.

la diffusion: Le processus par lequel les molécules (par exemple, de l'oxygène) se déplacent passivement d'une région de forte concentration à une région de faible concentration.

dinoflagellé : Possédant deux extensions en forme de queue appelées flagelles qui sont utilisées pour le mouvement, ces algues unicellulaires peuvent vivre librement ou dans d'autres organismes tels que les coraux. Lorsque de nombreux dinoflagellés se reproduisent soudainement en grand nombre, ils créent ce que l'on appelle des "marées rouges" en faisant apparaître l'eau rouge.

diploïde : Avoir deux ensembles de gènes et deux ensembles de chromosomes (un de la mère, un du père). De nombreuses espèces communes, y compris les humains, sont diploïdes. Comparez avec haploïde et polyploïde.

sélection directionnelle : Sélection provoquant un changement directionnel cohérent sous la forme d'une population au fil du temps (par exemple, sélection pour une plus grande taille corporelle).

sélection perturbatrice : Sélection privilégiant les formes qui s'écartent dans un sens ou dans l'autre de la moyenne de la population. La sélection favorise les formes plus grandes ou plus petites que la moyenne, mais va à l'encontre des formes moyennes entre les extrêmes.

distance: En taxonomie, se référant à la différence mesurée quantitativement entre l'apparence phénétique de deux groupes d'individus, tels que des populations ou des espèces (distance phénétique), ou la différence de leurs fréquences génétiques (distance génétique).

ADN : L'acide désoxyribonucléique, la molécule qui contrôle l'hérédité.

Séquence de bases d'ADN : Chaîne d'unités répétitives de désoxyribonucléotides (adénine, guanine, cytosice, thymine) disposées selon un motif particulier.

Dobjansky, Théodose : Généticien et zoologiste surtout connu pour ses recherches en génétique des populations utilisant la mouche des fruits. Son étude de l'évolution des races a conduit à la découverte de la diversité génétique au sein des espèces et a confirmé sa conviction que la variation génétique conduit à une meilleure adaptabilité.

dominance (génétique): Un allèle (A) est dominant si le phénotype de l'hétérozygote (Aa) est le même que celui de l'homozygote (AA). L'allèle (a) n'influence pas le phénotype de l'hétérozygote et est dit récessif. Un allèle peut être partiellement, plutôt que totalement, dominant dans ce cas, le phénotype hétérozygote est plus proche, plutôt qu'identique, de l'homozygote de l'allèle dominant.

reproduction: L'apparition d'une deuxième copie d'une séquence particulière d'ADN. La séquence dupliquée peut apparaître à côté de l'original ou être copiée ailleurs dans le génome. Lorsque la séquence dupliquée est un gène, l'événement est appelé duplication de gène.

échinoderme : Les échinodermes, dont le nom signifie "peau épineuse", sont un groupe d'invertébrés marins qui comprend les étoiles de mer, les ophiures, les étoiles de panier, les concombres de mer, les dollars des sables, les oursins et autres. Ils vivent dans des environnements allant des eaux côtières peu profondes aux tranchées sous-marines, des tropiques aux pôles.

génétique écologique : L'étude de l'évolution en action dans la nature, par une combinaison de travaux de terrain et de génétique de laboratoire.

concept d'espèce écologique : Un concept d'espèce, selon lequel une espèce est un ensemble d'organismes adaptés à un ensemble particulier et discret de ressources (ou « niche ») dans l'environnement. Comparez avec le concept d'espèce biologique, le concept d'espèce cladistique, le concept d'espèce phénétique et le concept d'espèce de reconnaissance.

écosystème : Communauté d'organismes interagissant avec un environnement particulier.

Eldredge, Niles : Un paléontologue et biologiste évolutionniste du Musée américain d'histoire naturelle, Eldredge, en collaboration avec Stephen Jay Gould, a proposé la théorie des équilibres ponctués, fournissant aux paléontologues une explication des modèles qu'ils trouvent dans les archives fossiles. Il a écrit plusieurs livres pour le grand public, dont Délais : l'évolution des équilibres ponctués et La vie en équilibre : l'humanité et la crise de la biodiversité.

électrophorèse : La méthode de distinction des entités selon leur motilité dans un champ électrique. En biologie évolutive, il a été principalement utilisé pour distinguer différentes formes de protéines. La motilité électrophorétique d'une molécule est influencée par sa taille et sa charge électrique.

embryon: Un stade précoce du développement animal qui commence après la division du zygote (le stade le plus précoce, dans lequel l'ovule et le sperme joints ne se sont pas encore divisés).

embryonnaire: Lié à un embryon, ou étant à l'état d'embryon.

embryologie: étude scientifique des premiers stades de croissance et de développement des organismes.

émigration: Le mouvement d'organismes hors d'une zone.

Emlen, Stephen : Une autorité mondiale sur le comportement social des animaux, en particulier des oiseaux. Les intérêts d'Emlen se concentrent sur les aspects évolutifs ou adaptatifs du comportement animal. Le but de ses recherches est de mieux comprendre les interactions sociales qui se produisent entre les individus, notamment la coopération et les conflits.

empirique: Déterminé par l'expérimentation.

Endler, Jean : Un zoologiste et professeur qui s'intéresse à l'évolution et à son impact sur la variation géographique. Ses recherches actuelles portent sur les guppys (Poecilia reticulata) dans leur habitat naturel, et comment les signes visuels et la vision dictent leur comportement.

enzyme: Une protéine qui agit comme un catalyseur pour les réactions chimiques.

Éocène: La deuxième plus ancienne des cinq grandes époques de l'ère tertiaire, de 54 à 38 millions d'années. Il est souvent connu pour l'essor des mammifères.

épistasie : Une interaction entre les gènes à deux ou plusieurs loci, telle que le phénotype diffère de at serait attendue si les loci étaient exprimés indépendamment.

Erwin, Douglas : Le Dr Erwin est paléobiologiste au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution. Ses recherches portent sur des aspects des principales nouveautés évolutionnistes, en particulier le rayonnement des métazoaires et les récupérations post-extinction de masse. Des travaux récents ont impliqué les événements de développement associés au Cambrien ainsi que leur contexte environnemental. Il travaille également sur le taux, les causes et les conséquences de l'extinction de masse de la fin du Permien.

eugénisme: La science ou la pratique consistant à modifier une population, en particulier des humains, par une sélection contrôlée pour des caractéristiques héréditaires souhaitables. Le terme a été inventé en 1883 par Francis Galton, qui prônait "l'amélioration" de la race humaine en modifiant la fertilité de différentes catégories de personnes. L'eugénisme est tombé en disgrâce après la perversion de ses doctrines par les nazis.

eucaryote : Tout organisme constitué de cellules eucaryotes. Les eucaryotes sont généralement plus gros et ont plus d'ADN que les procaryotes (dont les cellules n'ont pas de noyau pour contenir leur ADN). Presque tous les organismes multicellulaires sont des eucaryotes.

cellule eukaryotique: Une cellule avec un noyau distinct.

evo-devo : le nom informel de « biologie du développement évolutif », une branche des études évolutives qui cherche à apporter des connaissances de la génétique, de l'embryologie et de la microbiologie pour aider les scientifiques à mieux comprendre comment de nouvelles espèces naissent de formes de vie existantes

évolution: Darwin a défini ce terme comme « descente avec modification ». C'est le changement d'une lignée de populations entre les générations. En termes généraux, l'évolution biologique est le processus de changement par lequel de nouvelles espèces se développent à partir d'espèces préexistantes au fil du temps en termes génétiques, l'évolution peut être définie comme tout changement dans la fréquence des allèles dans les populations d'organismes de génération en génération.

classification évolutive : Méthode de classification utilisant à la fois les principes de classification cladistique et phénétique. Pour être exact, il autorise les groupes paraphylétiques (qui sont autorisés dans la classification phénétique mais pas dans la classification cladistique) et les groupes monophylétiques (qui sont autorisés à la fois dans la classification cladistique et phénétique) mais exclut les groupes polyphylétiques (qui sont interdits de la classification cladistique mais autorisés dans la classification phénétique ).

Ewald, Paul : Professeur de biologie au Amherst College, spécialisé dans la coévolution des colibris et des fleurs et l'évolution des maladies infectieuses. Ses recherches sur la maladie portent sur les effets évolutifs de diverses interventions de santé publique.

exon : Les séquences nucléotidiques de certains gènes sont constituées de parties qui codent pour les acides aminés, avec d'autres parties qui ne codent pas pour les acides aminés intercalées entre elles. Les parties codantes, qui sont traduites, sont appelées exons, les parties non codantes intercalées sont appelées introns.

extinction: La disparition d'une espèce ou d'une population.

fait: Un phénomène naturel maintes fois confirmé par l'observation.

famille: La catégorie de classification taxonomique entre ordre et genre (voir taxon). Les organismes au sein d'une famille partagent une similitude étroite, par exemple la famille des chats, Felidae, qui comprend les lions et les chats domestiques.

faune: La vie animale est souvent utilisée pour se distinguer de la vie végétale ("flore").

fermentation: Une série de réactions se produisant dans des conditions anaérobies (manque d'oxygène) chez certains micro-organismes (en particulier les levures) dans lesquelles des composés organiques tels que le glucose sont convertis en substances plus simples avec libération d'énergie. La fermentation est impliquée dans la fabrication du pain, où le dioxyde de carbone produit par la levure fait lever la pâte.

fœtus: Embryon d'un mammifère qui a atteint un stade de développement dans l'utérus dans lequel la plupart des caractéristiques adultes sont reconnaissables. Spécifiquement chez l'homme, il fait référence au stade de développement après l'apparition des cellules osseuses, un processus se produisant 7 à 8 semaines après la fécondation.

aptitude: Le succès d'un individu (ou d'un allèle ou d'un génotype dans une population) à survivre et à se reproduire, mesuré par la contribution génétique de cet individu (ou allèle ou génotype) à la génération suivante et aux générations suivantes.

FitzRoy, Robert : capitaine de la Beagle, qui emmena Charles Darwin dans son célèbre voyage en Amérique du Sud et dans le monde. La mission principale de FitzRoy sur le Beagle était de tracer la côte de l'Amérique du Sud. Il a également établi le premier système d'alerte météorologique lors de ses voyages, avec l'aide du télégraphe, et a ensuite atteint le grade d'amiral dans la marine britannique. Il était connu comme un jeune homme pour son tempérament maussade, et dans son âge avancé pour une raison douteuse, la vie de FitzRoy s'est terminée par un suicide.

fixation: Un gène a atteint la fixation lorsque sa fréquence a atteint 100 pour cent dans la population.

fixé: (1) En génétique des populations, un gène est « fixe » lorsqu'il a une fréquence de 100 %. (2) Dans le créationnisme, les espèces sont décrites comme « fixes » dans le sens où on pense qu'elles ne changent pas de forme ou d'apparence au fil du temps.

Flammer, Larry : Professeur de biologie à la retraite au lycée et co-fondateur du partenariat pour l'éducation en biotechnologie du comté de Santa Clara, qui fournit une formation aux enseignants et du matériel de laboratoire pour les écoles locales. Il est actuellement membre et rédacteur Web de l'Institut de l'évolution et de la nature des sciences (ENSI).

flore: La vie végétale est souvent utilisée pour se distinguer de la vie animale ("faune").

foraminifères : Ces invertébrés sont très communs dans l'océan mondial, et leurs coquilles distinctes et chambrées sont courantes dans les archives fossiles il y a 550 millions d'années. Bien que très peu aujourd'hui dépassent 9 mm de diamètre, des fossiles ont été trouvés qui mesurent 15 cm de diamètre.

fossile: Le plus souvent, un organisme, une partie physique d'un organisme ou une empreinte d'un organisme qui a été préservée depuis l'Antiquité dans la roche, l'ambre ou par un autre moyen. De nouvelles techniques ont également révélé l'existence de fossiles cellulaires et moléculaires.

effet fondateur : La perte de variation génétique lorsqu'une nouvelle colonie est formée par un très petit nombre d'individus d'une population plus importante.

sélection en fonction de la fréquence : Sélection dans laquelle la fitness d'un génotype (ou phénotype) dépend de sa fréquence dans la population.

champignons : Un groupe d'organismes comprenant le royaume des champignons, qui comprend les moisissures et les champignons. Ils peuvent exister sous forme de cellules individuelles ou constituer un corps multicellulaire appelé mycélium. Les champignons manquent de chlorophylle et sécrètent des enzymes digestives qui décomposent d'autres tissus biologiques.

Galton, François : Cousin de Charles Darwin, Galton était un explorateur et anthropologue britannique. Il était connu pour ses études sur l'intelligence humaine et plus tard pour ses travaux sur l'eugénisme (un terme qu'il a inventé), la « science » de l'amélioration des caractéristiques héréditaires humaines. Connu pour ses efforts dans diverses sortes de mesures (il a développé les empreintes digitales et a été un pionnier des statistiques), il a été fait chevalier en 1909.

gamète: Cellules reproductrices haploïdes qui se combinent lors de la fécondation pour former le zygote, appelé spermatozoïde (ou pollen) chez les mâles et ovules chez les femelles.

gastéropode: Signifiant « pied d'estomac », ce nom fait référence à la classe de mollusques qui contient le plus d'espèces. Les gastéropodes comprennent les escargots et les limaces qui sont marins, d'eau douce et terrestres.

Gehring, Walter J. : Le Dr Gehring et son groupe de recherche ont découvert l'homéoboîte, un segment d'ADN caractéristique des gènes homéotiques qui n'est pas seulement présent chez les arthropodes et leurs ancêtres, mais aussi chez les vertébrés jusqu'à l'homme. Leurs travaux sur le « gène de contrôle principal » du développement des yeux mettent en lumière la façon dont le mécanisme de construction des yeux a pu évoluer il y a longtemps chez l'ancêtre de ce qui sont aujourd'hui des types d'organismes très différents.

gène: Séquence de nucléotides codant pour une protéine (ou, dans certains cas, une partie d'une protéine) une unité d'hérédité.

génétique: Lié aux gènes. Un gène est une séquence de nucléotides codant pour une protéine (ou, dans certains cas, une partie d'une protéine) une unité d'hérédité.

la génétique: L'étude des gènes et de leur relation avec les caractéristiques des organismes.

code génétique: Le code reliant les triplets de nucléotides de l'ARNm (ou ADN) aux acides aminés des protéines.

dérive génétique: Changements dans les fréquences des allèles dans une population qui se produisent par hasard, plutôt qu'en raison de la sélection naturelle.

ingénierie génétique: Supprimer des gènes de l'ADN d'une espèce et les épisser dans l'ADN d'une autre espèce en utilisant les techniques de biologie moléculaire.

charge génétique : Une réduction de la fitness moyenne des membres d'une population en raison des gènes délétères, ou des combinaisons de gènes, dans la population. Il a de nombreuses formes particulières, telles que la « charge mutationnelle », la « charge ségrégationnelle » et la « charge recombinatoire ».

famille de gènes : Un ensemble de gènes apparentés occupant divers loci dans l'ADN, presque certainement formé par duplication d'un gène ancestral et ayant une séquence reconnaissable similaire. Les membres d'une famille de gènes peuvent être fonctionnellement très similaires ou très différents. La famille des gènes de la globine en est un exemple.

flux de gènes : Le mouvement de gènes dans ou à travers une population par métissage ou par migration et métissage.

fréquence des gènes : La fréquence dans la population d'un gène particulier par rapport à d'autres gènes à son locus. Exprimé en proportion (entre 0 et 1) ou en pourcentage (entre 0 et 100 %).

pool génétique : Tous les gènes d'une population à un moment donné.

génome : L'ensemble complet de l'ADN dans une cellule ou un organisme.

génomique : L'étude qui caractérise les gènes et les traits qu'ils codent.

génotype: Ensemble de deux gènes possédés par un individu à un locus donné. Plus généralement, le profil génétique d'un individu.

genre (pluriel genres): La deuxième catégorie la plus basse dans la classification taxonomique. L'expression "nom d'espèce" désigne généralement le genre et l'espèce ensemble, comme dans le nom latin pour l'homme, Homo sapiens. Voir taxon.

temps géologique : L'échelle de temps utilisée pour décrire les événements de l'histoire de la Terre.

germination: Les étapes initiales de la croissance d'une graine pour former un plant. La pousse embryonnaire (plumule) et la racine embryonnaire (radicule) émergent et se développent respectivement vers le haut et vers le bas. Les réserves de nourriture pour la germination proviennent des tissus de la graine et/ou des feuilles de la graine (cotylédons).

plasma germinatif : Les cellules reproductrices dans un organisme, ou les cellules qui produisent les gamètes. Toutes les cellules d'un organisme peuvent être divisées en soma (les cellules qui finissent par mourir) et les cellules germinales (les cellules qui se perpétuent par la reproduction).

gestation: Période chez les animaux portant des petits vivants (en particulier les mammifères) depuis la fécondation de l'œuf et son implantation dans la paroi de l'utérus jusqu'à la naissance des petits (parturition), au cours de laquelle les petits se développent dans l'utérus. Chez l'homme, la gestation est connue sous le nom de grossesse et dure environ neuf mois (40 semaines).

Gingerich, Philippe : Gingerich s'intéresse aux changements évolutifs documentés dans les archives fossiles et à leur relation avec les types de changements observables sur le terrain ou en laboratoire à l'échelle de quelques générations. Son travail de terrain en cours au Wyoming, en Égypte et au Pakistan porte sur l'origine des ordres modernes de mammifères, en particulier les primates et les baleines.

glaciation : La formation de grandes plaques de glace à travers la terre. La glaciation des continents marque le début des périodes glaciaires, lorsque la composition de la Terre et des organismes qui s'y trouvent change radicalement.

Goldfarb, Alex : Microbiologiste d'origine russe maintenant à l'Institut de recherche en santé publique de New York, le Dr Goldfarb pilote un programme dans le système pénitentiaire russe pour lutter contre l'évolution future des souches de tuberculose résistantes aux médicaments, qui ont infecté au moins 30 000 détenus.

Gould, Stephen Jay : Professeur de géologie et de zoologie à l'Université Harvard depuis 1967. Paléontologue et biologiste de l'évolution, il enseigne également la géologie et l'histoire des sciences. Avec d'autres, il a avancé le concept selon lequel des changements évolutifs majeurs peuvent se produire par rafales soudaines plutôt que par le processus lent et graduel proposé par la vision traditionnelle de l'évolution. En plus de ses travaux universitaires, Gould a publié de nombreux livres populaires sur la paléoanthropologie, la théorie darwinienne et la biologie évolutive.

Grant, Peter et Rosemary : Biologistes dont les recherches à long terme portent sur les pinsons des îles Galapagos et sur l'impact évolutif des changements climatiques et environnementaux sur leurs populations. Ils vivent une partie de l'année dans les îles et ont reçu des honneurs pour leur travail depuis leurs débuts en 1973.

graptolite : Un petit animal marin colonial, souvent planctonique, qui était très abondant dans les océans il y a 300 à 500 millions d'années, aujourd'hui disparu.

Greene, Mott : Historien des sciences qui a beaucoup écrit sur le développement de la pensée géologique au cours du XIXe et au début du XXe siècle, y compris le développement de la théorie de la dérive des continents.

gaz à effet de serre: Gaz absorbant et réémettant le rayonnement infrarouge.Lorsqu'ils sont présents dans l'atmosphère, ces gaz contribuent à l'effet de serre, piégeant la chaleur près de la surface de la planète. Sur Terre, les principaux gaz à effet de serre sont le dioxyde de carbone, la vapeur d'eau, le méthane, l'oxyde nitreux, l'ozone et certains composés halocarbonés.

sélection de groupe : La sélection opère entre groupes d'individus plutôt qu'entre individus. Elle produirait des attributs bénéfiques à un groupe en compétition avec d'autres groupes plutôt que des attributs bénéfiques aux individus.

Haeckel, Ernst : Biologiste allemand qui a vécu de 1834 à 1919, Haeckel a été le premier à diviser les animaux en formes protozoaires (unicellulaires) et métazoaires (multicellulaires). Sa notion de récapitulation n'est plus acceptée.

Haile Selassie, Yohannes : Un paléoanthropologue qui, alors qu'il effectuait un travail de terrain en Éthiopie pour sa thèse de doctorat à l'Université de Californie à Berkeley, a découvert Ardipithecus ramidus kadabba, un hominidé bipède daté de 5,2 millions d'années.

demi-vie: Temps nécessaire à la moitié des atomes d'une matière radioactive pour se désintégrer en une forme stable. Par exemple, la demi-vie du carbone 14 est de 5 568 ans.

Hamilton, W.D. : Naturaliste, explorateur et zoologiste qui a travaillé dans le monde des modèles mathématiques, y compris « la règle d'Hamilton », sur la propagation à travers une population d'un gène pour le sacrifice de soi altruiste. Il s'intéressait également à l'impact évolutif des parasites en tant que clé de nombreux problèmes en suspens laissés par Darwin, y compris l'énigme déconcertante de l'évolution du sexe. Cela l'a conduit à un travail approfondi dans les simulations informatiques.

haploïde : La condition d'avoir un seul ensemble de gènes ou de chromosomes. Dans les organismes normalement diploïdes tels que les humains, seuls les gamètes sont haploïdes.

haplotype : Un ensemble de gènes à plus d'un locus hérité par un individu de l'un de ses parents. C'est l'analogue multi-locus d'un allèle.

Principe de Hardy-Weinberg : En génétique des populations, l'idée que si une population ne subissait aucune sélection, aucune mutation, aucune migration, aucune dérive génétique et accouplement aléatoire, alors la fréquence de chaque allèle et les fréquences de génotype dans la population resteraient les mêmes d'une génération à l'autre. le suivant.

Rapport Hardy-Weinberg : Le rapport des fréquences de génotypes qui évoluent lorsque l'accouplement est aléatoire et que ni la sélection ni la dérive ne fonctionnent. Pour deux allèles (A et a) de fréquences p et q, il existe trois génotypes : AA, Aa et aa. Le rapport de Hardy-Weinberg pour les trois est : p 2 AA : 2pqAa : q 2 aa. C'est le point de départ d'une grande partie de la théorie de la génétique des populations.

Harvey, Ralph : Un géologue dont le travail comprend l'étude des processus géologiques à différentes échelles, du plus petit nanomètre aux interprétations à plus grande échelle de l'histoire vécue par les matériaux géologiques.

métaux lourds: Métaux ayant une masse atomique relative élevée, tels que le plomb, le cuivre, le zinc et le mercure. Beaucoup d'entre eux sont toxiques.

hémoglobine: Protéine qui transporte l'oxygène des poumons dans tout le corps.

hérédité: Processus par lequel les caractéristiques sont transmises d'une génération à l'autre.

héritabilité : En gros, la proportion de variation (plus strictement, la variance) d'un caractère phénotypique dans une population qui est due à des différences individuelles dans les génotypes. Étroitement, il est défini comme la proportion de variation (plus strictement, la variance) dans un caractère phénotypique dans une population qui est due à des différences génétiques individuelles qui seront héritées dans la progéniture.

héritable : Déterminé en partie ou en totalité par des gènes capables d'être transmis d'un individu à sa progéniture.

Herrnstein, Richard J. : Professeur de psychologie et auteur de livres remarquables sur le renseignement et le crime. Il a principalement effectué des recherches sur les processus de motivation et d'apprentissage humains et animaux. Ses livres comprennent Psychologie et QI dans la méritocratie, et il a co-écrit (avec Charles Murray) La courbe en cloche : intelligence et structure de classe dans la vie américaine (1994).

hétérogamétique : Le sexe avec deux chromosomes sexuels différents (les mâles chez les mammifères, car ils sont XY). Comparer avec homogamétique.

hétérozygotie : (dans la plupart des cas) La proportion d'individus dans une population qui sont hétérozygotes.

hétérozygote : Un individu ayant deux allèles différents à un locus génétique. Comparer avec homozygote.

avantage hétérozygote : Une condition dans laquelle la fitness d'un hétérozygote est supérieure à la fitness de l'un ou l'autre homozygote.

hétérozygote : Avoir deux allèles différents pour un trait particulier. Voir aussi hétérozygote.

Colline, André : Paléontologue et professeur à l'université de Yale. Son travail avec l'équipe de Mary Leakey à Laeotoli, en Tanzanie, dans les années 1970 a permis de découvrir les empreintes fossilisées des premiers hominidés et autres mammifères. Ses intérêts de recherche actuels incluent l'évolution des hominidés, la paléoécologie et la taphonomie.

VIH: Virus de l'immunodéficience humaine. Le virus provoque le SIDA en inactivant les cellules T du système immunitaire.

homéobox : Les homéoboxes sont des séquences d'ADN relativement courtes (environ 180 paires de bases), caractéristiques de certains gènes homéotiques (qui jouent un rôle central dans le contrôle du développement corporel). Les homéoboîtes codent pour une protéine « homéodomaine », un domaine protéique qui se lie à l'ADN et peut réguler l'expression d'autres gènes. Ces motifs homéodomaines sont impliqués dans l'orchestration du développement d'un large éventail d'organismes.

gènes de l'homéoboîte : Les « gènes homéoboîtes » sont des gènes qui contiennent des « homéoboîtes » et peuvent réguler l'expression d'autres gènes. Il existe au moins 24 gènes homeobox, dont certains mais pas tous sont également homéotiques dans leur effet. En général, les gènes "homéotiques" sont des gènes qui contrôlent l'identité des parties du corps. Ils sont actifs dans les premiers stades du développement embryonnaire des organismes. Certains gènes homéotiques, mais pas tous, sont des gènes homéoboîtes. Les gènes "Hox" sont un sous-groupe de gènes homeobox homéotiques qui déterminent la différenciation et le développement des cellules positionnelles. Ils présentent le motif du corps de la tête à la queue dans les embryons très précoces. Les gènes Hox sont très anciens et largement partagés entre les animaux bilatéraux. Une fois que le modèle tête-à-queue est établi, les gènes homéotiques dirigent le destin de développement de groupes particuliers de cellules.

homéostasie (développement): Un processus d'autorégulation dans le développement, tel que l'organisme grandit pour avoir à peu près la même forme indépendamment des influences extérieures qu'il subit en grandissant.

mutation homéotique : Une mutation provoquant la croissance d'une structure d'un organisme à l'endroit approprié à une autre. Par exemple, dans la mutation appelée « antennepédie » chez la mouche des fruits, un pied pousse dans la cavité antennaire.

hominidés : Membres de la famille des Hominidae, qui ne comprend que les humains modernes et leurs ancêtres puisque la lignée humaine s'est séparée des singes.

homogamétique : Le sexe avec deux chromosomes du même genre (femelles chez les mammifères, car elles sont XX). Comparez avec l'hétérogamétique.

structures homologues : Les structures partagées par un ensemble d'espèces apparentées car héritées, avec ou sans modification, de leur ancêtre commun. Par exemple, les os qui soutiennent l'aile d'une chauve-souris sont similaires à ceux d'un bras humain.

homologie : Un caractère partagé par un ensemble d'espèces et présent dans leur ancêtre commun. Comparez avec l'analogie. (Certains biologistes moléculaires, lorsqu'ils comparent deux séquences, appellent les sites correspondants "homologues" s'ils ont le même nucléotide, que la similitude soit évolutivement partagée à partir d'un ancêtre commun ou convergent. Ils parlent également de pourcentage d'homologie entre les deux séquences. L'homologie dans ce contexte signifie simplement la similitude. Cet usage est mal vu par de nombreux biologistes évolutionnistes, mais est établi dans une grande partie de la littérature moléculaire.)

homozygote : Un individu ayant deux copies du même allèle à un locus génétique. Également parfois appliqué à des entités génétiques plus grandes, telles qu'un chromosome entier, un homozygote est alors un individu possédant deux copies du même chromosome.

homozygote : Avoir des allèles identiques pour un trait particulier. Voir aussi homozygote.

l'homo erectus: Une espèce d'hominidé qui vivait il y a entre 1,8 millions d'années et 300 000 ans le premier Homo espèces à migrer au-delà de l'Afrique.

Homo habilis: Une espèce d'hominidé qui a vécu entre 1,9 et 1,8 mya, la première espèce du genre Homo, et le premier hominidé associé à des preuves évidentes de fabrication et d'utilisation d'outils.

Homo neanderthalensis: Espèce d'hominidé qui vivait il y a entre 150 000 et 30 000 ans en Europe et en Asie occidentale, considérée à l'origine comme une variante géographique de Homo sapiens mais maintenant généralement acceptée comme une espèce distincte.

Homo sapiens: Les humains modernes, qui ont évolué jusqu'à leur forme actuelle il y a environ 100 000 ans.

queue de cheval: Plante sans pépins apparentée aux fougères. Vingt-cinq espèces d'un seul genre, Equisteum, restent aujourd'hui, alors que de nombreuses espèces différentes, certaines de la taille d'arbres modernes, étaient abondantes dans les anciens marécages. Avec les lycophytes et les fougères, les prêles ont été parmi les premières plantes terrestres à apparaître.

Salut, David : Médecin et chercheur de renommée mondiale sur le sida. Le Dr Ho a renversé une hypothèse conventionnelle antérieure selon laquelle le virus du VIH reste dormant jusqu'à 10 ans chez une personne avant son épidémie de SIDA. Sa reconnaissance du fait que le virus est actif dès le début de l'infection l'a amené à lancer le déploiement d'une combinaison de médicaments pour maîtriser le virus.

gènes hox : Un sous-groupe particulier de gènes homeobox qui fonctionnent pour modeler l'axe du corps d'un organisme et déterminer où les membres et autres segments du corps se développeront au fur et à mesure que l'embryon se développe.

Huxley, Thomas Henry : Intellect britannique, photographe et contemporain de Darwin. Il fut le premier à appliquer la théorie de la sélection naturelle à l'humanité pour expliquer le cours de l'évolution humaine.

hybride: Issu d'un croisement entre deux espèces.

hypothèse: Une explication d'un ou plusieurs phénomènes dans la nature qui peut être testé par des observations, des expériences ou les deux. Pour être considérée comme scientifique, une hypothèse doit être falsifiable, ce qui signifie qu'elle peut être prouvée inexacte.

idéalisme: La théorie philosophique selon laquelle il existe des « idées » non matérielles fondamentales, des « plans » ou des « formes » qui sous-tendent les phénomènes que nous observons dans la nature. Il a été historiquement influent dans la classification.

immigration: Mouvement d'organismes dans une zone.

immutabilité: La capacité de résister au changement.

induction: Processus consistant à dériver des principes généraux à partir de faits particuliers.

inférence: Une conclusion tirée de preuves.

héritage des caractères acquis : Théorie historiquement influente mais factuellement erronée selon laquelle un individu hérite des caractères que ses parents ont acquis au cours de leur vie.

insectivore: Se nourrissant en grande partie ou exclusivement d'insectes.

design intelligent: L'argument non scientifique selon lequel des structures biologiques complexes ont été conçues par une intelligence surnaturelle ou extraterrestre non identifiée.

intron : Les séquences nucléotidiques de certains gènes se composent de parties qui codent pour les acides aminés et d'autres parties qui ne codent pas pour les acides aminés intercalées entre elles. Les parties non codantes intercalées, qui ne sont pas traduites, sont appelées introns, les parties codantes sont appelées exons.

renversement : Un événement (ou le produit de l'événement) dans lequel une séquence de nucléotides dans l'ADN est inversée ou inversée. Parfois, des inversions sont visibles dans la structure des chromosomes.

QI : Abréviation de « quotient intellectuel », généralement défini comme l'âge mental d'un individu (tel que mesuré par des tests standardisés) divisé par son âge réel et multiplié par 100. Cette formulation établit le QI moyen à 100. L'utilité et la fiabilité de Le QI en tant que mesure de l'intelligence a été remis en question, en partie à cause de la difficulté de concevoir des tests standardisés exempts de préjugés culturels.

mécanisme d'isolement: Tout mécanisme, tel qu'une différence entre les espèces dans le comportement de parade nuptiale ou la saison de reproduction, qui entraîne un isolement reproductif entre les espèces.

isotope: Un atome qui partage le même numéro atomique et la même position que les autres atomes d'un élément, mais qui a un nombre différent de neutrons et donc une masse atomique différente.

Jablonski, David : Paléontologue et professeur au Département des sciences géophysiques de l'Université de Chicago. Ses recherches mettent l'accent sur la combinaison de données d'organismes vivants et fossiles pour étudier les origines et le destin des lignées et des adaptations, afin de développer une compréhension de la dynamique sous-jacente de la spéciation et de l'extinction qui pourrait conduire à une théorie générale de la nouveauté évolutive. Il s'intéresse à la façon dont les modèles évolutifs sont façonnés par l'alternance des régimes d'extinction, avec des extinctions de masse rares mais influentes entraînant des changements évolutifs inattendus.

Johanson, Don : Paléontologue et fondateur de l'Institut des origines humaines. Johanson a découvert Lucy (à l'époque le squelette d'hominidé le plus ancien et le plus complet connu) en 1974, et l'année suivante a déterré les restes fossilisés de 13 premiers hominidés en Éthiopie. Il est l'auteur de plusieurs livres populaires sur les origines humaines.

Johnson, Jerry : Les intérêts de recherche de Johnson se concentrent sur les interactions et les relations évolutives des espèces d'amphibiens et de reptiles des écosystèmes désertiques tropicaux américains et mexicains. Johnson se spécialise dans la recherche sur le terrain dans des endroits tels que le Yucatan, Jalisco, Zacatecas et Chiapas, au Mexique. Il a effectué des recherches sur l'analyse biochimique du venin de serpent à sonnettes en utilisant des techniques immunologiques, l'écologie des serpents et l'écologie des lézards.

Johnston, Victor : Professeur de biopsychologie à l'Université d'État du Nouveau-Mexique à Las Cruces. Ses intérêts de recherche incluent l'évolution de la conscience et les perceptions de la beauté. Il est l'auteur de Pourquoi nous nous sentons : la science des émotions humaines.

Kegl, Judy : Linguiste qui travaille sur la linguistique théorique appliquée aux langues parlées et signées. Parmi ses intérêts de recherche figure une étude de la langue des signes nicaraguayenne.

Kimbel, Bill : Anatomiste, Kimbel a travaillé avec Don Johanson et a assemblé les fragments de crâne de Lucy. En 1991, Kimbel et Yoel Rak ont ​​trouvé un squelette complet à 70 pour cent de Australopithèque afarensis.

Royaume: Le deuxième plus haut niveau de classification taxonomique des organismes (en dessous des domaines). Les schémas de classification au niveau du royaume ont changé au fil du temps. Des données moléculaires récentes ont généralement renforcé l'importance évolutive des règnes Animalia, Plantae et Fungi. Les eucaryotes unicellulaires autrefois regroupés dans le royaume Protista sont maintenant connus pour être très divers et pas étroitement liés les uns aux autres. Les organismes procaryotes autrefois regroupés dans le royaume Monera sont maintenant considérés comme appartenant à des domaines distincts : les eubactéries et les archées. Voir taxon.

Kirchweger, Gina : Biologiste autrichien intéressé par l'évolution biologique du teint de la peau. Son essai, "La biologie de la couleur de la peau", concerne l'évolution de la race.

Kluger, Matthieu : Un chercheur dont les travaux sur les lézards ont démontré que la fièvre est bénéfique et peut améliorer la réponse immunitaire à l'infection. L'implication pour l'homme est toujours à l'étude, mais les preuves indiquent que les fièvres légères peuvent avoir un certain nombre de fonctions immunologiques importantes qui nous permettent de mieux lutter contre les infections bactériennes et virales.

Knowlton, Nancy : Le Dr Knowlton est professeur de biologie marine à la Scripps Institution of Oceanography de l'Université de Californie à San Diego et membre du personnel scientifique du Smithsonian Tropical Research Institute au Panama. Ses principaux intérêts de recherche portent sur diverses facettes de la biodiversité marine. Ceux-ci incluent la nature des limites des espèces dans les coraux, l'élucidation des modèles biogéographiques dans les mers tropicales, l'écologie de la symbiose corail-algues et les effets de seuil dans les écosystèmes des récifs coralliens.

Kondrashov, Alexeï : Généticien des populations spécialisé en analyse mathématique qui a étudié le rôle évolutif des mutations légèrement délétères. Il a émis l'hypothèse que la stratégie d'un organisme primitif pour se protéger contre les mutations nuisibles pourrait avoir été la première étape de l'évolution de la reproduction sexuée.

Kreiswirth, Barry : Directeur du Public Health Research Institute TB Center à New York, le Dr Kreiswirth utilise les empreintes génétiques pour étudier l'évolution de la résistance aux antibiotiques dans Mycobacterium tuberculosis, l'agent pathogène qui cause la tuberculose.

Lamarck, Jean : Naturaliste, zoologiste et botaniste du XVIIIe siècle connu pour son étude et sa classification des invertébrés, ainsi que pour ses théories de l'évolution. Il a beaucoup voyagé à travers l'Europe et a été élu à l'Académie des sciences, où il a introduit les principes de l'hérédité et des caractéristiques acquises.

pont terrestre : Une connexion entre deux masses terrestres, en particulier des continents (par exemple, le pont terrestre de Béring reliant l'Alaska et la Sibérie à travers le détroit de Béring) qui permet la migration de plantes et d'animaux d'une masse terrestre à l'autre. Avant l'acceptation généralisée de la dérive des continents, l'existence d'anciens ponts terrestres était souvent invoquée pour expliquer les similitudes faunistiques et florales entre des continents désormais largement séparés. À plus petite échelle, le terme peut être appliqué aux connexions terrestres qui ont maintenant été supprimées par la tectonique récente ou les changements du niveau de la mer (par exemple, entre le nord de la France et le sud-est de l'Angleterre).

larve (et stade larvaire): Le stade préreproductif de nombreux animaux. Le terme est particulièrement approprié lorsque le stade immature a une forme différente de l'adulte. Par exemple, une chenille est le stade larvaire d'un papillon ou d'un papillon de nuit.

loi: Une description de la façon dont un phénomène naturel se produira dans certaines circonstances.

Leakey, Maeve : Paléoanthropologue aux Musées nationaux du Kenya, Maeve est la découvreuse de Platyops de Kenyanthropus et Australopithèque anamensis. Elle est mariée à Richard Leakey.

Fuite, Marie : Un paléoanthropologue britannique décrit comme "un vrai chasseur de fossiles" et "le vrai scientifique de la famille". Ses découvertes, certaines en collaboration avec son mari Louis Leakey, comprenaient le crâne vieux de 1,75 million d'années qui montrait pour la première fois l'antiquité des hominidés en Afrique, les mâchoires et les dents d'un ancien Homo espèces et des empreintes fossilisées d'hominidés bipèdes.

Leakey, Richard : Fils d'anthropologues renommés Louis et Mary Leakey, Richard a poursuivi ses travaux sur les premiers hominidés de 1964 jusqu'aux années 1980, faisant un certain nombre de découvertes importantes de fossiles dans la région du lac Turkana et occupant le poste de directeur du Musée national du Kenya.Plus tard, il a consacré ses énergies à la conservation et à la politique.

Lee, Mélanie : Généticien moléculaire et biologiste microbien qui, dans les années 1980, a collaboré avec Paul Nurse sur de nouvelles recherches démontrant la similitude du code génétique entre les levures et les humains. La Dre Lee a ensuite mis ses compétences moléculaires au service de l'industrie pharmaceutique et a été un chef de file dans l'éloignement de la pharmacologie des modèles animaux et vers l'utilisation de la technologie de l'ADN recombinant pour le criblage de nouvelles thérapies potentielles. Elle dirige maintenant la division de recherche de Celltech, une société biopharmaceutique internationale, où son équipe travaille sur la découverte de médicaments et le développement de nouvelles thérapies, principalement pour le traitement des maladies inflammatoires et immunitaires.

lek : Une zone de terrain divisée en territoires qui sont défendus par les mâles dans le but de se montrer à des partenaires potentiels pendant la saison de reproduction. Cette forme de comportement d'accouplement est connue sous le nom de lekking et se produit chez diverses espèces d'oiseaux (par exemple le paon) et également chez certains mammifères. Les mâles dominants occupent les territoires au centre du lek, où ils sont le plus susceptibles d'attirer et de s'accoupler avec les femelles en visite. Les territoires extérieurs sont occupés par des mâles subordonnés, qui ont moins de succès d'accouplement. Au cours des saisons de reproduction successives, les jeunes mâles subordonnés ont tendance à déplacer progressivement les individus plus âgés des territoires les plus désirables et à devenir eux-mêmes dominants. Les territoires des leks ne contiennent pas de ressources de valeur pour la femelle, telles que de la nourriture ou du matériel de nidification, bien que les mâles de certaines espèces puissent construire des structures telles que des tonnelles qui font partie de leur parade.

maki: Un petit primate arboricole qui appartient au groupe appelé prosimiens.

létal récessif : Le cas dans lequel hériter de deux allèles récessifs d'un gène provoque la mort de l'organisme.

Levine, Michael : Professeur de génétique et de développement au Département de biologie moléculaire et cellulaire de l'Université de Californie à Berkeley. Levine a été le découvreur (avec Bill McGinnis) des séquences homéobox dans les gènes homéotiques Antennapedia et Ultrabithorax alors qu'il était chercheur postdoctoral avec Walter Gehring à l'Université de Bâle, en Suisse. Ses recherches actuelles portent sur l'analyse de la régulation et de la structuration des gènes au début Drosophile études embryonnaires du développement embryonnaire chez le tunicier, Ciona intestinalis, s'est concentré sur la spécification des muscles de la notocorde et de la queue et sur un test critique des modèles classiques pour les origines évolutives du plan corporel de la corde.

lignée: Séquence ancêtre-descendant de (1) populations, (2) cellules ou (3) gènes.

déséquilibre de liaison: Une condition dans laquelle les fréquences des haplotypes dans une population s'écartent des valeurs qu'elles auraient si les gènes de chaque locus étaient combinés au hasard. (Lorsqu'il n'y a pas d'écart, la population est dite en équilibre de liaison.)

lié: Des gènes, présents sur le même chromosome.

Classement linnéen : Méthode hiérarchique de dénomination des groupes de classification, inventée par le naturaliste suédois du XVIIIe siècle Carl von Linn , ou Linnaeus. Chaque individu est affecté à une espèce, un genre, une famille, un ordre, une classe, un phylum et un royaume, et à certains niveaux de classification intermédiaires. Les espèces sont désignées par un binôme linnéen de son genre et de son espèce, comme Magnolia grandiflora.

Vif, Curtis : Un professeur de biologie qui étudie la biologie des populations et l'écologie et l'évolution des interactions hôte-parasite. Son laboratoire est impliqué dans des études détaillées de l'interaction entre un trématode parasite et un escargot d'eau douce de Nouvelle-Zélande dans lequel coexistent des femelles sexuées et asexuées.

lieu: L'emplacement dans l'ADN occupé par un gène particulier.

Joie d'amour, Owen : Paléoanthropologue et anatomiste consultant en médecine légale, Lovejoy est connu pour son analyse des premiers fossiles d'hominidés. Ses recherches incluent des travaux sur Lucy (Australopithèque afarensis).

lycophyte : Communément appelées lycophytes, les lycophytes ont été parmi les premières plantes sans pépins à apparaître sur Terre. Avec les prêles et les fougères, celles-ci ont rendu la planète plus hospitalière pour les premiers animaux.

La notion de changement graduel de Lyell : Aussi appelée uniformitarisme, la notion de Lyell était que la Terre a été façonnée par les mêmes forces et processus qui opèrent aujourd'hui, agissant en continu sur de très longues périodes de temps. Par exemple, l'érosion continue causée par l'écoulement de l'eau dans une rivière pourrait, avec suffisamment de temps, creuser le Grand Canyon.

Lyell, Charles : Scientifique du XIXe siècle considéré comme le père de la géologie moderne. Lyell a proposé que la géologie de la Terre est façonnée par des processus graduels, tels que l'érosion et la sédimentation. Les idées de Lyell, exprimées dans son œuvre marquante, Principes de géologie, a fortement influencé le jeune Charles Darwin. Darwin et Lyell sont devenus plus tard des amis proches. Alors que Lyell s'est d'abord opposé à l'idée d'évolution, il en est venu à l'accepter après que Darwin a publié À propos de l'origine des espèces.

macroévolution : Terme vague généralement utilisé pour désigner l'évolution à grande échelle ou sur de longues périodes de temps. Il n'y a pas de définition scientifique précise de ce terme, mais il est souvent utilisé pour désigner l'émergence ou la modification de taxons au niveau du genre ou au-dessus. L'origine ou le rayonnement adaptatif d'un taxon supérieur, comme les vertébrés, pourrait être appelé un événement macroévolutif.

macromutation : Mutation d'un grand effet phénotypique, celui qui produit un phénotype bien en dehors de la plage de variation existant auparavant dans la population.

paludisme: Une maladie parfois mortelle transmise aux humains par les moustiques, infectant la circulation sanguine.

Malthus, Thomas : Économiste et démographe britannique surtout connu pour son traité sur la croissance démographique, qui déclare que les gens menaceront toujours de dépasser l'approvisionnement alimentaire à moins que la reproduction ne soit étroitement surveillée. Sa théorie s'opposait aux utopistes du XVIIIe siècle.

mammifères : Le groupe (plus précisément, une classe) d'animaux, descendant d'un ancêtre commun, qui partagent les caractères dérivés des cheveux ou de la fourrure, des glandes mammaires et plusieurs caractéristiques distinctives de l'anatomie squelettique, y compris un type particulier d'oreille moyenne. Les humains, les vaches et les dauphins sont tous des mammifères.

glandes mammaires: Uniquement présentes chez les mammifères, ce sont des glandes spécialisées qui peuvent produire du lait pour nourrir les jeunes.

mandibule: Une partie de la structure osseuse d'une mâchoire. Chez les vertébrés, c'est la mâchoire inférieure chez les oiseaux, le bec inférieur chez les arthropodes, l'un des appendices appariés les plus proches de la bouche.

Margulis, Lynn : Un biologiste qui a développé la théorie de l'endosymbiose en série de l'origine de la cellule eucaryote. Bien que maintenant acceptée comme une théorie plausible, elle et sa théorie ont été ridiculisées par les biologistes traditionnels pendant un certain nombre d'années.

mammifères marsupiaux : Groupe (plus précisément, un ordre) de mammifères dont les femelles donnent naissance à des petits à un stade très précoce de leur développement. Ces nouveau-nés achèvent leur développement en suçant dans une poche, ce qui est une caractéristique permanente de la femelle. Les exemples incluent les kangourous et les opossums.

mastodonte: Un mammifère éteint ressemblant à un éléphant.

Mayr, Ernst : Les travaux de Mayr ont contribué à la synthèse de la génétique mendélienne et de l'évolution darwinienne, ainsi qu'au développement du concept d'espèce biologique. Mayr a été universellement reconnu et reconnu comme l'un des principaux biologistes évolutionnistes du 20e siècle.

McGinnis, Guillaume : Professeur de biologie à l'Université de Californie à San Diego. Découvrez (avec Mike Levine) des homeoboxes, les séquences d'ADN caractéristiques des gènes homéotiques, qui jouent un rôle central dans la spécification du développement corporel. Ses recherches actuelles utilisent à la fois la génétique et la biochimie pour examiner des questions telles que la façon dont les variations moléculaires des gènes Hox qui spécifient le motif tête-queue d'un organisme peuvent générer une variété de formes animales au cours de l'évolution, et quels étaient les changements moléculaires qui ont permis aux cellules unicellulaires animaux à devenir multicellulaires.

méiose: Un type particulier de division cellulaire qui se produit lors de la reproduction d'organismes diploïdes pour produire les gamètes. Le double ensemble de gènes et de chromosomes des cellules diploïdes normales est réduit pendant la méiose à un seul ensemble haploïde dans les gamètes. Le croisement et donc la recombinaison se produisent au cours d'une phase de méiose.

mème : Le mot inventé par Richard Dawkins pour une unité de culture, telle qu'une idée, une compétence, une histoire ou une coutume, transmis d'une personne à une autre par imitation ou enseignement. Certains théoriciens soutiennent que les mèmes sont l'équivalent culturel des gènes et se reproduisent, mutent, sont sélectionnés et évoluent de la même manière.

Héritage mendélienne : Le mode de transmission de toutes les espèces diploïdes, et donc de presque tous les organismes multicellulaires. L'héritage est contrôlé par des gènes, qui sont transmis à la progéniture sous la même forme qu'ils ont été hérités de la génération précédente. À chaque locus, un individu possède deux gènes, l'un hérité de son père et l'autre de sa mère. Les deux gènes sont représentés en proportions égales dans ses gamètes.

Mendel, Gregor : Un moine autrichien dont les expériences de sélection végétale, commencées en 1856, ont permis de mieux comprendre les mécanismes de l'hérédité qui sont à la base de la génétique aujourd'hui. Son œuvre a été ignorée de son vivant et n'a été redécouverte qu'en 1900. Voir Héritage mendélien.

ARN messager (ARNm): Une sorte d'ARN produit par transcription à partir de l'ADN et qui agit comme le message qui est décodé pour former des protéines.

métabolisme: Les processus chimiques qui se produisent dans un organisme vivant afin de maintenir la vie. Il existe deux types de métabolisme : le métabolisme constructif, ou anabolisme, la synthèse des protéines, des glucides et des graisses qui forment les tissus et stockent l'énergie et le métabolisme destructeur, ou le catabolisme, la décomposition de substances complexes, produisant de l'énergie et des déchets.

métamorphose: Un ou plusieurs changements de forme au cours du cycle de vie d'un organisme, tel qu'un amphibien ou un insecte, dans lequel les stades juvéniles diffèrent de l'adulte. Un exemple est la transition d'un têtard à une grenouille adulte. Le terme « métamorphose complète » s'applique aux insectes tels que les papillons dans lesquels le stade de la chenille est distinct de l'adulte. « Métamorphose incomplète » décrit l'histoire de la vie des insectes tels que les criquets dans lesquels les jeunes passent par une série de stades larvaires, dont chacun porte des similitudes avec l'adulte. La métamorphose chez les insectes et les amphibiens est contrôlée par des hormones et implique souvent une destruction considérable des tissus larvaires par des enzymes.

métazoaires : Tous les animaux qui sont multicellulaires et dont les cellules sont organisées en tissus et organes. Dans les métazoaires les plus simples, seule une couche interne et externe peut être distinguée.

microbe: Terme non scientifique et très général, sans signification taxonomique, parfois utilisé pour désigner des organismes microscopiques (non visibles à l'œil nu). Le terme fait souvent référence à des bactéries ou des virus qui causent une maladie ou une infection.

microévolution : Changements évolutifs à petite échelle, tels que les changements dans la fréquence des gènes au sein d'une population.

Miller, Geoffroy : Auteur de L'esprit d'accouplement, Miller est connu pour ses recherches sur la psychologie évolutionniste et la sélection sexuelle. Il pense que nos esprits ont évolué non seulement en tant que machines de survie, mais aussi en tant que machines de parade nuptiale – au moins en partie, pour nous aider à attirer un partenaire et à transmettre des gènes.

Miller, Ken : Biologiste cellulaire et professeur de biologie à l'Université Brown. La recherche universitaire de Miller se concentre sur la structure et la fonction des membranes biologiques. Il est le coauteur de manuels de biologie largement utilisés pour les lycées et les collèges, et il a également écrit Trouver le Dieu de Darwin : la recherche d'un scientifique pour un terrain d'entente entre Dieu et l'évolution.

Miller, Véronique : Un virologue allemand dont les recherches se sont concentrées sur le VIH-SIDA. Miller a été le premier chercheur à annoncer qu'une interruption du traitement médicamenteux chez les patients atteints du SIDA peut entraîner une réversion du virus résistant aux médicaments en son type sauvage. Cela a conduit d'autres chercheurs et cliniciens à explorer les « interruptions de traitement structurées » chez certains patients en tant qu'option de traitement expérimental.

mimétisme: Cas dans lequel une espèce ressemble plus ou moins à une autre espèce. Voir mimétisme batésien et mimétisme mémulllérien.

ADN mitochondrial : ADN trouvé dans la mitochondrie, un petit corps rond présent dans la plupart des cellules. Étant donné que les mitochondries sont généralement transportées dans les ovules mais pas dans le sperme, l'ADN mitochondrial est transmis à la progéniture des mères, mais pas des pères.

mitochondrie : Une sorte d'organite dans les cellules eucaryotes. Les mitochondries produisent des enzymes pour convertir les aliments en énergie. Ils contiennent de l'ADN codant pour certaines protéines mitochondriales.

mitose: La division cellulaire. Toutes les divisions cellulaires dans les organismes multicellulaires se produisent par mitose, à l'exception de la division spéciale appelée méiose qui génère les gamètes.

Mimétisme müllérien : Une sorte de mimétisme dans lequel deux espèces vénéneuses évoluent pour se ressembler.

horloge moléculaire : La théorie selon laquelle les molécules évoluent à une vitesse approximativement constante. La différence entre la forme d'une molécule dans deux espèces est alors proportionnelle au temps écoulé depuis que l'espèce a divergé d'un ancêtre commun, et les molécules deviennent d'une grande valeur dans l'inférence de la phylogénie.

généticiens moléculaires : Les scientifiques qui étudient les gènes et les caractères en travaillant avec les molécules qui composent et interagissent avec l'ADN.

mollusque: Invertébré au corps charnu et musclé. Le phylum Mollusca comprend les escargots, les bivalves, les calmars et les poulpes.

"essai de singe": En 1925, John Scopes a été reconnu coupable et condamné à une amende de 100 $ pour avoir enseigné l'évolution dans sa classe de Dayton, dans le Tennessee, lors du premier procès très médiatisé concernant l'enseignement de l'évolution. La presse a rapporté que bien qu'ils aient perdu l'affaire, l'équipe de Scopes avait gagné l'argument. Le verdict a cependant eu un effet dissuasif sur l'évolution de l'enseignement en classe, et ce n'est que dans les années 1960 qu'il a réapparu dans les manuels scolaires.

monogamie: Une stratégie de reproduction dans laquelle un mâle et une femelle s'accouplent et se reproduisent exclusivement entre eux. Contraste avec la polygamie et la polyandrie.

groupe monophylétique : Un ensemble d'espèces contenant un ancêtre commun et tous ses descendants, et ne contenant aucun organisme qui ne soit pas les descendants de cet ancêtre commun.

monotrèmes : Groupe (plus précisément, un ordre) de mammifères dont les femelles pondent des œufs. Les jeunes éclosent et continuent à se développer dans la poche de la mère, qui n'est présente qu'en cas de besoin. Deux espèces de fourmilier épineux et l'ornithorynque à bec de canard sont les seuls monotrèmes vivants.

Moore, Jacques : Auteur, avec Adrian Desmond, d'une biographie de Charles Darwin faisant autorité, Moore a fait une étude de 20 ans sur la vie de Darwin. Diplômé en sciences, en théologie et en histoire, il a enseigné l'histoire des sciences à l'Université Harvard et à l'Open University au Royaume-Uni.

morphologie: L'étude de la forme, de la forme et de la structure des organismes.

Mueller, Ulrich G. : Zoologiste et professeur dont les recherches visent à comprendre les forces microévolutives et les modèles macroévolutifs qui régissent l'évolution des interactions entre les organismes, en particulier l'évolution des mutualismes et l'évolution des conflits sociaux et de la coopération. Les recherches actuelles de Mueller portent sur la coévolution entre les fourmis productrices de champignons et leurs champignons et sur l'écologie évolutive des abeilles halictines.

Murray, Charles : Un auteur et analyste politique qui a écrit de nombreux livres controversés et influents sur la politique sociale. Il est co-auteur avec Richard J. Herrnstein de La courbe en cloche : intelligence et structure de classe dans la vie américaine (1994). Il a également écrit Perdre du terrain : la politique sociale américaine 1950-1980 (1984), qui plaide pour l'abolition du système de protection sociale, La sous-classe revisitée (1999), et Revenu, inégalités et QI (1998).

mutation: Modification du matériel génétique résultant d'une erreur de réplication de l'ADN. Les mutations peuvent être bénéfiques, nuisibles ou neutres.

Nagel, Ronald : Hématologue et professeur au Albert Einstein College of Medicine. Ses recherches comprennent des études moléculaires, biochimiques et physiologiques des anomalies génétiques des globules rouges, y compris la drépanocytose.

sélection naturelle: Survie et reproduction différentielles de classes d'organismes qui diffèrent les unes des autres par une ou plusieurs caractéristiques généralement héréditaires. Grâce à ce processus, les formes d'organismes d'une population qui sont les mieux adaptées à leur environnement local augmentent en fréquence par rapport aux formes moins bien adaptées sur un certain nombre de générations. Cette différence de survie et de reproduction n'est pas due au hasard.

Néandertal: Hominidé, semblable mais distinct des humains modernes, qui vivait en Europe et en Asie occidentale il y a environ 150 000 à 30 000 ans.

Nelson, Craig : Professeur de biologie et d'affaires environnementales à l'Université d'Indiana à Bloomington. Ses recherches portent sur l'écologie évolutive.

néo-darwinisme : (1) La théorie de la sélection naturelle de Darwin plus l'hérédité mendélienne. (2) Le corps plus large de la pensée évolutionniste qui a été inspiré par l'unification de la sélection naturelle et du mendélisme. Un synonyme de la synthèse moderne.

système nerveux: Un système organique, composé d'un réseau de cellules appelées neurones, qui permet à un animal de surveiller son environnement interne et externe, et de se déplacer volontairement ou en réponse à une stimulation.

neural: Relatif aux nerfs et aux neurones.

mutation neutre : Une mutation avec la même fitness que l'autre ou les autres allèles à son locus.

théorie neutre (et neutralisme): La théorie selon laquelle une grande partie de l'évolution au niveau moléculaire se produit par dérive génétique.

Newton, Isaac : Médecin et mathématicien anglais, considéré comme la figure culminante de la révolution scientifique du XVIIe siècle. Il est surtout connu pour son explication de la gravité et pour avoir jeté les bases de l'optique physique moderne.

niche: Le rôle écologique d'une espèce l'ensemble des ressources qu'elle consomme et les habitats qu'elle occupe.

Nilsson, Dan-Erik : Le professeur Nilsson dirige la division de morphologie fonctionnelle du département de zoologie de l'université de Lund en Suède. Ses principaux intérêts de recherche sont l'optique et l'évolution des yeux des invertébrés.

Nilsson, Lennart : Photographe suédois qui a commencé comme photojournaliste, Nilsson a rapidement commencé à explorer de nouvelles techniques telles que l'utilisation d'endoscopes et de microscopes électroniques pour photographier les mystères intérieurs du corps humain. Il a publié un livre intitulé Un enfant est né de ses photographies du début de la vie, et a réalisé de nombreux films, dont la mini-série Odyssée de la vie, une coproduction entre WGBH/NOVA et SVT Swedish Television.

fixation de l'azote: Processus chimique par lequel l'azote de l'atmosphère est assimilé en composés organiques. Seules certaines bactéries sont capables de fixer l'azote atmosphérique, qui devient alors disponible pour d'autres organismes à travers les chaînes alimentaires.

nomade: Il s'agit de nomades, des personnes qui ne vivent pas dans un endroit fixe mais qui se déplacent à la recherche de nourriture ou de pâturages pour leurs animaux d'un mode de vie nomade.

notocorde : Une tige squelettique flexible parcourant la longueur du corps dans les embryons des cordés (y compris les vertébrés). Dans certains types plus simples, tels que les ascidies, seule la larve nageant librement a une notocorde dans d'autres, comme les lancettes et les lamproies, la notocorde reste le principal support axial, et chez les vertébrés, elle est incorporée dans l'épine dorsale comme l'embryon se développe.

Novacek, Michael J. : Paléontologue au Musée américain d'histoire naturelle. Les intérêts de recherche du Dr Novacek comprennent l'évolution et les relations entre les organismes, en particulier les mammifères. Il est l'auteur de Dinosaures des falaises flamboyantes, un compte-rendu des expéditions de l'AMNH dans le désert de Gobi.

nucléotide : Un bloc de construction unitaire d'ADN et d'ARN. Un nucléotide est constitué d'un squelette de sucre et de phosphate avec une base attachée.

noyau: Région de cellules eucaryotes, enfermée dans une membrane, contenant l'ADN.

taxonomie numérique : En général, toute méthode de taxonomie utilisant des mesures numériques. En particulier, il fait souvent référence à la classification phénétique utilisant un grand nombre de caractères mesurés quantitativement.

Infirmière, Paul : Un pionnier des études génétiques et moléculaires qui a révélé la machinerie universelle de régulation de la division cellulaire chez tous les organismes eucaryotes, des levures aux grenouilles en passant par les êtres humains.

O'Brien, Stephen J. : Généticien à l'Institut national du cancer dont les intérêts de recherche incluent l'histoire évolutive de la réponse immunologique chez les mammifères aux rétrovirus comme le VIH. Avec ses collègues, il a découvert une mutation qui peut protéger les individus contre l'infection par le VIH, le virus qui cause le sida.

ordre: Le niveau de classification taxonomique entre classe et famille. Par exemple, au sein de la classe Mammalia, il existe plusieurs ordres, dont les carnivores, qui composent l'ordre des Carnivores et les insectivores, regroupés dans l'ordre des Insectivores. Les ordres sont à leur tour divisés en familles, l'ordre Carnivora comprend les familles Felidae (les chats), Canidae (les chiens) et Ursidae (les ours), entre autres. Voir aussi taxon.

organite : N'importe laquelle d'un certain nombre de petites structures distinctes trouvées dans le cytoplasme (et donc à l'extérieur du noyau) des cellules eucaryotes (par exemple, mitochondrie et chloroplaste).

orthogénèse : L'idée erronée que les espèces ont tendance à évoluer dans une direction fixe en raison d'une force inhérente qui les pousse à le faire.

Owen, Richard : Anatomiste britannique comparatif du XIXe siècle, qui a inventé le mot « dinosaure » ​​pour décrire une race de grands reptiles éteints. Il a été le premier à proposer que les dinosaures étaient un groupe taxonomique distinct. Owen s'est opposé à la théorie de l'évolution de Darwin, mais finalement son travail a aidé à soutenir les arguments évolutionnistes.

couche d'ozone: La région de l'atmosphère, généralement située à 11-26 km (7-16 miles) au-dessus de la Terre, où l'ozone se forme en concentrations élevées. La couche d'ozone absorbe le rayonnement ultraviolet, protégeant la Terre de ses effets néfastes.

paléoanthropologue : Un scientifique qui utilise des preuves fossiles pour étudier les premiers ancêtres humains.

paléobiologie : L'étude biologique des fossiles.

paléontologiste: Un scientifique qui étudie les fossiles pour mieux comprendre la vie à l'époque préhistorique.

paléontologie: L'étude scientifique des fossiles.

Pangée : Un supercontinent qui a commencé à se séparer en continents modernes il y a environ 260 millions d'années, provoquant l'isolement (et l'évolution séparée) de divers groupes d'organismes les uns des autres.

panmixis : Accouplement aléatoire dans une population.

paradoxe: Une déclaration apparemment absurde ou contradictoire, bien que souvent vraie.

spéciation parapatrique : Spéciation dans laquelle la nouvelle espèce se forme à partir d'une population contiguë à l'aire de répartition géographique de l'espèce ancestrale.

groupe paraphylétique : Un ensemble d'espèces contenant une espèce ancestrale ainsi que certains, mais pas tous, de ses descendants. Les espèces incluses dans le groupe sont celles qui ont continué à ressembler à l'ancêtre les espèces exclues ont évolué rapidement et ne ressemblent plus à leur ancêtre.

parasite: Organisme qui vit sur ou dans une plante ou un animal d'une espèce différente, prenant des nutriments sans apporter aucun avantage à l'hôte.

Paroisse, Amy : Anthropologue et primatologue biologique dont les recherches portent sur le comportement social des bonobos (« chimpanzés pygmées » ou Pan paniscus). En plus des travaux comparatifs avec les chimpanzés (Pan troglodytes) et des enquêtes endocrinologiques, le Dr Parish étudie la réciprocité chez les chimpanzés, les bonobos et les chasseurs-cueilleurs.

parcimonie: Le principe de la reconstruction phylogénétique dans lequel la phylogénie d'un groupe d'espèces est déduite comme étant le modèle de ramification nécessitant le plus petit nombre de changements évolutifs.

parthénogenèse: Développement à partir d'un ovule non fécondé. Terme désignant une certaine forme de reproduction asexuée que l'on retrouve chez certains lézards, insectes (notamment parmi les pucerons) et certains autres organismes.

particulaire : (comme propriété de la théorie de l'hérédité) Un synonyme d'atomistique.

paternité: L'identité du père d'une progéniture.

agent pathogène: Un micro-organisme qui cause la maladie.

pathologique: Lié ou causé par une maladie.

pénicilline: Premier antibiotique découvert, la pénicilline est dérivée de la moisissure Penicillium notatum. Il est actif contre une grande variété de bactéries, agissant en perturbant la synthèse de la paroi cellulaire bactérienne.

spéciation des isolats périphériques : Forme de spéciation allopatrique dans laquelle la nouvelle espèce est formée à partir d'une petite population isolée à la limite de l'aire de répartition géographique de la population ancestrale. Aussi appelée spéciation péripatrique.

insectes résistants aux pesticides : Insectes capables de survivre et de se reproduire en présence de pesticides. Ces variantes résistantes augmentent en fréquence avec le temps si les pesticides restent présents dans leur environnement.

Pétrie, Marion : Écologiste du comportement à l'Université de Newcastle au Royaume-Uni, les intérêts de recherche du Dr Petrie incluent les liens entre la sélection sexuelle et la spéciation, et comment les mâles et les femelles évaluent la qualité génétique d'un partenaire.

classification phénétique : Méthode de classification dans laquelle les espèces sont regroupées avec d'autres espèces auxquelles elles ressemblent le plus du point de vue phénotypique.

concept d'espèce phénétique : Concept d'espèce selon lequel une espèce est un ensemble d'organismes phénotypiquement similaires les uns aux autres. Comparez avec le concept d'espèce biologique, le concept d'espèce cladistique, le concept d'espèce écologique et le concept d'espèce de reconnaissance.

phénotype : Les caractéristiques physiques ou fonctionnelles d'un organisme, produites par l'interaction du génotype et de l'environnement au cours de la croissance et du développement.

caractères phénotypiques : Traits individuels qui peuvent être observés dans un organisme (y compris l'apparence et le comportement) et qui résultent de l'interaction entre la constitution génétique de l'organisme et son environnement.

phéromone : Substance chimique produite par certains organismes et émise dans l'environnement pour communiquer avec d'autres de la même espèce. Les phéromones jouent un rôle important dans le comportement social de certains animaux, notamment les insectes et certains mammifères. Ils servent à délimiter les territoires, à attirer des partenaires, à tracer des sentiers et à favoriser la cohésion sociale et la coordination dans les colonies. Les exemples sont les attractifs sexuels sécrétés par les mites pour attirer les partenaires et la substance reine produite par les reines des abeilles mellifères, qui contrôle le développement et le comportement des abeilles ouvrières. Les phéromones sont généralement des molécules organiques volatiles qui sont efficaces à de très faibles concentrations, aussi peu qu'une partie par million.

cellule photoréceptrice : Cellule, faisant partie fonctionnellement du système nerveux, qui réagit à la présence de lumière. Il contient généralement un pigment qui subit un changement chimique lorsque la lumière est absorbée. Ce changement chimique stimule des changements électriques dans le photorécepteur qui, lorsqu'ils sont transmis et traités par d'autres neurones, forment la base de la vision.

photosynthèse: Le processus biologique fondamental par lequel les plantes vertes fabriquent des composés organiques tels que des glucides à partir du dioxyde de carbone atmosphérique et de l'eau en utilisant l'énergie lumineuse du soleil. Le processus comporte deux phases principales : la réaction lumineuse dépendante de la lumière responsable de la capture initiale de l'énergie, et la réaction sombre indépendante de la lumière dans laquelle cette énergie est stockée dans les liaisons chimiques des molécules organiques. Parce que pratiquement toutes les autres formes de vie dépendent directement ou indirectement des plantes vertes pour se nourrir, la photosynthèse est la base de presque toute vie sur Terre.

phylogénie : L'étude des relations ancestrales entre les espèces, souvent illustrée par un schéma de branchement "arbre de vie", également appelé arbre phylogénétique.

phylum (pluriel phyla): L'un des plus hauts niveaux de classification taxonomique. Voir taxon.

phytoplancton : Organismes aquatiques microscopiques qui, comme les plantes, utilisent la photosynthèse pour capter et exploiter l'énergie solaire.

Pickford, Martin : Paléontologue au Collège de France à Paris. En 2000, Pickford et Brigitte Senut découvrent Orrorin tugensis, un proto-hominidé daté de 6 millions d'années.

Plus rose, Steven : Psychologue et professeur avec un intérêt particulier pour le langage, le comportement linguistique et les sciences cognitives. Les publications de Pinker comprennent les livres de vulgarisation scientifique L'instinct de la langue et Comment fonctionne l'esprit.

mammifères placentaires : Groupe (plus précisément, un ordre) de mammifères dans lequel les jeunes se développent à l'intérieur de la mère, attachés à elle et nourris par une structure spécialisée appelée placenta. Chez les mammifères placentaires, les jeunes naissent à un stade avancé de développement. Comparez avec marsupial et monotrème.

placoderme : Un poisson de fond éteint qui a été parmi les premiers à développer des mâchoires et des nageoires appariées.

plancton: Animaux minuscules ou microscopiques (zooplancton) et plantes (phytoplancton) qui flottent et dérivent dans l'eau, généralement près de la surface. Dans un ou deux mètres supérieurs d'eau, à la fois en mer et en eau douce, de petites plantes peuvent effectuer la photosynthèse et une vie microscopique abondante peut être observée. De nombreux organismes sessiles (attachés à une surface) à l'âge adulte se dispersent au moyen d'un stade larvaire planctonique.

plan de la nature : La théorie philosophique selon laquelle la nature est organisée selon un plan. Il a exercé une influence sur la classification et constitue une sorte d'idéalisme.

plasmide: Un élément génétique qui existe (ou peut exister) indépendamment de l'ADN principal de la cellule. Dans les bactéries, les plasmides peuvent exister sous forme de petites boucles d'ADN et être transmis indépendamment entre les cellules.

tectonique des plaques : La théorie selon laquelle la surface de la Terre est constituée d'un certain nombre de plaques, qui se sont déplacées au cours des temps géologiques pour créer les positions actuelles des continents. La tectonique des plaques explique l'emplacement de la construction des montagnes, ainsi que les tremblements de terre et les volcans. Les plaques rigides sont constituées d'une croûte continentale et océanique ainsi que du manteau supérieur, qui « flottent » sur la couche semi-fondue du manteau sous-jacente et se déplacent les unes par rapport aux autres à travers la planète. Six plaques principales (eurasienne, américaine, africaine, pacifique, indienne et antarctique) sont reconnues, ainsi qu'un certain nombre de plus petites. Les marges des plaques coïncident avec des zones d'activité sismique et volcanique.

Distribution de Poisson : Une distribution de fréquence pour le nombre d'événements par unité de temps, lorsque le nombre d'événements est déterminé de manière aléatoire et que la probabilité de chaque événement est faible.

polyandrie: Système reproducteur dans lequel une femelle s'accouple avec plusieurs mâles. Les hippocampes et les jacanas sont des exemples d'espèces polyandres, moins communes que les espèces monogames ou polygynes.

polygynie : Stratégie de reproduction dans laquelle un mâle s'accouple avec plusieurs femelles. Les lions, les paons et les gorilles ont tous des systèmes d'accouplement polygynes. Comparez avec la polyandrie et la monogamie.

polymorphisme: Une condition dans laquelle une population possède plus d'un allèle à un locus. Parfois, il est défini comme la condition d'avoir plus d'un allèle avec une fréquence de plus de cinq pour cent dans la population.

groupe polyphylétique : Un ensemble d'espèces descendant de plus d'un ancêtre commun. L'ancêtre commun ultime de toutes les espèces du groupe n'est pas membre du groupe polyphylétique.

polyploïde : Un individu contenant plus de deux ensembles de gènes et de chromosomes.

population: Un groupe d'organismes, généralement un groupe d'organismes sexués qui se croisent et partagent un pool génétique.

génétique des populations : L'étude des processus influençant les fréquences des gènes.

isolement postzygotique : Une forme d'isolement reproductif dans laquelle un zygote est formé avec succès mais ne parvient pas à se développer ou se développe en un adulte stérile. Les ânes et les chevaux sont isolés les uns des autres par voie postzygote, un âne mâle et un cheval femelle peuvent s'accoupler pour produire une mule, mais la mule est stérile.

isolement prézygotique : Une forme d'isolement reproductif dans laquelle les deux espèces n'atteignent jamais le stade de l'accouplement réussi, et donc aucun zygote n'est formé. Des exemples seraient des espèces qui ont des saisons de reproduction ou des parades nuptiales différentes et qui, par conséquent, ne se reconnaissent jamais comme partenaires potentiels.

primate: Mammifère appartenant à l'ordre des primates (environ 195 espèces), qui comprend les prosimiens, les singes, les grands singes et les humains. Les primates ont probablement évolué à partir de créatures grimpantes insectivores comme les musaraignes arboricoles et ont de nombreuses adaptations pour l'escalade, notamment cinq doigts et cinq orteils avec des premiers doigts opposables (sauf dans les pattes arrière des humains). Ils ont une ouïe et une vue bien développées, avec des yeux orientés vers l'avant permettant une vision binoculaire et un gros cerveau. Les jeunes sont généralement produits seuls et subissent une longue période de croissance et de développement jusqu'à la forme adulte. La plupart des primates sont arboricoles, mais les grands singes et les humains sont en grande partie terrestres.

procaryote : Une cellule sans noyau distinct. Les bactéries et certains autres organismes simples sont procaryotes. Comparer avec eucaryote. En termes de classification, le groupe de tous les procaryotes est paraphylétique.

enzymes de relecture : Les erreurs lors de la réplication de l'ADN peuvent être reconnues et réparées par des enzymes de relecture. Un nucléotide non apparié peut se produire à raison d'un pour 100 000 paires de bases, provoquant une pause dans la réplication. Les enzymes de réparation de l'ADN remplissent une fonction de relecture et réduisent le taux d'erreur à un par milliard. De nombreux mécanismes complexes ont évolué pour réparer les dommages et les altérations de l'ADN, qui peuvent survenir à la suite de dommages causés par les rayons ultraviolets, les rayons X, etc., ainsi que par des erreurs lors de la réplication. (Plus de 50 gènes ont été trouvés dans la levure pour être impliqués dans les mécanismes de réparation).

prosimien : L'un des groupes de primates qui comprend les lémuriens et les loris, les deux autres groupes de primates sont les tarsoïdes et les anthropoïdes.

protéine: Molécule constituée d'une séquence d'acides aminés. La plupart des molécules importantes dans un être vivant - par exemple, toutes les enzymes - sont des protéines.

protozoaires : Un groupe d'organismes unicellulaires, généralement microscopiques, maintenant classés dans divers phylums du royaume Protoctista. Ils étaient autrefois considérés soit comme un phylum d'animaux simples, soit comme des membres du royaume Protista. La plupart se nourrissent de matières organiques mortes en décomposition, mais certains sont des parasites, notamment les agents responsables du paludisme (Plasmodium) et la maladie du sommeil (Trypanosome), et quelques-uns contiennent de la chlorophylle et effectuent la photosynthèse, comme les plantes.

pseudogène : Une séquence de nucléotides dans l'ADN qui ressemble à un gène mais qui n'est pas fonctionnelle pour une raison quelconque.

pupe (pluriel pupes): Le troisième stade de développement du cycle de vie de certains insectes, notamment les mouches, les papillons (dont la chrysalide), les fourmis, les abeilles et les coléoptères. Pendant le stade nymphal, la locomotion et l'alimentation cessent et la métamorphose de la larve à la forme adulte a lieu. L'adulte émerge en coupant ou en digérant l'étui nymphal après quelques jours ou plusieurs mois.

purine : Une sorte de base dans l'ADN adénine (A) et guanine (G) sont des purines.

pyrimidine : Une sorte de socle. Dans l'ADN, la cytosine (C) et la thymine (T) sont des pyrimidines. Dans l'ARN, la cytosine (C) et l'uracile (U) sont des pyrimidines.

caractère quantitatif : Un caractère montrant une variation continue dans une population.

radioactivité: L'émission d'énergie due aux changements dans le noyau d'un atome. Un tel rayonnement libéré spontanément est une caractéristique de certains éléments et à certains niveaux peut être nocif.

datation radiométrique : Une technique de datation qui utilise le taux de désintégration des isotopes radioactifs pour estimer l'âge d'un objet.

Rak, Yoel : Paléoanthropologue et anatomiste israélien dont les intérêts de recherche incluent la morphologie faciale des hominidés fossiles. Rak faisait partie de l'équipe qui a trouvé un fragment de crâne vieux de 2,3 millions d'années du genre Homo à Hadar, en Éthiopie.

accouplement aléatoire : Un modèle d'accouplement dans lequel la probabilité de s'accoupler avec un autre individu d'un génotype (ou phénotype) particulier est égale à la fréquence de ce génotype (ou phénotype) dans la population.

s'est rétracté : A retiré une déclaration ou une opinion a désavoué une affirmation antérieure.

récapitulation: Hypothèse partiellement ou totalement erronée affirmant qu'un individu, au cours de son développement, passe par une série d'étapes correspondant à ses ancêtres évolutifs successifs. Selon l'hypothèse de la récapitulation, un individu se développe ainsi en « remontant son arbre généalogique ».

récepteurs : Protéines qui peuvent se lier à d'autres molécules spécifiques. Habituellement à la surface d'une cellule, les récepteurs se lient souvent à des anticorps ou à des hormones.

récessif: Un allèle (A) est récessif si le phénotype de l'hétérozygote (Aa) est le même que l'homozygote (aa) pour l'allèle alternatif (a) et différent de l'homozygote pour le récessif (AA). L'allèle (a) contrôle le phénotype de l'hétérozygote et est appelé dominant. Un allèle peut être partiellement, plutôt que totalement, récessif dans ce cas, le phénotype hétérozygote est plus proche, plutôt qu'identique, de l'homozygote pour l'allèle dominant.

concept d'espèce de reconnaissance : Un concept d'espèce selon lequel une espèce est un ensemble d'organismes qui se reconnaissent comme partenaires potentiels, ils ont un système de reconnaissance de partenaire partagé. Comparez avec le concept d'espèce biologique, le concept d'espèce cladistique, le concept d'espèce écologique et le concept d'espèce phénétique.

recombinaison : Un événement, se produisant par le croisement de chromosomes pendant la méiose, dans lequel l'ADN est échangé entre une paire de chromosomes d'une paire. Ainsi, deux gènes qui étaient auparavant non liés, se trouvant sur des chromosomes différents, peuvent devenir liés en raison d'une recombinaison, et les gènes liés peuvent devenir non liés.

renforcement: Une augmentation de l'isolement reproductif entre les espèces naissantes par sélection naturelle. La sélection naturelle ne peut favoriser directement qu'une augmentation du renforcement de l'isolement prézygotique revient donc à une sélection pour un accouplement assortatif entre les formes à spéciation naissante.

datation relative : Le processus de classement des fossiles, des roches et des événements géologiques du plus ancien au plus jeune. En raison de la formation des roches sédimentaires, les couches inférieures de la plupart des séries sont plus anciennes que les couches supérieures, ce qui permet de déterminer quels fossiles trouvés dans ces couches sont les plus anciens et les plus jeunes. En soi, la datation relative ne peut attribuer aucun âge absolu aux roches ou aux fossiles.

déplacement du caractère reproducteur : L'isolement reproductif accru entre deux espèces étroitement apparentées lorsqu'elles vivent dans la même région géographique (sympatrie) par rapport à lorsqu'elles vivent dans des régions géographiques distinctes. Une sorte de déplacement de caractère dans lequel le caractère concerné influence l'isolement reproductif, pas la compétition écologique.

isolement reproductif : Deux populations ou individus de sexe opposé sont considérés comme isolés sur le plan reproductif l'un de l'autre s'ils ne peuvent pas produire ensemble une progéniture fertile. Voir isolement prézygotique et isolement postzygotique.

rétine: La paroi arrière de l'œil sur laquelle les images sont projetées. De la rétine, l'information est envoyée au cerveau via le nerf optique.

ARN ribosomique (ARNr) : Le type d'ARN qui constitue les ribosomes et fournit le site de traduction.

ribosome : Le site de synthèse (ou traduction) des protéines dans la cellule, principalement constitué d'ARN ribosomique.

espèce de bague : Une situation dans laquelle deux populations isolées sur le plan de la reproduction (voir isolement reproductif) vivant dans la même région sont reliées par un anneau géographique de populations qui peuvent se croiser.

ARN : Acide ribonucléique. L'ARN messager, l'ARN ribosomique et l'ARN de transfert sont ses trois formes principales. Ceux-ci agissent comme les intermédiaires par lesquels le code héréditaire de l'ADN est converti en protéines. Dans certains virus, l'ARN est lui-même la molécule héréditaire.

Saag, Michael : Le Dr Saag est directeur de la AIDS Outpatient Clinic et professeur agrégé de médecine à l'Université d'Alabama, à Birmingham. Il est également directeur associé des soins cliniques et thérapeutiques au UAB AIDS Center. Les activités de recherche du Dr Saag se concentrent sur les aspects cliniques et fondamentaux du virus de l'immunodéficience humaine. Il siège à plusieurs comités consultatifs d'État et nationaux, y compris le comité exécutif du NIH/NIAID AIDS Clinical Trials Group.

crête sagittale : Une crête osseuse dépassant de la ligne médiane supérieure du crâne, allant de l'avant vers l'arrière. Il sert de zone d'attache musculaire pour les muscles qui s'étendent sur le côté de la tête à partir de la mâchoire. La présence d'une crête sagittale indique des muscles de la mâchoire extrêmement forts.

Schneider, Chris : Biologiste et professeur à l'Université de Boston dont les recherches portent sur l'évolution de la diversité des vertébrés dans les systèmes tropicaux et sur les bases scientifiques de la conservation de la diversité tropicale. Il utilise diverses méthodes de génétique moléculaire, telles que le séquençage de l'ADN, pour étudier la spéciation, la systématique et la biogéographie des vertébrés terrestres, en mettant l'accent sur les reptiles et les amphibiens.

Schultz, Ted R. : Systématiste des fourmis à la Smithsonian Institution, le Dr Schultz étudie l'évolution de la symbiose entre les fourmis productrices de champignons et les champignons qu'elles cultivent.

science: Une façon de connaître le monde naturel basée sur des observations et des expériences qui peuvent être confirmées ou infirmées par d'autres scientifiques en utilisant des techniques scientifiques reconnues.

Portées, John : L'enseignant de 24 ans du lycée public de Dayton, dans le Tennessee, qui était l'accusé dans le "procès des singes" de 1925. Il a accepté de faire l'objet d'un cas type attaquant une nouvelle loi de l'État du Tennessee contre l'enseignement évolution ou toute autre théorie niant le récit biblique de la création de l'homme, et a été arrêté et jugé, avec l'American Civil Liberties Union soutenant sa défense.

Scott, Eugénie C. : Biologiste humain spécialisé en anthropologie médicale et en biologie squelettique. En tant que directeur exécutif du National Center for Science Education, Scott est un défenseur de la séparation Église/État dans les écoles et parle abondamment de la science, de l'évolution et de la sélection naturelle.

Scott, Matthieu P. : Un professeur et chercheur dont les travaux en biologie du développement explorent comment les gènes homéotiques orchestrent la différenciation et l'organisation multicellulaire.

roches sédimentaires: Roches composées de sédiments, généralement d'aspect stratifié. Les sédiments sont composés de particules qui proviennent principalement de l'altération de roches préexistantes, mais comprennent souvent des matériaux d'origine organique, ils sont ensuite transportés et déposés par le vent, l'eau ou la glace glaciaire. Les roches sédimentaires se déposent principalement sous l'eau, généralement en couches approximativement horizontales (lits). Les roches sédimentaires clastiques sont formées à partir de l'érosion et du dépôt de roches préexistantes et sont classées en fonction de la taille des particules. Les roches sédimentaires formées organiquement sont dérivées des restes de plantes et d'animaux (par exemple, le calcaire et le charbon). Les roches sédimentaires formées chimiquement résultent de processus chimiques naturels et comprennent des minerais de fer sédimentaires. De nombreuses roches sédimentaires contiennent des fossiles.

sélectionnisme : La théorie selon laquelle certaines classes d'événements évolutifs, tels que les changements moléculaires ou phénotypiques, ont été principalement causés par la sélection naturelle.

pressions sélectives : Les forces environnementales telles que la rareté de la nourriture ou les températures extrêmes qui entraînent la survie de certains organismes uniquement dotés de caractéristiques offrant une résistance.

Senut, Brigitte : Anatomiste au Muséum national d'histoire naturelle de France. En 2000, Senut et Martin Pickford ont découvert Orrorin tugensis, un proto-hominidé daté de 6 millions d'années.

création séparée : La théorie selon laquelle les espèces ont des origines distinctes et ne changent jamais après leur origine. La plupart des versions de la théorie de la création séparée sont d'inspiration religieuse et suggèrent que l'origine des espèces se produit par une action surnaturelle.

sexuellement dimorphe : Lorsque les mâles et les femelles d'une espèce ont des apparences considérablement différentes, qui peuvent inclure la taille, la coloration ou d'autres caractéristiques, telles qu'un plumage spécial.

sélection sexuelle : Une sélection sur le comportement d'accouplement, soit par compétition entre les membres d'un sexe (généralement des mâles) pour l'accès aux membres de l'autre sexe, soit par le choix des membres d'un sexe (généralement des femelles) de certains membres de l'autre sexe. Dans la sélection sexuelle, les individus sont favorisés par leur fitness par rapport aux autres membres du même sexe, alors que la sélection naturelle travaille sur la fitness d'un génotype par rapport à l'ensemble de la population.

chromosome sexuel : Le ou les chromosomes qui influencent la détermination du sexe. Chez les mammifères, y compris les humains, les chromosomes X et Y sont les chromosomes sexuels (les femelles sont XX, les mâles XY). Comparez avec autosome.

Shubin, Daniel : Paléontologue connu pour ses travaux sur les premiers tétrapodes (toute créature à quatre membres). Il a présenté une hypothèse de schémas généraux du développement des membres des tétrapodes qui a changé la façon dont les scientifiques envisagent ce domaine. L'étude des membres est cruciale pour la science de l'évolution. Un exemple de l'importance de cela est que le développement humain aurait été impossible sans les membres.

l'anémie falciforme: Une maladie dans laquelle les globules rouges mal formés ne peuvent pas se lier correctement à l'oxygène, ce qui entraîne une baisse du fer, une coagulation du sang et des douleurs articulaires.

Simpson, George Gaylord : L'un des paléontologues les plus influents du XXe siècle et l'un des principaux développeurs de la synthèse moderne. Il a écrit des centaines d'articles techniques en plus de nombreux livres et manuels populaires largement lus, et était un expert de premier plan sur les mammifères du Mésozoïque, du Paléocène et d'Amérique du Sud.

Petit, Meredith : Professeur d'anthropologie. Ses intérêts de recherche incluent le comportement des primates et l'écologie, les stratégies d'accouplement, la reproduction et l'évolution du comportement humain. Les publications de Small comprennent Choix des femmes : comportement sexuel des femmes primates, Qu'est ce que l'amour a à voir avec ça?, et L'évolution de l'accouplement humain.

Smith, John Maynard : Éminent biologiste évolutionniste et auteur de nombreux livres sur l'évolution, tant pour les scientifiques que pour le grand public. Professeur émérite à l'Université du Sussex, ses intérêts de recherche incluent l'évolution des séquences d'ADN mitochondrial humain et l'étude des preuves d'une recombinaison étendue.

Smith, Tom : Ornithologue et biologiste de la conservation, Smith est directeur exécutif du Center for Tropical Research de l'Université d'État de San Francisco. Son travail combine la recherche fondamentale en écologie et en sciences de l'évolution avec la recherche appliquée en biologie de la conservation. Entre autres questions, Smith s'intéresse au rôle des gradients écologiques dans la spéciation et le maintien de la diversité des espèces.

darwinisme social: Une doctrine qui applique les principes de sélection à la structure de la société, affirmant que la structure sociale est déterminée par la façon dont les gens sont adaptés aux conditions de vie.

région d'espacement : Séquence de nucléotides dans l'ADN entre les gènes codants.

spéciation : Changements dans les organismes apparentés au point où ils sont suffisamment différents pour être considérés comme des espèces distinctes. Cela se produit lorsque les populations d'une espèce sont séparées et s'adaptent à leur nouvel environnement ou à leurs nouvelles conditions (physiologiques, géographiques ou comportementales).

espèce: Une catégorie classificatoire importante, qui peut être diversement définie par le concept d'espèce biologique, le concept d'espèce cladistique, le concept d'espèce écologique, le concept d'espèce phénétique et le concept d'espèce de reconnaissance. Le concept d'espèce biologique, selon lequel une espèce est un ensemble d'organismes se reproduisant, est la définition la plus largement utilisée, du moins par les biologistes qui étudient les vertébrés. Une espèce particulière est désignée par un binôme linnéen, tel que Homo sapiens pour les êtres humains.

éponge: Un membre du phylum Porifera, des invertébrés marins et d'eau douce qui vivent en permanence attachés aux rochers ou à d'autres surfaces. Le corps d'une éponge est creux et consiste essentiellement en une agrégation de cellules entre lesquelles il y a peu de coordination nerveuse, bien qu'elles aient des ensembles de cellules spécialisées qui remplissent des fonctions différentes. Un ensemble de cellules fait entrer l'eau par des ouvertures dans la paroi du corps et par des ouvertures situées au sommet, les particules de nourriture sont filtrées de l'eau par ces cellules. D'autres cellules construisent une structure squelettique raide de spicules de craie, de silice ou de protéines fibreuses pour soutenir le corps.

sélection stabilisatrice : Forme de sélection qui tend à maintenir constante la forme d'une population. Les individus avec la valeur moyenne pour un caractère ont une forme physique élevée, ceux avec des valeurs extrêmes ont une forme physique faible.

cline étagé : Un cline avec un changement soudain de fréquence de gène ou de caractère.

stromatoporoïde : Les stromatoporoïdes, autrefois considérés comme apparentés aux coraux, sont maintenant reconnus comme étant des éponges calcaires. Des éponges similaires aux stromatoporoïdes fossiles se trouvent aujourd'hui dans les océans. Comme les éponges modernes, le stromatoporoïde a créé des courants pour pomper de l'eau dans et hors de leur corps, où ils ont filtré de minuscules particules de nourriture. Les stromatoporoïdes fossiles peuvent être massifs, en forme de goutte de chocolat, tabulaires, encroûtants, cylindriques ou même en forme de bras ("ramose"). Il existe deux groupes principaux de stromatoporoïdes fossiles qui ont vécu à des époques différentes, le Paléozoïque et le Mésozoïque. Après leur apparition à l'Ordovicien, les stromatoporoïdes du Paléozoïque ont été les principaux constructeurs de récifs pendant plus de 100 millions d'années. Le deuxième groupe de stromatoporoïdes, du Mésozoïque, peut représenter un groupe distinct avec une forme de croissance similaire. Ils ont également contribué de manière importante à la formation des récifs, en particulier au Crétacé.

zone de subduction: Zone où les roches d'une plaque océanique sont obligées de plonger sous une croûte continentale beaucoup plus épaisse, le long des marges entre les plaques adjacentes. Au fur et à mesure que la plaque descend, elle fond et est libérée dans le magma sous la croûte terrestre. Une telle zone est marquée par des volcans et des tremblements de terre. Voir tectonique des plaques.

substitution: Remplacement évolutif d'un allèle par un autre dans une population.

surnaturel: Relatif à des phénomènes qui ne peuvent être décrits par des lois naturelles, ne peuvent pas être testés par une méthodologie scientifique et sont donc en dehors du domaine de la science.

symbiose: Une relation d'avantage mutuel entre deux organismes qui vivent ensemble.

spéciation sympatrique : Spéciation via des populations dont les aires de répartition géographiques se chevauchent.

sympathie : Vivre dans la même région géographique. Comparez avec l'allopatrie.

syntaxe: Les règles par lesquelles les mots sont combinés pour former des phrases grammaticales.

tarsier : L'une des trois espèces de petits primates nocturnes appartenant au genre Tarse, trouvé à Sumatra, Bornéo, Célèbes et aux Philippines. Ils ont une queue nue mesurant 130-270 mm (environ 5-11 pouces) de long, ce qui représente environ la moitié de la longueur totale de leur corps (220-460 mm, ou 8-19 pouces). Les tarsiers ont des yeux énormes, de grandes oreilles glabres et des coussinets agrippants au bout de leurs doigts. Ils sont principalement arboricoles, utilisant les deux mains pour saisir les insectes et les petits vertébrés comme les lézards.

taxon (pluriel taxons): Tout groupe taxonomique nommé, tel que la famille Felidae, ou le genre Homo, ou l'espèce Homo sapiens. Également, un groupe officiellement reconnu, distinct de tout autre groupe (comme le groupe des herbivores ou le groupe des grimpeurs d'arbres).

taxonomie : La théorie et la pratique de la classification biologique.

tétrapode : Un membre du groupe composé d'amphibiens, de reptiles, d'oiseaux et de mammifères.

thécodonte : Les thécodontes étaient un groupe diversifié de reptiles du Trias comprenant de grands carnivores à quatre pattes, des herbivores blindés, de petites formes agiles à deux et quatre pattes et des reptiles aquatiques ressemblant à des crocodiles. Ils ont donné naissance à des crocodiles, des dinosaures et des ptérosaures. Le terme Thecodontia n'est plus utilisé, car il s'agit d'un groupe paraphylétique. Les thécodontes sont donc une catégorie évolutive d'animaux, plutôt qu'un clade. La plupart des paléontologues utilisent désormais le terme « archosaure basal » pour désigner les thécodontes. En tant que groupe, ils sont définis par certaines caractéristiques ancestrales communes, telles que les dents dans les alvéoles, une caractéristique archosaurienne héritée des dinosaures. Le nom thecodont est en fait latin pour « dent à emboîtement ». Les membres du groupe montrent une tendance générale vers une position plus droite et moins tentaculaire, les membres postérieurs étant en particulier progressivement positionnés plus directement sous le corps, jusqu'à ce que certains puissent marcher debout sur deux jambes.

théorie: Une explication bien étayée de certains aspects du monde naturel qui incorpore généralement de nombreuses observations confirmées, des lois et des hypothèses vérifiées avec succès.

théropode : Les dinosaures théropodes (ce qui signifie « à pattes de bête ») sont un groupe diversifié de dinosaures bipèdes. Ils comprennent les plus grands carnivores terrestres à avoir jamais vécu, ainsi que de nombreuses espèces assez petites. Les théropodes partagent généralement un certain nombre de traits, notamment des os creux et à paroi mince et des modifications des mains et des pieds (trois doigts principaux sur la main et trois orteils principaux (porteurs) sur le pied). La plupart des théropodes avaient des dents acérées et recourbées pour manger de la chair et des griffes au bout de tous les doigts et orteils. Certains de ces caractères ont été perdus ou modifiés dans certains groupes plus tard dans l'évolution des théropodes. Les fossiles de théropodes sont assez rares et souvent fragmentaires. Les fossiles de petits théropodes sont particulièrement rares, car les petits os sont plus difficiles à trouver et s'érodent facilement.

Thiagarajan, Sivasailam : Président de Workshops by Thiagi, Inc., son organisation aide les gens à améliorer leurs performances grâce à des jeux et des simulations.

trait: Une caractéristique ou une condition.

transcription: Le processus par lequel l'ARN messager est lu à partir de l'ADN formant un gène.

ARN de transfert (ARNt) : Un type d'ARN qui amène les acides aminés aux ribosomes pour fabriquer des protéines. Il existe 20 types de molécules d'ARN de transfert, une pour chacun des 20 principaux acides aminés. Une molécule d'ARN de transfert a un acide aminé qui lui est attaché et contient l'anticodon correspondant à cet acide aminé dans une autre partie de sa structure. Dans la synthèse des protéines, chaque codon de l'ARN messager se combine avec l'anticodon de l'ARNt approprié, et les acides aminés sont arrangés afin de fabriquer la protéine.

le transformisme : La théorie évolutionniste de Lamarck dans laquelle des changements se produisent au sein d'une lignée de populations, mais dans laquelle les lignées ne se divisent pas (c'est-à-dire qu'aucune spéciation ne se produit, du moins pas au sens du concept d'espèce cladistique) et ne s'éteignent pas.

transition: Une mutation changeant une purine en une autre purine, ou une pyrimidine en l'autre pyrimidine (c'est-à-dire des changements de A en G, ou vice versa, ou des changements de C en T, ou vice versa).

fossile de transition : Un fossile ou un groupe de fossiles représentant une série d'espèces, de genres ou de familles similaires, qui relient un groupe d'organismes plus ancien à un groupe plus jeune. Souvent, les fossiles de transition combinent certains traits d'espèces ancestrales plus anciennes avec des traits d'espèces plus récentes (par exemple, une série de fossiles de transition documente l'évolution des baleines entièrement aquatiques à partir d'ancêtres terrestres).

Traduction: Processus par lequel une protéine est fabriquée au niveau d'un ribosome, en utilisant le code d'ARN messager et l'ARN de transfert pour fournir les acides aminés.

transversion : Une mutation changeant une purine en une pyrimidine, ou vice versa (c'est-à-dire des changements de A ou G en C ou T et des changements de C ou T en A ou G).

trilobite : Arthropode marin éteint commun du Cambrien au Permien (il y a 570-245 millions d'années). Les fossiles de trilobites sont abondants dans les roches de cette période.Les trilobites mesuraient de 10 à 675 mm de long et leurs corps ovales aplatis étaient divisés en trois lobes par deux sillons longitudinaux. Ils avaient un seul bouclier sur la tête, qui portait une paire d'antennes et, chez de nombreuses espèces, des yeux composés semblables à des insectes. Cela a été suivi par plus de 20 segments de corps courts, chacun avec une paire d'appendices fourchus. De nombreux trilobites s'enfouissaient apparemment dans le sable ou la boue, s'attaquant à d'autres animaux ou charognards.

tuberculose: Une infection des poumons, accompagnée de fièvre et d'une perte d'appétit, causée par le bacille Mycobacterium tuberculosis.

tuniqué: Un groupe de cordés simples, comprenant les ascidies (classe Ascidacea) qui vivent attachées aux rochers, et les salpes (classe Thaliacea) qui flottent dans la mer. Les tuniciers sont de petits animaux marins, de forme cylindrique, sphérique ou irrégulière, allant de plusieurs millimètres à plus de 30 cm. Ils ont une tunique en cellulose en forme de sac qui recouvre l'eau du corps qui est aspirée par un siphon et les particules de nourriture sont filtrées. Les larves ressemblant à des têtards nageant librement présentent les principales caractéristiques de tous les chordés. Ils subissent ensuite une métamorphose, perdant leurs traits cordés et devenant adultes. Un groupe (classe Larvacea) conserve ses caractéristiques larvaires tout au long de sa vie.

typologie: (1) La définition des groupes classificatoires par similarité phénétique avec un spécimen « type ». Une espèce, par exemple, pourrait être définie comme tous les individus de moins de x unités phénétiques du type de l'espèce. (2) La théorie selon laquelle des "types" distincts existent dans la nature, peut-être parce qu'ils font partie d'un plan de la nature. (Voir aussi l'idéalisme.) Le type de l'espèce en est alors la forme la plus importante, et les variantes autour de ce type sont le bruit, ou « erreurs ». Le néodarwinisme s'oppose à la typologie car dans un pool génétique, aucune variante n'est plus importante que les autres.

croisement inégal : Un croisement dans lequel les deux chromosomes n'échangent pas des longueurs égales d'ADN, l'un reçoit plus que l'autre.

Van Valen, Leigh : Un biologiste de l'évolution qui a proposé le modèle de la reine rouge - la pièce d'échecs vivante qu'Alice rencontre dans De l'autre côté du miroir qui doit continuer à courir aussi vite que possible pour rester au même endroit - comme une métaphore pour expliquer les modèles évolutifs. Ses études portent sur la génétique et la systématique, et portent sur un large éventail de sujets, y compris l'évolution des biotes et des mammifères.

variance: Une mesure de la variabilité d'un ensemble de nombres. Techniquement, c'est la somme des carrés des écarts par rapport à la moyenne divisée par (n-1) (le nombre de nombres dans l'échantillon moins un). Ainsi, pour trouver la variance de l'ensemble des nombres 4, 6 et 8, nous calculons d'abord la moyenne, qui est 6. Nous additionnons ensuite les carrés des écarts par rapport à la moyenne (4 - 6)2 + (6 - 6)2 + (8 - 6)2, qui fait 8, et diviser par (n-1) (qui vaut 2 dans ce cas). La variance des trois nombres est de 8/2 = 4. Plus l'ensemble de nombres est variable, plus la variance est élevée. La variance d'un ensemble de nombres identiques (comme 6, 6 et 6) est de zéro.

Vermeij, Geerat J. : Biologiste au Center for Population Biology de l'Université de Californie, Davis, et auteur de Mains privilégiées : une vie scientifique. Vermeij, aveugle depuis l'âge de 3 ans, combine autobiographie et description de la "course aux armements" évolutive entre les prédateurs intertidaux et les proies. Les intérêts de recherche plus larges incluent les relations économiques entre les organismes et les écosystèmes et leurs implications pour les organismes humains.

vertébrés : Le groupe (plus précisément, un sous-embranchement) d'animaux, descendant d'un ancêtre commun, qui partagent le caractère dérivé d'un squelette interne fait d'os ou de cartilage.

rudimentaire: Toutes les structures qui ont été considérablement réduites en taille et en fonction au cours du temps évolutif dans la mesure où elles semblent maintenant avoir peu ou pas de fonction actuelle.

virulence: Capacité de produire une maladie d'un micro-organisme.

virus: Une sorte de parasite intracellulaire qui ne peut se répliquer qu'à l'intérieur d'une cellule vivante. Dans sa phase de dispersion entre les cellules hôtes, un virus est constitué d'un acide nucléique qui code pour un petit nombre de gènes, entouré d'une enveloppe protéique. (Moins formellement, selon la définition de Medawar, un virus est « une mauvaise nouvelle enveloppée dans une protéine. »)

vitamine A : Membre d'une classe chimiquement hétérogène de composés organiques essentiels, en petites quantités, à la vie.

Von Mutius, Erika : Pédiatre et allergologue, les intérêts de recherche du Dr von Mutius comprennent l'épidémiologie de l'asthme et des allergies chez les enfants, en mettant l'accent sur les prédicteurs environnementaux et les interactions gène-environnement.

Vrijenhoek, Robert : Scientifique principal dans les domaines de la biologie évolutive, de la biologie marine et de la conservation, Vrijenhoek étudie les conséquences écologiques et évolutives de la diversité génétique chez les animaux. Ses efforts de recherche se sont concentrés sur les conséquences évolutives et écologiques de la reproduction sexuée et asexuée chez les poissons poeciliidés mexicains (genre Poéciliopsis), ainsi que les invertébrés dans les cheminées hydrothermales des grands fonds.

Réveille-toi, David : Professeur au Département de biologie intégrative de l'Université de Californie à Berkeley, les recherches du Dr Wake mettent l'accent sur l'analyse des modèles évolutifs et des processus qui les produisent, allant de la morphologie fonctionnelle à la génétique évolutive et à l'écologie des populations. Les amphibiens et les reptiles sont au centre de son travail.

Wallace, Alfred Russel : Naturaliste britannique et contemporain de Charles Darwin. Wallace a mené des recherches sur le fleuve Amazone et a étudié les différences zoologiques entre les espèces animales d'Asie et d'Australie, développant une théorie de l'évolution similaire à celle de Darwin.

Ward, Peter Douglas : Professeur de sciences géologiques à l'Université de Washington à Seattle, où il est également professeur adjoint de zoologie et d'astronomie. Auteur de plusieurs ouvrages sur la biodiversité et les archives fossiles, dont Rivers in Time : la recherche d'indices sur les extinctions massives de la Terre et Terre rare : pourquoi la vie complexe est rare dans l'univers (avec Donald Brownlee). Il est le chercheur principal de la partie de l'Université de Washington de l'Institut d'astrobiologie de la NASA.

Wegener, Alfred : Un climatologue et géophysicien allemand dont le livre, Les origines des continents et des océans, a été le premier à proposer le concept de dérive des continents (le précurseur de la théorie de la tectonique des plaques), ainsi qu'à suggérer un supercontinent appelé Pangée, dont Wegener a suggéré qu'il s'était fragmenté en continents tels que nous les connaissons aujourd'hui. Ses idées sont restées controversées jusqu'aux années 1960, quand elles sont devenues largement acceptées alors que de nouvelles preuves ont conduit au développement du concept de tectonique des plaques.

Blanc, Tim : Paléoanthropologue du Laboratoire d'études sur l'évolution humaine de l'Université de Californie à Berkeley, White est connu pour son travail de terrain méticuleux et ses analyses enquêtant sur la biologie du squelette des premiers hominidés, le contexte environnemental et le comportement. Avec une équipe internationale de collègues, il a découvert et nommé Ardipithèque ramidus et Australopithèque garhi.

type sauvage: Le génotype ou le phénotype, parmi un ensemble de génotypes ou de phénotypes d'une espèce, que l'on trouve dans la nature. L'expression est principalement utilisée en génétique de laboratoire pour distinguer les formes mutantes rares d'une espèce du stock de laboratoire d'individus normaux.

Wilford, John Noble : UNE New York Times journaliste et lauréat de deux prix Pulitzer pour ses reportages nationaux sur des sujets scientifiques et pour son travail sur l'explosion du Challenger et ses conséquences. Alors qu'à la Fois il a été correspondant scientifique, rédacteur en chef adjoint des nouvelles nationales et directeur des nouvelles scientifiques.

Wilson, EO : Biologiste et professeur à l'Université Harvard depuis 1955. Wilson a remporté deux prix Pulitzer pour ses livres Sur la nature humaine et Les fourmis, et a reçu de nombreux honneurs pour ses efforts de recherche et de conservation.

osciller: La capacité de la troisième base de certains anticodons de l'ARNt à se lier à plus d'un type de base en position complémentaire dans le codon de l'ARNm.

Malheur, Carl : Biologiste moléculaire, l'identification par le Dr Woese des archées en tant que groupe distinct d'organismes a changé la façon dont la vie est classée sur Terre et a transformé notre vision de la biologie.

Wrangham, Richard : Primatologue, le Dr Wrangham s'intéresse principalement à l'importance du comportement, de l'écologie et de l'histoire de la vie des chimpanzés pour comprendre l'ancêtre commun entre les chimpanzés et les humains et l'évolution humaine ultérieure.

jeune créationnisme de la Terre : La croyance que l'univers est né il y a seulement quelques milliers d'années. La plupart des jeunes créationnistes de la Terre interprètent la Bible littéralement, y compris non seulement la création spéciale et séparée des êtres humains et de toutes les autres espèces, mais l'historicité du déluge de Noé.

zygote : Cellule formée par la fécondation de gamètes mâles et femelles.


Quand les dinosaures sont morts, les forêts et les oiseaux arboricoles aussi

L'impact d'astéroïde qui a éliminé les dinosaures non aviaires a détruit les forêts mondiales. Ici, une lignée hypothétique d'oiseaux survivants - de petite taille et spécialisée dans un mode de vie terrestre - fuit une forêt en feu à la suite de l'impact de l'astéroïde. Crédit : Philipp M. Krzeminski

Il y a soixante-six millions d'années, le monde brûlait. Un astéroïde s'est écrasé sur Terre avec une force un million de fois plus grande que la plus grosse bombe atomique, provoquant l'extinction des dinosaures. Mais les dinosaures n'étaient pas les seuls à avoir été durement touchés : dans une nouvelle étude, des scientifiques ont appris que les forêts de la planète avaient été décimées, entraînant l'extinction des oiseaux arboricoles.

"En regardant les archives fossiles, les plantes et les oiseaux, il existe de nombreuses preuves suggérant que les canopées de la forêt se sont effondrées", explique Regan Dunn, paléontologue au Field Museum de Chicago et co-auteur de l'étude en Biologie actuelle. "Les oiseaux perchoirs ont disparu parce qu'il n'y avait plus de perchoirs."

"Nous nous sommes appuyés sur une variété d'approches pour assembler cette histoire", a déclaré Daniel Field, auteur principal de l'article, du Milner Center for Evolution de l'Université de Bath. "Nous avons conclu que l'élimination temporaire des forêts à la suite de l'impact de l'astéroïde explique pourquoi les oiseaux arboricoles n'ont pas survécu à cet événement d'extinction. Les ancêtres des oiseaux arboricoles modernes ne se sont pas déplacés dans les arbres jusqu'à ce que les forêts se soient rétablies de l'astéroïde provoquant l'extinction. ."

L'expert en pollen du projet, Antoine Bercovici de la Smithsonian Institution et du Denver Museum of Nature and Science, a aidé à déterminer que les forêts du monde ont été détruites en examinant des fossiles microscopiques de pollen et de spores. Dunn explique : « Après une catastrophe comme un incendie de forêt ou une éruption volcanique, les premières plantes à revenir sont les colonisateurs les plus rapides, en particulier les fougères. C'est parce que les fougères ne poussent pas à partir de graines, mais à partir de spores, qui sont beaucoup plus petites, une seule cellule. "Les spores sont minuscules, de la taille d'un grain de pollen, elles sont donc facilement dispersées. Elles sont ramassées par le vent et vont plus loin que les graines, et tout ce dont elles ont besoin pour pousser est un endroit humide."

Spores de fougères microscopiques provenant des archives fossiles indiquant la destruction des forêts de la planète. Crédit : A. Bercovici

"Les spores sont minuscules, vous pouvez en mettre quatre sur une seule mèche de cheveux", explique Dunn. "Pour les voir, nous prélevons un échantillon de roche de la période juste après la collision et le dissolvons dans de l'acide. Ensuite, nous le purifions pour qu'il ne reste plus que les débris organiques, comme le pollen, les spores et les petits morceaux de feuilles, puis nous regardez-les au microscope."

Immédiatement après l'impact de l'astéroïde, les archives fossiles montrent les restes de charbon d'arbres brûlés, puis des tonnes de spores de fougères. Une abondance de spores de fougères dans les archives fossiles fait souvent suite à une catastrophe naturelle qui a détruit des plantes plus grandes comme des arbres.

"Notre étude a examiné les archives fossiles de Nouvelle-Zélande, du Japon, d'Europe et d'Amérique du Nord, qui ont montré qu'il y avait une déforestation massive à travers le monde à la fin du Crétacé", explique le co-auteur Bercovici.

Et sans plus d'arbres, les scientifiques ont découvert que les oiseaux arboricoles ont disparu. Les oiseaux qui ont survécu étaient des habitants du sol – des oiseaux dont les restes fossilisés ont des pattes plus longues et plus robustes, comme nous le voyons chez les oiseaux terrestres modernes comme les kiwis et les émeus. L'équivalent crétacé des rouges-gorges et des moineaux, avec de délicates petites pattes faites pour se percher sur des branches d'arbres, n'avait pas d'endroit où vivre.

Fougères poussant après un incendie de forêt dans le nord-ouest du Pacifique. Crédit : Regan Dunn, The Field Museum

"Aujourd'hui, les oiseaux constituent le groupe d'animaux vertébrés terrestres le plus diversifié et le plus répandu à l'échelle mondiale - il existe près de 11 000 espèces vivantes", a déclaré Field. "Seule une poignée de lignées d'oiseaux ancestraux ont réussi à survivre à l'événement d'extinction massive il y a 66 millions d'années, et toute l'étonnante diversité d'oiseaux vivants d'aujourd'hui peut être attribuée à ces anciens survivants."

Et tandis que les animaux fossiles comme les dinosaures et les oiseaux reçoivent souvent plus d'amour que les plantes fossiles, Dunn dit que les plantes sont essentielles pour comprendre la vie sur terre. "Les plantes sont tout, les plantes sont le contexte dans lequel toute vie terrestre évolue et survit. Ce sont des producteurs primaires, elles rendent l'énergie disponible à toutes les formes de vie en la capturant du soleil - nous ne pouvons pas faire ça."

Elle note également que si les dinosaures et leurs voisins oiseaux perchoirs sont morts il y a 66 millions d'années, leur sort est d'actualité aujourd'hui. "L'événement de la fin du Crétacé est la cinquième extinction de masse, nous en sommes à la sixième", déclare Dunn. "Il est important pour nous de comprendre ce qui se passe lorsque vous détruisez un écosystème, comme avec la déforestation et le changement climatique, afin que nous puissions savoir comment nos actions affecteront ce qui vient après nous."


Guide de révision de l'examen final

2. Comprendre comment une expérience contrôlée est menée.

Échantillon: Un scientifique veut savoir si Miracle Grow augmentera le nombre de tomates sur ses plants de tomates. Au plant de tomate A, il ajoute la croissance miracle et au plant de tomate B, il n'ajoute pas la croissance miracle. Les deux plantes reçoivent la même quantité de lumière et d'eau. Au bout de 6 semaines, il compte le nombre de tomates présentes sur chaque plant. Usine A = 9 Usine B = 4

une. Quelle est la variable manipulée dans l'expérience ?____ croissance miracle ______
b. Quelle est la variable répondante ? ______ nombre de tomates _______
c. Quel est le groupe témoin ? __ groupe B ____

une. Lors de la première mise au point du microscope, quel objectif utilisez-vous ? __ numérisation (4x) ____
b. Lorsque vous utilisez l'objectif haute puissance, quel bouton de mise au point utilisez-vous ? _ grossier ____
c. Quels sont les trois objectifs trouvés sur les microscopes que vous avez utilisés en classe ? _ réglage précis __
ré. Quelle partie du microscope peut être utilisée pour régler la quantité de lumière ? diaphragme

une. Quelle unité du système métrique serait utilisée pour mesurer le volume (comme une canette de coke) ? _ ml ou litre
b. Quelle unité du système métrique serait utilisée pour mesurer la longueur d'une pièce ? mètre

une. Biologie l'étude de la vie
b. La science recueille des informations sur le monde à l'aide d'observations et d'expérimentations
c. Hypothèse une réponse ou une explication proposée, un énoncé testable
ré. Expérience contrôlée utilisée pour tester une hypothèse, teste une seule variable
e. Cellule la plus petite unité de vie
F. Organisme tout être vivant
g. Louis Pasteur réfute la génération spontanée
h. Génération spontanée l'idée que la vie pourrait provenir de la matière non vivante
je. L'état d'homéostasie de l'équilibre biologique reste le même
j. Réactivité une réaction à un stimulus
k. Reproduction faisant plus du même genre, soit sexuellement ou asexuée
l. Changement d'évolution au fil du temps
m. L'énergie obtenue à partir de la lumière du soleil ou de la nourriture, alimente les processus vitaux
n.m. Observations percevant des objets ou des événements
o. Théorie un énoncé qui explique un ensemble d'observations et est généralement bien accepté

Section B : Cellules et processus cellulaires (Ch 7)
Sujets : Structure cellulaire, organites, types de cellules, transport cellulaire, division cellulaire

1. Quelle structure distingue un eucaryote d'un procaryote ? _____ noyau _________
2. Quelle forme a une cellule végétale ? __ carré _____________ Une cellule animale ? tour
3. Quelle partie de la cellule est décrite comme sélectivement perméable ? ___ membrane cellulaire _____
4. Si vous placez quelques gouttes de colorant alimentaire dans un verre rempli d'eau, toute l'eau finira par se colorer. Ceci est dû au processus de ______ diffusion ____
5. Pour chacune des structures énumérées, indiquez si elle se trouve dans les PLANTES (P), les ANIMAUX (A) ou les DEUX (B)

_ P ___ Chloroplastes __ B __ Membrane cellulaire _ B _Noyau _ P _ Paroi cellulaire __ B __ Mitochondries

6. Dans chacune des situations illustrées, indiquez si la cellule gagnera de l'eau, perdra de l'eau ou restera la même. Dans chaque cas, la cellule du bécher est à 10 % de sel.

. reste le même. la cellule gagne de l'eau. la cellule perd de l'eau

7. Connaître la fonction de chacun des organites cellulaires énumérés :

une. Réticulum endoplasmique ___ autoroute intracellulaire, système de transport __________
b. La membrane cellulaire __ régule ce qui entre et sort de la cellule ___________
c. Le ribosome ______ fabrique des protéines ________________
ré. Lysosome ___ contient des enzymes digestives, décompose des substances ______________
e. Noyau _____ centre de contrôle de la cellule, contient de l'ADN __________

8. Identifiez le processus représenté comme une mitose, une osmose ou une endocytose

Bio 1A : Identifier aussi les phases de mitose

. endocytose. mitose. osmose

9. Étiquetez une cellule végétale et une cellule animale :

A. Paroi cellulaire | B. Membrane cellulaire | C. Appareil de Golgi | D. Chloroplastes | E. Vacuole | UN B. Mitochondries | CA. Cytoplasme AD. Ribosome | AE. Réticulum endoplasmique lisse | BD. Nucléole | AVANT JC. Chromosomes | ÊTRE. Urgence rugueuse

Section C : Évolution et taxonomie
Sujets : Classification, Théorie de l'évolution, Les Six Royaumes

1. Définir l'évolution : ______ changement dans le temps __________
2. Pour chaque énoncé ci-dessous, cochez ceux qui fournissent la PREUVE qu'une évolution s'est produite :

_ X __ Les animaux ont des structures qu'ils n'utilisent pas (vestigial)
___ Les mêmes types d'animaux vivent dans différentes parties du monde
_ X _ Les archives fossiles montrent des espèces en transition
_ X _ Les vertébrés ont des structures internes identiques (ou similaires), telles que les os de l'avant-bras
___ Chaque organisme a des structures uniques contrairement à tout autre organisme

3. [ Naturel / Artificiel ] La sélection est responsable des nombreuses races de chiens.
4. Qu'est-ce qu'une adaptation ? ________ un trait qui donne un avantage à un organisme, ou l'aide à survivre _______
5.Décrivez comment l'évolution aurait agi sur les girafes selon la sélection naturelle.

Les animaux à long cou avaient l'avantage de pouvoir atteindre des feuilles hautes, ces animaux ont survécu et ont transmis leurs gènes à la génération suivante. Les animaux à cou court n'ont pas survécu. Au fil du temps, un plus grand nombre de la population avait de longs cous.

6. Qui a proposé la théorie de l'évolution par sélection naturelle ? ______ Charles Darwin ______

7. Quelle est la différence entre un nom commun et un nom scientifique ? _ les noms communs varient, les noms scientifiques ont deux parties et ne varient pas selon les régions ___
8. Connaître les catégories taxonomiques utilisées pour décrire comment les organismes sont classés.
Royaume, _____ Embranchement _________, Classe, ___ Ordre ____, Famille, _ Genre _ Espèce

9. Que vous dit le nom scientifique sur l'organisme ? ______ Genre + Espèce ______
10. Sachez quels types ou organismes entrent dans chacun des 6 royaumes

Animalia __ chiens, humains, insectes __ Plantae ___ arbres, fleurs, herbe _____
Champignons ____ champignons et levure ___ Protista ____ paramécie, amibe, euglène, algues ______
Archaebactéries _ extrêmophiles _____ Eubactéries ___ E.coli, salmonelles, streptocoques ___

11. Connaître la différence entre a(n) :
procaryote et eucaryote _ les procaryotes n'ont pas de noyau ______ unicellulaire et multicellulaire ___ 1 cellulaire plus de 1 cellule ______
hétérotrophe et autotrophe _ consomme de la nourriture, rend la nourriture _____ mobile et sessile ____ peut bouger, ne peut pas bouger _

12. Comment la théorie de Darwin a-t-elle expliqué les différentes formes et tailles parmi les becs des pinsons aux Galapagos ?
_____________ chaque oiseau a été adapté à la source de nourriture particulière d'une île __________________________________

13. D'après le cladogramme, quelles sont les deux espèces les plus proches ? ____ scyphozoa et cubazoa ______________

Section D : Kingdom Protista et animaux simples
Sujets : Protozoaires, Algues, Parasites, Le règne animal, Éponges, Cnidaires

1. Étiquetez et identifiez chacun des protistes

| Euglena | Ameba | Paramécie |

A. flagelles
B. ocelle
C. vacuole contractile

D. membrane cellulaire (ou pellicule)
E. chloroplastes
UN B. noyau

A. membrane cellulaire
B. noyau
C. vacuole contractile
D. pseudopodes
E. vacuole alimentaire

A. macronoyau
B. micronoyau
C. sillon buccal (ou pore buccal)
D. pore anal
E. vacuole contractile

2. Quelle est la fonction de :

Chloroplaste __________ photosynthèse __________
Vacuole contractile ______ élimine l'excès d'eau _____________
Micronoyau ________ impliqué dans la reproduction sexuée _____________
La vacuole alimentaire _______ digère les aliments _______________________
Pseudopodes ______ "faux pieds", extensions de cytoplasme utilisées pour se déplacer et attraper de la nourriture ___
Pellicule ________ membrane rigide entourant l'euglène ________
Eyespot _________ détecte la lumière ___________

3. Comment chacun de ces protistes se déplace-t-il ?

Euglena _________ flagelles ________________________________
Paramécie ________ cils ____________________________________
Ameba ___ pseudopodes _______________________________

4. Les protistes ressemblant à des animaux sont appelés _____ protozoaires _____________

5. A quel ROYAUME appartiennent l'amibe, l'euglena et la paramécie ? __ Protiste _____________
6. Vérifiez chaque organisme s'il est UNICELLULAIRE

__ X _ Paramécie ______ Hydra _____ Éponge _____ Vers rond __ X _ Amibe

7. Comment une personne contracte-t-elle le paludisme ? _ se faire piquer par un moustique, qui transmet le plasmodium protiste dans le sang

8. Où trouve-t-on la plupart des protozoaires ? _______ dans l'eau ________
9. Quels organismes appartiennent au PHYLUM PORIFERA ? ___ éponges _________
10. Certains animaux sont asymétriques, quels sont les deux types de symétrie rencontrés chez d'autres animaux ? bilatéral et radial

11. Sur l'animal ci-dessous, étiquetez les côtés dorsal ( B ), ventral ( C ), postérieur ( D ) et antérieur ( A )

12. Contrairement à d'autres animaux, les éponges n'ont PAS (cochez tout ce qui s'applique)

_ X ___ symétrie ______ cellules ___ X __ tissus ______ la capacité de se reproduire

13. Les éponges peuvent-elles se reproduire de manière asexuée ? ___ oui ____ Sexuellement ? ___ Oui ____

14. Qu'est-ce qu'un hermaphrodite ? ___________ peut produire à la fois du sperme et des ovules _____________
15. Que signifie « sessile » ? _________ vit attaché à une surface, ne bouge pas __________________
16. Nommez un organisme sessile : ___________ éponge, hydre, corail, anémone ______

17. Pour être classés dans le règne animal, les organismes doivent être (cocher tout ce qui s'applique)
__ X _ Multicellulaire __ X __ Hétérotrophe _____ Hermaphrodite ____ Mobile

18. Les cnidaires utilisent leurs tentacules pour : ________ capturer des proies ________________________________

19. Laquelle des formes suivantes est la méduse (première) ? Quel est le polype (second) ?

Section D : Invertébrés
Sujets abordés : vers ronds, vers plats, mollusques, annélides, arthropodes

1. Qu'est-ce que la régénération ? _ repousse des parties du corps __________
2. Les vers ronds appartiennent au Royaume _____ Animalia ____ et au Phylum ___ Nematoda _________

3. Comment une personne peut-elle contracter un ténia ? ____ manger des aliments contaminés _________________
4. Où vit un ténia parasite dans le corps ? [ sang / intestin / cerveau ]

5. Quel est l'hôte intermédiaire du ver schistosoma ? _____ escargot ___________________
Comment une personne contracterait-elle la schistosomiase ? ____ marcher sur des escargots ou patauger dans l'eau où vivent les escargots _________
6. Les vers plats, comme le planaire, appartiennent au Royaume ___ Animalia ______________
et le Phylum _____ Platyhelminthes __________________

7. Quel Phylum comprend tous les vers segmentés, comme une sangsue ou un ver de terre ? ___ Annelida ______

8. Quel groupe d'animaux est caractérisé par un exosquelette ? ____ Arthropodes ____________

9. Que sont les mandibules ? _____ pièces buccales à mâcher qui s'ouvrent d'un côté à l'autre ____________

10. Quel animal a des ventouses, un bec et une nageoire (la plupart d'entre vous l'ont disséqué en classe) _____ calmar ____

11. Le tube digestif d'un ver de terre comprend les structures suivantes. Placez-les dans le bon ordre.

__ 2 _ Pharynx __ 4 _ Gésier __ 5 __ Intestin _ 1 ___ Bouche __ 3 __ Crop _ 6 ___ Anus

12. Chez la plupart des animaux, le tube qui relie la bouche à l'estomac est l'œsophage ________

13. Laquelle de ces structures broie la nourriture ? __ gésier ___
Quels magasins de nourriture? __ recadrer ____________
Quel muscle aide à aspirer la nourriture (le sol) ? ____ pharynx _______
14. La flèche sur le dessin pointe vers le ____ clitellum _____
Quelle est la fonction de la structure ? ____ la reproduction _____

15. Quelles sont les trois parties du plan du corps de l'insecte ? ______ tête, thorax, abdomen

16. Combien de pattes a un insecte ? __ 6 __ Combien de pattes une araignée a-t-elle ? __ 8 __

17. Quelle est la fonction du « pied » du mollusque ? ____ mouvement _______

18. Les insectes ont-ils des antennes ? __ oui __ Est-ce que les araignées? __ non ________
Les crustacés ont-ils des antennes ? ______ non __________

19. Quelle était la structure rigide en forme de coquille que vous avez retirée du calmar pendant la dissection ? ___ stylo ____

20. Pour chacune des paires, encerclez l'ensemble qui est le plus étroitement lié

Recherchez toujours les deux qui sont dans le même taxon (groupe)

une. araignées et scorpions - les deux sont des chélicérats
b. araignées et crabes

une. anémone de mer et éponge amp
b. méduse et hydre - les deux sont des cnidaires

une. Ver de terre et sangsue - les deux sont des annélides
b. ver plat et ver rond

une. crabe et homard - les deux sont des crustacés
b. homard et mille-pattes

une. calmars et méduses
b. calmar et escargot - les deux sont des mollusques

21. Identifiez les organismes suivants (mollusque, ténia, annélide, ver plat, cnidaire (hydre), crustacé)

. crustacé. ver plat. hydre

. mollusque. ténia . annélide

22. Sur l'écrevisse, identifiez le

Antenne - attachée à la tête

Cheliped - griffes

Céphalothorax - partie avant du corps

Abdomen - partie arrière

Jambes de marche - plus grandes, à l'avant

Nageurs - plus petits, attachés à l'abdomen

23. De tous les embranchements, lequel contient le plus grand nombre d'espèces ? ____ arthropodes ____________

24. Les tentacules d'un céphalopode sont utilisés dans quel but ? __ capturer de la nourriture ______________

25. Sur la photo du calmar, identifiez :

26. Cochez la case si elle s'applique à l'organisme :

Crustacé Araignée Insecte
A des antennes X X
Membre du Phylum Arthropoda X X X
A 3 segments de corps X
Possède 2 segments corporels, l'un étant un céphalothorax X X
A des chélicères X

27. Qu'est-ce que la métamorphose ? __ les changements que subissent les insectes et autres organismes au fur et à mesure qu'ils vieillissent, entraînant parfois des changements dramatiques, comme une chenille devenant un papillon _________________________

Bio 1A dispose également d'un étiquetage anatomique supplémentaire : calmar, hydre, éponge, écrevisse, ver de terre


L'Université de la Colombie-Britannique

Les départements de botanique et de zoologie offrent conjointement un diplôme de premier cycle. Pour plus d'informations sur les programmes avancés en biologie, voir la botanique et la zoologie des cycles supérieurs. Les étudiants souhaitant entreprendre un programme d'études supérieures en biologie doivent contacter les départements des sciences de la vie les plus appropriés au domaine de spécialisation.

Il existe plusieurs options de diplôme de premier cycle menant à une majeure ou à une spécialisation en biologie ou à une majeure ou à une spécialisation combinées en biologie et chimie, biologie et océanographie ou biologie et informatique. Voir le Guide du programme de biologie pour plus de détails. Il est également possible d'ajouter une mineure dans une autre matière.

Des cours en sciences marines sont offerts au Bamfield Marine Sciences Centre (BMSC) sur l'île de Vancouver, exploité par la Western Canadian Universities Marine Sciences Society (WCUMSS). Les étudiants qui ont terminé la deuxième année et qui ont des cours préalables appropriés peuvent suivre des combinaisons de cours de 3 ou 6 semaines pendant la session d'été jusqu'à un maximum de 18 crédits chaque été. Le BMSC propose également un programme d'immersion de 4 mois de septembre à décembre (15 crédits). Veuillez visiter le site Web du BMSC pour plus d'informations ou consulter le bureau de biologie.

Exigences de spécialisation en biologie

Les étudiants qui entrent en deuxième année et souhaitent poursuivre une spécialisation en biologie doivent postuler en utilisant le processus en ligne administré par la Faculté des sciences. Les étudiants recevront une communication par e-mail concernant le processus fin mai ou début juin. En raison de la similitude entre les spécialisations majeure et spécialisée en biologie en deuxième année, la Faculté des sciences n'admet directement les étudiants qu'à la majeure, à la majeure combinée ou aux spécialisations combinées.

Les étudiants qui ne sont pas éligibles à l'entrée dans une spécialisation en biologie à l'aide du processus en ligne de deuxième année peuvent demander l'entrée dans les spécialisations en biologie de troisième année au cours des mois de mai, août et janvier. Pour plus d'informations sur nos spécialisations et notre processus d'admission, veuillez consulter le site Web de Biologie. Les étudiants transférés d'autres établissements en biologie de troisième année et qui ont terminé les cours préalables peuvent soumettre des demandes tardives au besoin. Les étudiants qui ont déjà été admis dans une spécialisation en biologie de deuxième année n'ont pas besoin de présenter une nouvelle demande d'admission en troisième année, sauf s'ils postulent pour entrer dans une spécialisation de spécialisation.

Les étudiants qualifiés souhaitant s'inscrire à une spécialisation en biologie doivent contacter le Bureau de biologie. Les étudiants qui souhaitent s'inscrire à une spécialisation en biologie doivent avoir une moyenne de 75 % dans les cours suivis au cours de la session d'hiver précédente et satisfaire à toutes les autres exigences de spécialisation. Les étudiants peuvent demander l'admission à une spécialisation en biologie pendant les mois de mai, août et janvier.

Les progrès des étudiants en biologie en cours seront examinés et pris en compte pour la promotion à la fin de chaque année universitaire.

Programme d'enseignement coopératif

Ce programme optionnel intègre des études universitaires et une expérience de travail supervisée. L'inscription est limitée. Admissibilité au B.Sc. biologie de troisième année. programme est une condition préalable à l'admission. Des informations détaillées sont disponibles auprès du Bureau du programme de biologie ou du Programme d'enseignement coopératif.

Options de cours de première année

BIOL 112, 121 et 140 sont des préalables à de nombreux cours BIOL. Ces trois cours sont obligatoires pour les spécialisations majeures et spécialisées en biologie, la majeure combinée et les spécialisations combinées en biologie chimique, la majeure combinée et les spécialisations combinées en informatique et biologie, et les spécialisations combinées en océanographie et biologie. BIOL 112 et 121 sont requis pour la majeure combinée en océanographie et biologie. Les étudiants sans Biologie 11 ou Biologie 12 doivent prendre BIOL 111 avant de prendre BIOL 112, 121 ou 140. Les étudiants sans Chimie 12 doivent prendre CHEM 100 ou CHEM 111 avant de prendre BIOL 112.

Les étudiants intéressés à répondre aux conditions d'admission des facultés ou écoles des systèmes fonciers et alimentaires, de la dentisterie, de la foresterie, de la médecine, des sciences pharmaceutiques, de la kinésiologie et des sciences de la réadaptation doivent consulter le bureau approprié pour déterminer les exigences en biologie de première année.

Spécialisations

Majeure (3095) : Biologie (BIOL)

Les étudiants peuvent entrer dans la majeure en biologie à partir de leur deuxième ou troisième année.

Première année
Exigence de communication 1 3
BIOL 112 2 3
BIOL 121 2 3
BIOL 140 2 2
CHEM 121 (ou 111) 3 4
CHEM 123 3 4
CPSC 103 ou DSCI 100 4 3
MATH 100 ou 102 ou 104 (ou 120 ou 180 ou 184) 5 3
MATH 101 ou 103 ou 105 (ou 121) 5 3
PHYS 131 6 3
Crédits totaux 31
Deuxième année
Exigence de communication 1 3
BIOL 200, 230, 260 7 9
BIOL 233 ou 234 7 3
Deux de BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201 8,9 8
CHEM 233, 235 4
Au choix 4,5,7,8,9,10 3
Crédits totaux 30
Troisième et quatrième années
BIOL 300 11 3
BIOL 336 3
Sélections de laboratoire de biologie 12 4
Sélections en sciences de la vie 12 20
Au choix 4,5,7,8,9,10 29
Crédits totaux 59
Total des crédits pour le diplôme 120
1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
2 Les étudiants sans Biologie 11 ou Biologie 12 doivent suivre BIOL 111 avant de suivre BIOL 112, 121 ou 140. Les étudiants sans Chimie 12 doivent suivre CHEM 100, CHEM 110 ou CHEM 111 avant de suivre BIOL 112.
3 Les étudiants qui n'ont pas le B.C. High School Chemistry 12 (ou son équivalent) doit passer le test de compétences de base en chimie de l'UBC et peut être tenu de passer CHEM 100. CHEM 110 et CHEM 115 peuvent remplacer CHEM 111. CHEM 120 et CHEM 115 peuvent remplacer CHEM 121. CHEM 130 et CHEM 135 peut se substituer à CHEM 123.
4 Peut être reporté à la deuxième ou à la troisième année pour laisser de la place aux cours au choix. CPSC 100, CPSC 110 ou CPSC 301 peuvent remplacer CPSC 103. Les étudiants qui remplacent CPSC 103 par CPSC 110 devraient réduire les cours au choix d'un crédit.
5 MATH 110 peut remplacer l'un des cours de calcul différentiel spécifiés énumérés en diminuant les cours au choix de 3 crédits. Les étudiants peuvent remplacer les cours de MATH de 4 crédits (MATH 120, 121, 180, 184) selon le cas en diminuant les cours au choix.
6 PHYS 101, PHYS 106, PHYS 107 ou PHYS 117 peuvent remplacer PHYS 131. Les étudiants sont encouragés à suivre également PHYS 119. Les étudiants sans crédit pour Physique 12 doivent suivre PHYS 100 avant de suivre d'autres cours de PHYS 100. PHYS 100 comptera comme un cours au choix.
7 Jusqu'à 3 crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés jusqu'à la troisième année pour permettre l'espace pour des cours au choix supplémentaires.
8 Jusqu'à 4 crédits de BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201 peuvent être reportés en troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires. BIOL 201 et CHEM 205 sont des cours au choix recommandés.
9 Les étudiants qui suivent MICB 201 comme l'un des deux cours sur la diversité des organismes (BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201) devraient augmenter les cours au choix de 1 crédit.
10 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
a) Exigence fondamentale
b) Exigence scientifique de laboratoire
c) Exigence de portée scientifique
d) Exigences en sciences et en arts
e) Exigence de niveau supérieur
f) Exigences générales du diplôme.
11 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
12 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées en laboratoire de biologie et sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections du laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires des sélections du laboratoire de biologie seront pris en compte pour les sélections des sciences de la vie. Au moins 12 crédits de sélections en sciences de la vie doivent être tirés des cours BIOL ou MRNE. Consultez le Guide du programme de biologie pour obtenir des conseils sur le choix des sélections appropriées en sciences de la vie et en laboratoire.

Sélections de laboratoire de biologie

Les étudiants doivent suivre au moins deux des cours suivants :

Noter:
BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.
BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

Sélections en sciences de la vie

La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux groupes : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

  • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
  • l'admission à la majeure en biologie ne garantit pas l'admission à ces cours
  • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

  • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOC, CAPS, BIOL, MICB ou MRNE ouvert aux étudiants en sciences de la vie plus :
    • ENVR 430
    • EOSC 470, 474, 475, 478
    • GEOS (ou GEOB) 307, 407
    • FNH 350, 351, 451
    • MATH 462
    • MEDG 410, 419, 420, 421
    • PCTH 305

    b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

    • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
    • CONS 330, 440, 486, 496
    • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

    Honours (3194): Biologie (BIOL)

    Première année et deuxième année
    Identique à la majeure en biologie (3095) 1
    Crédits totaux 61
    Troisième année
    BIOL 300 2 3
    BIOL 347 3 3
    Troisième ou quatrième année
    BIOL 336 3
    Deux sélections de laboratoires de biologie 6 4
    Sélections en sciences de la vie 6 24
    Cours au choix 1,4 25
    Quatrième année
    BIOL 447 3
    BIOL 449 5 6
    Crédits totaux 71
    Total des crédits pour le diplôme 132
    1 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
    2 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
    3 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'intégrer dans votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant entrant en licence en quatrième année.
    4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
    a) Exigence fondamentale
    b) Exigence scientifique de laboratoire
    c) Exigence de portée scientifique
    d) Exigences en sciences et en arts
    e) Exigence de niveau supérieur
    f) Exigences générales du diplôme.
    5 Les superviseurs potentiels du projet de recherche seront issus du Département de botanique ou de zoologie.
    6 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées pour les laboratoires de biologie et les sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections de laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires de sélections de laboratoire de biologie compteront pour les sélections de sciences de la vie.

    Sélections de laboratoire de biologie

    • BIOL 326, 331, 337, 340, 341, 351, 352, 363, 402, 404, 409, 437, 444
    • Les cours du MRNE peuvent être suivis avec l'autorisation d'un conseiller en biologie.

    Noter:
    BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.
    BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

    Sélections en sciences de la vie

    La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

    Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

    • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
    • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

    a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

    • Au moins 18 crédits de sélections en sciences de la vie doivent être tirés des cours BIOL ou MRNE dont au moins 9 crédits devraient être de niveau 400. Les cours de troisième année doivent être choisis avec soin pour s'assurer que tous les préalables sont suivis.
    • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE ouvert aux majeures en sciences de la vie plus :
      • ENVR 430
      • EOSC 470, 471, 474, 475, 478
      • GEOB 307, 407
      • FNH 350, 351, 451
      • MATH 462
      • MEDG 410, 419, 420, 421
      • PCTH 305, 325

      b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

      • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
      • CONS 330, 440, 486
      • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

      Consultez le Guide du programme de biologie pour obtenir des conseils sur le choix des sélections appropriées en sciences de la vie et en laboratoire.

      Honneurs (0054) : Biologie Animale (ANIM)

      Première année
      Identique à la majeure en biologie (3095)
      Crédits totaux 31
      Deuxième année
      Exigence de communication 1 3
      BIOL 200, 230, 260 2 9
      BIOL 233 ou 234 2 3
      BIOL 204 et 205 3 8
      CHEM 233, 235 4
      Cours au choix 2,3,4,5 3
      Crédits totaux 30
      Troisième année
      BIOL 300 6 3
      BIOL 363 2
      Deux des BIOL 364, 370, 371, 372 7 6
      BIOL 347 8 3
      Troisième ou quatrième année
      BIOL 336 3
      Sélection du laboratoire de biologie 10 2
      Sélections de biologie animale 10 12
      Sélections en sciences de la vie 10 9
      Électifs 3,4,5 22
      Quatrième année
      BIOL 447 3
      BIOL 449 9 6
      Total des crédits pour les troisième et quatrième années 71
      Total des crédits pour le diplôme 132
      1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication
      2 Jusqu'à trois crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires.
      3 L'un des BIOL 204 ou 205 peut être reporté à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires. BIOL 201 et CHEM 205 sont des cours au choix recommandés.
      4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
      a) Exigence fondamentale
      b) Exigence scientifique de laboratoire
      c) Exigence de portée scientifique
      d) Exigences en sciences et en arts
      e) Exigence de niveau supérieur
      f) Exigences générales du diplôme.
      5 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
      6 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
      7 BIOL 361 peut remplacer l'un des BIOL 370 ou BIOL 371. Si les étudiants choisissent de suivre plus de deux BIOL 364, BIOL 370, BIOL 371 et BIOL 372, ces crédits excédentaires seront pris en compte pour les sélections de biologie animale.
      8 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
      9 Les superviseurs potentiels du projet de recherche proviendront du Département de zoologie.
      10 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées pour les laboratoires de biologie, la biologie animale et les sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections de laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires de sélections de laboratoire de biologie compteront pour les sélections de sciences de la vie.

      Sélections de laboratoire de biologie

      • L'un des BIOL 326, 331, 337, 340, 341, 402, 404, 409, 437
      • Les cours du MRNE peuvent être suivis avec l'autorisation d'un conseiller en biologie.

      Noter:
      BIOL 331 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en biologie animale ou 4 crédits de sélection en biologie animale.

      Sélections de biologie animale

      • BIOL 310, 325, 326, 327, 328, 331, 410, 411, 413, 416, 418, 425, 426, 427, 428, 450, 453, 454, 455, 456, 457, 458, 465
      • Cours du MRNE avec l'autorisation du conseiller en biologie.

      Sélections en sciences de la vie

      La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

      Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

      • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
      • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

      a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences.

      • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie animale suivis au-delà des 12 crédits minimum requis).
      • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE qui est ouvert aux crédits pour les majeures en sciences de la vie plus
        • ENVR 430
        • EOSC 470, 474, 475, 478
        • GEOS (ou GEOB) 307, 407
        • FNH 350, 351, 451
        • MATH 462
        • MEDG 410, 419, 420, 421
        • PCTH 305, 325

        b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

        • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
        • CONS 330, 440, 486, 496
        • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

        Honours (0405) : Biologie cellulaire et du développement (CELL)

        Première année
        Identique à la majeure en biologie (3095)
        Crédits totaux 31
        Deuxième année
        Exigence de communication 1 3
        BIOL 200, 201, 230, 260 2 12
        BIOL 233 ou 234 2 3
        L'un des BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201 3 3
        CHEM 233, 235, 205 7
        Cours au choix 2,3,4,5 3
        Crédits totaux 31
        Troisième année
        L'un des BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201 3 3
        BIOL 300 6 3
        BIOL 340 et 341 4
        BIOL 347 7 3
        Troisième ou quatrième année
        BIOC 303 6
        BIOL 335 3
        BIOL 336 3
        Sélections de biologie cellulaire et développementale 8,10 12
        Sélections en sciences de la vie 10 9
        Cours au choix 2,3,4,5 15
        Quatrième année
        BIOL 447 3
        BIOL 449 9 6
        Total des crédits pour les troisième et quatrième années 70
        Total des crédits pour le diplôme 132
        1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
        2 Jusqu'à trois crédits de BIOL 201, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires.
        3 Les étudiants doivent suivre deux cours sur la diversité des organismes (BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201) avant l'obtention du diplôme, au moins un de ces cours doit être suivi en deuxième année. Les étudiants peuvent choisir de suivre les deux cours en deuxième année, en remplaçant le cours au choix de deuxième année et en augmentant les cours au choix disponibles en troisième et quatrième années. Les étudiants qui suivent MICB 201 comme l'un des deux cours sur la diversité des organismes (BIOL 203, 204, 205, 209, 210 ou MICB 201) devraient augmenter les cours au choix de 1 crédit.
        4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
        a) Exigence fondamentale
        b) Exigence scientifique de laboratoire
        c) Exigence de portée scientifique
        d) Exigences en sciences et en arts
        e) Exigence de niveau supérieur
        f) Exigences générales du diplôme.
        5 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
        6 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
        7 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
        8 Il est fortement recommandé aux étudiants en biologie cellulaire et du développement de suivre au moins deux des cours BIOL 331, BIOL 362, BIOL 370 et BIOL 371 au cours de leur troisième année.
        9 Les superviseurs potentiels des projets de recherche seront issus des départements de zoologie ou de botanique.
        10 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées en biologie cellulaire et développementale et sciences de la vie. Au moins 6 crédits de sélections en biologie cellulaire et développementale doivent être au niveau de la quatrième année.

        Sélections en biologie cellulaire et développementale

        • BIOL 331, 337, 351, 352, 361, 362, 370, 371, 372, 423, 430, 431, 433, 436, 437, 440, 441, 444, 448, 450, 455, 456, 458, 463, 464

        Sélections en sciences de la vie

        La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

        Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

        • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
        • certains de ces crédits comportent des prérequis supplémentaires.

        a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

        • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie cellulaire et du développement suivis au-delà du minimum requis de 12 crédits).
        • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE qui est ouvert aux crédits pour les majeures en sciences de la vie plus
          • ENVR 430
          • EOSC 470, 474, 475, 478
          • GEOS (ou GEOB) 307, 407
          • FNH 350, 351, 451
          • MATH 462
          • MEDG 410, 419, 420, 421
          • PCTH 305, 325

          b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

          • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
          • CONS 330, 440, 486, 496
          • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

          Honours (0583) : Biologie de la conservation (CONS)

          Première année
          Identique à la majeure en biologie (3095)
          Crédits totaux 31
          Deuxième année
          Exigence de communication 1 3
          BIOL 200, 230, 260 2 9
          BIOL 233 ou 234 2 3
          L'un des BIOL 204, 205 3 4
          L'un des BIOL 209, 210, 320, 321, 322, 324 3,4 3
          CHEM 233, 235 4
          Au choix 2,3,4,5,6 4
          Troisième année
          BIOL 300 7 3
          BIOL 347 8 3
          Troisième ou quatrième année
          Deux sélections de laboratoires de biologie 10 4
          BIOL 306 3
          BIOL 336 3
          BIOL 416 3
          Sélections de conservation 10 12
          Sélections en sciences de la vie 10 9
          Électifs 3,4,5 22
          Quatrième année
          BIOL 447 3
          BIOL 449 9 6
          Total des crédits en troisième et quatrième années 71
          Total des crédits pour le diplôme 132
          1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
          2 Jusqu'à 3 crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés jusqu'à la troisième année pour permettre l'espace pour des cours au choix supplémentaires.
          3 L'un des BIOL 204, 205, 209 ou 210 peut être reporté en troisième année pour laisser de la place pour des cours optionnels supplémentaires.
          4 Les étudiants qui suivent 4 crédits de cours sur la diversité de l'organisme (BIOL 209, 210, 320, 321, 322, 324) doivent suivre 3 crédits de cours au choix.
          5 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
          a) Exigence fondamentale
          b) Exigence scientifique de laboratoire
          c) Exigence de portée scientifique
          d) Exigences en sciences et en arts
          e) Exigence de niveau supérieur
          f) Exigences générales du diplôme.
          6 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
          7 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller de spécialisation en biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
          8 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
          9 Les directeurs de projet de recherche potentiels seront issus des départements de botanique ou de zoologie.
          10 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées pour les laboratoires de biologie, la biologie de la conservation et les sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections du laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires des sélections du laboratoire de biologie seront pris en compte pour les sélections des sciences de la vie.

          Sélections de laboratoire de biologie

          • BIOL 301, 326, 331, 337, 340, 341, 351, 352, 363, 402, 404, 409, 437, 444
          • Les cours du MRNE peuvent être suivis avec l'autorisation d'un conseiller en biologie.

          Noter:
          BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.

          BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

          BIOL 301, BIOL 402 et BIOL 404 comptent pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection de biologie de la conservation ou 3 crédits de sélection de biologie de la conservation.

          Sélections de biologie de la conservation

          • BIOL 301, 310, 402, 404, 406, 408, 411, 415, 418, 434, 462
          • CONTRE 200, 330, 440, 486
          • FRST 386, 395, 432, 495
          • LOI 387, 388
          • MRNE 430, 435 Autre MRNE avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie.
          • EOSC 474

          Sélections en sciences de la vie

          La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

          Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

          • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
          • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

          a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

          • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie de la conservation suivis au-delà du minimum requis de 12 crédits).
          • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE ouvert au crédit pour les majeures en sciences de la vie, plus :
            • ENVR 430
            • EOSC 470, 474, 475, 478
            • GEOS (ou GEOB) 307, 407
            • FNH 350, 351, 451
            • MATH 462
            • MEDG 410, 419, 420, 421
            • PCTH 305, 325

            b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

            • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
            • CONS 330, 440, 486, 496
            • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

            Honours (0045): Ecologie (ECOL)

            Première année
            Identique à la majeure en biologie (3095)
            Crédits totaux 31
            Deuxième année
            Exigence de communication 1 3
            BIOL 200, 230, 260 2 9
            BIOL 233 ou 234 2 3
            L'un des BIOL 204, 205 3 4
            L'un des BIOL 209, 210 3 4
            CHEM 233, 235 4
            Cours au choix 2,3,4,5 3
            Crédits totaux 30
            Troisième année
            BIOL 300 6 3
            BIOL 347 7 3
            Troisième ou quatrième année
            BIOL 306 3
            BIOL 336 3
            BIOL 415 ou 418 3
            Deux sélections de laboratoires de biologie 9 4
            Sélections écologiques 9 12
            Sélections en sciences de la vie 9 9
            Au choix 3,4 22
            Quatrième année
            BIOL 447 3
            BIOL 449 8 6
            Total des crédits pour les troisième et quatrième années 71
            Total des crédits pour le diplôme 132
            1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
            2 Jusqu'à trois crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires.
            3 L'un des BIOL 204, 205, 209 ou 210 peut être reporté en troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires. BIOL 201 et CHEM 205 sont des cours au choix recommandés.
            4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
            a) Exigence fondamentale
            b) Exigence scientifique de laboratoire
            c) Exigence de portée scientifique
            d) Exigences en sciences et en arts
            e) Exigence de niveau supérieur
            f) Exigences générales du diplôme.
            5 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
            6 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
            7 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
            8 Les superviseurs potentiels des projets de recherche seront issus des départements de botanique ou de zoologie.
            9 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées en laboratoire de biologie, écologie et sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections du laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires des sélections du laboratoire de biologie seront pris en compte pour les sélections des sciences de la vie.

            Sélections de laboratoire de biologie

            • BIOL 326, 331, 337, 340, 341, 351, 352, 363, 402, 404, 409, 437
            • Les cours du MRNE peuvent être suivis avec l'autorisation d'un conseiller en biologie.

            Noter:
            BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.

            BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

            BIOL 402, BIOL 404 et BIOL 409 comptent pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection écologique ou 3 crédits de sélection écologique.

            • BIOL 310, 324, 402, 404, 406, 408, 409, 411, 412, 413, 416, 418, 434, 445, 462
            • FRST 432
            • MICB 301
            • MRNE 430 Cours MRNE avec l'autorisation du conseiller en biologie.

            Sélections en sciences de la vie

            La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

            Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

            • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
            • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

            a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

            • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections écologiques suivis au-delà du minimum requis de 12 crédits).
            • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE ouvert au crédit pour les majeures en sciences de la vie, plus :
              • ENVR 430
              • EOSC 470, 474, 475, 478
              • GEOS (ou GEOB) 307, 407
              • FNH 350, 351, 451
              • MATH 462
              • MEDG 410, 419, 420, 421
              • PCTH 305, 325

              b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

              • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
              • CONS 330, 440, 486, 496
              • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

              Honours (0983) : Biologie évolutive (EVOL)

              Première et deuxième années
              Identique à la majeure en biologie (3095) 1
              Total des crédits pour les première et deuxième années 61
              Troisième année
              BIOL 300 2 3
              BIOL 347 3 3
              Troisième ou quatrième année
              BIOL 336 3
              Deux des BIOL 415, 417, 434 ou deux des BIOL 417, 418, 434 6
              EOSC 326 3
              Deux sélections de laboratoires de biologie 6 4
              Sélections de biologie évolutive 6 12
              Sélections en sciences de la vie 6 9
              Au choix 4 19
              Quatrième année
              BIOL 447 3
              BIOL 449 5 6
              Total des crédits pour les troisième et quatrième années 71
              Total des crédits pour le diplôme 132
              1 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
              2 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
              3 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas correspondre à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant entrant en quatrième année avec spécialisation.
              4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
              a) Exigence fondamentale
              b) Exigence scientifique de laboratoire
              c) Exigence de portée scientifique
              d) Exigences en sciences et en arts
              e) Exigence de niveau supérieur
              f) Exigences générales du diplôme.
              5 Les superviseurs potentiels des projets de recherche seront issus des départements de botanique ou de zoologie.
              6 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées en laboratoire de biologie, biologie évolutive et sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections du laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires des sélections du laboratoire de biologie seront pris en compte pour les sélections des sciences de la vie.

              Sélections de laboratoire de biologie

              • BIOL 301, 326, 331, 337, 340, 341, 351, 352, 363, 402, 404, 409, 437, 444
              • Cours du MRNE avec l'autorisation du conseiller en biologie.

              Noter:
              BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.
              BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection de laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

              Sélections de biologie évolutive

              Sélections en sciences de la vie

              La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

              Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

              • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
              • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

              a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

              • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie évolutive suivis au-delà des 12 crédits minimum requis).
              • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE qui est ouvert aux crédits pour les majeures en sciences de la vie, plus :
                • ENVR 430
                • EOSC 470, 474, 475, 478
                • GEOS (ou GEOB) 307, 407
                • FNH 350, 351, 451
                • MATH 462
                • MEDG 410, 419, 420, 421
                • PCTH 305, 325

                b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

                • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
                • CONS 330, 440, 486, 496
                • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 495

                Honours (0518) : Biologie Marine (MRNB)

                Première année
                Identique à la majeure en biologie (3095)
                Crédits totaux 31
                Deuxième année
                Exigence de communication 1 3
                BIOL 200, 230, 260 2 9
                BIOL 233 ou 234 2 3
                BIOL 205, 209 3 8
                CHEM 233, 235 4
                Cours au choix 2,3,4,5 3
                Crédits totaux 30
                Troisième année
                BIOL 300 6 3
                BIOL 347 7 3
                Troisième ou quatrième année
                BIOL 320 4
                BIOL 326 3
                BIOL 336 3
                Sélection du laboratoire de biologie 9 2
                Sélections de biologie marine 9 12
                Sélections en sciences de la vie 9 9
                Au choix 3,4 23
                Quatrième année
                BIOL 447 3
                BIOL 449 8 6
                Total des crédits pour les troisième et quatrième années 71
                Total des crédits pour le diplôme 132
                1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
                2 Jusqu'à trois crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires.
                3 L'un des BIOL 205 ou 209 peut être reporté à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires. BIOL 201 et CHEM 205 sont des cours au choix recommandés.
                4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
                a) Exigence fondamentale
                b) Exigence scientifique de laboratoire
                c) Exigence de portée scientifique
                d) Exigences en sciences et en arts
                e) Exigence de niveau supérieur
                f) Exigences générales du diplôme.
                5 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
                6 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
                7 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
                8 Les superviseurs potentiels des projets de recherche seront issus des départements de botanique ou de zoologie.
                9 Voir ci-dessous la liste des sélections acceptées pour les laboratoires de biologie, la biologie marine et les sciences de la vie. Si le total des crédits des cours sélectionnés pour les sélections de laboratoire de biologie dépasse 4, alors ces crédits excédentaires de sélections de laboratoire de biologie compteront pour les sélections de sciences de la vie.

                Sélections de laboratoire de biologie

                Noter:
                BIOL 351 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 2 crédits de sélection en sciences de la vie ou 4 crédits de sélection en sciences de la vie.
                BIOL 352 compte pour 2 crédits de sélection en laboratoire et 1 crédit de sélection en sciences de la vie ou 3 crédits de sélection en sciences de la vie.

                Sélections de biologie marine

                • BIOL 325, 428, 465
                • CONTRE 486
                • EOSC 372, 373, 470, 475
                • Tout cours de troisième ou quatrième année au MRNE.

                Sélections en sciences de la vie

                La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

                Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

                • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
                • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

                a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

                • Tout cours de troisième ou quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie marine suivis au-delà du minimum requis de 12 crédits).
                • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE ouvert au crédit pour les majeures en sciences de la vie, plus :
                  • ENVR 430
                  • EOSC 470, 474, 475, 478
                  • GEOS (ou GEOB) 307, 407
                  • FNH 350, 351, 451
                  • MATH 462
                  • MEDG 410, 419, 420, 421
                  • PCTH 305, 325

                  b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

                  • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
                  • CONS 330, 440, 486, 496
                  • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

                  Honours (0372) : Biologie végétale (PTLB)

                  Première année
                  Identique à la majeure en biologie (3095)
                  Crédits totaux 31
                  Deuxième année
                  Exigence de communication 1 3
                  BIOL 200, 230, 260 2 9
                  BIOL 233 ou 234 2 3
                  BIOL 209, 210 3 8
                  CHEM 233, 235 4
                  Cours au choix 2,3,4,5 3
                  Crédits totaux 30
                  Troisième année
                  BIOL 300 6 3
                  BIOL 347 7 3
                  BIOL 351, 352 7
                  Troisième ou quatrième année
                  BIOL 324 3
                  BIOL 336 3
                  BIOL 415 3
                  Sélections de biologie végétale 9 12
                  Sélections en sciences de la vie 9 9
                  Au choix 3,4 19
                  Quatrième année
                  BIOL 447 3
                  BIOL 449 8 6
                  Total des crédits pour les troisième et quatrième années 71
                  Total des crédits pour le diplôme 132
                  1 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
                  2 Jusqu'à trois crédits de BIOL 200, 230, 233, 234 et 260 peuvent être reportés à la troisième année pour laisser de la place pour des cours au choix supplémentaires.
                  3 L'un des BIOL 209 ou 210 peut être reporté à la troisième année pour laisser de la place pour des cours optionnels supplémentaires.
                  4 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
                  a) Exigence fondamentale
                  b) Exigence scientifique de laboratoire
                  c) Exigence de portée scientifique
                  d) Exigences en sciences et en arts
                  e) Exigence de niveau supérieur
                  f) Exigences générales du diplôme.
                  5 Les futurs étudiants en spécialisation et les étudiants en spécialisation doivent s'assurer qu'ils obtiennent au moins 30 crédits à chaque session d'hiver et qu'ils satisfont aux exigences de la Faculté des sciences pour les spécialisations.
                  6 STAT 200 peut remplacer BIOL 300 avec l'autorisation d'un conseiller en spécialisation Biologie. Cependant, les étudiants qui suivent STAT 200 doivent compléter 3 crédits supplémentaires de BIOL numérotés supérieurs à 300.
                  7 Veuillez consulter un conseiller en biologie si BIOL 347 ne peut pas s'adapter à votre emploi du temps ou si vous êtes un étudiant débutant en quatrième année.
                  8 Les superviseurs potentiels des projets de recherche proviendront du Département de botanique.
                  9 Voir ci-dessous pour la liste des sélections de biologie végétale et sciences de la vie.

                  Sélections de biologie végétale

                  • BIOL 320, 321, 322, 323, 406, 412, 416, 418, 421, 423, 433, 444, 462
                  • Les cours du MRNE peuvent être suivis avec l'autorisation d'un conseiller en biologie.

                  Sélections en sciences de la vie

                  La liste des sélections en sciences de la vie ci-dessous est divisée en deux ensembles : a) les cours de sciences qui comptent pour l'exigence en sciences et b) les cours non scientifiques qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences. Lors du choix des sélections en sciences de la vie, les étudiants doivent s'assurer que ces cours, ainsi que leurs autres cours obligatoires et cours au choix, satisferont aux exigences de niveau supérieur, aux exigences des sciences et des arts et aux exigences générales du diplôme de la Faculté des sciences.

                  Notez qu’une planification préalable minutieuse est essentielle car :

                  • l'inscription à de nombreuses sélections en sciences de la vie est limitée
                  • certains de ces cours comportent des prérequis supplémentaires.

                  a) Sélections en sciences de la vie qui comptent pour l'exigence en sciences :

                  • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOL (y compris ceux répertoriés comme sélections de biologie végétale suivis au-delà du minimum requis de 12 crédits).
                  • Tout cours de troisième ou de quatrième année en BIOC, CAPS, MICB ou MRNE ouvert au crédit pour les majeures en sciences de la vie, plus :
                    • ENVR 430
                    • EOSC 470, 474, 475, 478
                    • GEOS (ou GEOB) 307, 407
                    • FNH 350, 351, 451
                    • MATH 462
                    • MEDG 410, 419, 420, 421
                    • PCTH 305, 325

                    A noter qu'il est fortement recommandé aux étudiants de spécialisation de suivre BIOL 347 en troisième année.

                    b) Sélections en sciences de la vie qui ne comptent pas pour l'exigence en sciences :

                    • APBI 311, 312, 314, 315, 318, 342, 401, 411, 418, 419, 442, 444
                    • CONS 330, 440, 486, 496
                    • FRST 302, 310, 385, 386, 395, 399, 444, 485, 495

                    Spécialisations majeures combinées

                    Majeure combinée (3340) : Biologie chimique

                    Majeure combinée (3125) : Océanographie et biologie

                    Majeure combinée (1370) : Informatique et biologie

                    Première année
                    BIOL 112, 121 1 6
                    CHEM 121 (ou 111) 2 4
                    CHEM 123 2 4
                    Exigence de communication 3 3
                    CPSC 110 (ou 103 et 107) 4 4
                    CPSC 121 5 4
                    MATH 100 ou 102 ou 104 (ou 180 ou 184 ou 120) 6 3
                    MATH 101 ou 103 ou 105 (ou 121) 6 3
                    Crédits totaux 31
                    Deuxième année
                    BIOL 140 1 2
                    BIOL 200 3
                    BIOL 233 ou 234 3
                    CHEM 233, 235 4
                    Exigence de communication 3 3
                    CPSC 210 5 , 213, 221 12
                    MATH 200 ou 221 3
                    Crédits totaux 30
                    Troisième année
                    L'un des BIOL 203, 204, 205, 209, 210 7 4
                    BIOL 230 ou 260 3
                    BIOL 300 ou STAT 200 3
                    CPSC 310 et 320 7
                    Troisième ou quatrième année
                    CPSC 313 3
                    Cours CPSC numérotés 300 ou plus 8,9 6
                    Cours CPSC numérotés 400 ou plus 8,9,10 3
                    Deux de BIOL 326, 331 11 , 337, 340, 341, 342, 351 11 , 352 11 , 363, 404, 409, 437, 444 6 4
                    BIOL 336 3
                    Cours BIOL numérotés 300 ou plus 7,9 6
                    Cours au choix 6,7 17
                    Total des crédits pour la troisième et la quatrième année 59
                    Total des crédits pour le diplôme 120
                    1 Les étudiants sans Biologie 11 ou Biologie 12 doivent suivre BIOL 111 au choix avant de suivre BIOL 112, 121 ou 140. Les étudiants sans Chimie 12 doivent suivre CHEM 100, CHEM 110 ou CHEM 111 avant de suivre BIOL 112.
                    2 Les étudiants qui n'ont pas le B.C. High School Chemistry 12 (ou son équivalent) doit passer le test de compétences de base en chimie de l'UBC et peut être tenu de passer CHEM 100. CHEM 110 et CHEM 115 peuvent remplacer CHEM 111. CHEM 120 et CHEM 115 peuvent remplacer CHEM 121. CHEM 130 et CHEM 135 peut se substituer à CHEM 123.
                    3 Un total de 6 crédits de cours est requis pour répondre à l'exigence de communication. Pour une liste complète des cours acceptables, voir Exigences de communication.
                    4 Alors que CPSC 110 est la voie recommandée pour les étudiants poursuivant une spécialisation en informatique, CPSC 103, 107 peut être pris à sa place en utilisant 2 crédits de cours au choix.
                    5 Il est conseillé aux étudiants qui poursuivent un programme coopératif en informatique de suivre également le CPSC 210 au cours de leur première année ou au cours de l'été suivant leur première année. Les étudiants coop seront ensuite en mesure de suivre l'un ou les deux des cours CPSC 221 et CPSC 213 au premier semestre de la deuxième année avant de partir en stage coopératif.
                    6 Les étudiants sont autorisés à déplacer des crédits au choix entre les années. Les étudiants qui suivent des cours de BIOL ou de MATH avec plus de crédits que ceux recommandés peuvent avoir besoin de moins de crédits au choix. Les crédits au choix ainsi que les cours obligatoires doivent satisfaire aux exigences de la Faculté des sciences :
                    a) Exigence fondamentale
                    b) Exigence scientifique de laboratoire
                    c) Exigence de portée scientifique
                    d) Exigences en sciences et en arts
                    e) Exigence de niveau supérieur
                    f) Exigences générales du diplôme.
                    7 Il est recommandé aux étudiants de suivre au moins 2 des cours BIOL 203, 204, 205, 209, 210. Les étudiants intéressés par la phylogénétique doivent également suivre des cours de niveau supérieur sur les organismes et/ou BIOL 417. MATH/STAT 302 et BIOL 436, BIOL 430 , BIOL 440 et MICB 405 sont recommandés pour ceux qui s'intéressent à la bioinformatique ou à la génomique. MATH 361 et 462 sont recommandés pour ceux qui s'intéressent à la modélisation des processus biologiques.
                    8 Les cours suggérés pour ceux qui s'intéressent à la bioinformatique sont CPSC 304, 404 et 445.
                    9 Les crédits obtenus lors des séminaires de premier cycle dirigés par des étudiants (BIOL 490, CPSC 490) ne peuvent pas être utilisés pour satisfaire à cette exigence.
                    10 Ces 3 crédits doivent être choisis parmi les cours magistraux du CPSC de niveau 400.
                    11 Si le total de crédits de ces deux cours de laboratoire dépasse 4, alors les crédits excédentaires seront pris en compte pour l'exigence de 6 crédits de cours BIOL numérotés 300 ou plus.

                    Spécialités combinées : informatique et biologie sont également offertes. Les étudiants doivent communiquer avec un conseiller en informatique pour s'inscrire au baccalauréat spécialisé : informatique et biologie.


                    Des preuves indiquent que les premiers ancêtres arboricoles des humains étaient également bipèdes

                    Les images montrent des images aériennes et latérales de (de haut en bas) (A) une empreinte humaine faite en marchant normalement avec un genou et une hanche étendus (B) une empreinte humaine faite en marchant avec les genoux et les hanches pliés pour imiter un chimpanzé et (C) un scan d'un moulage de la piste fossile de Laetoli.Notez que l'orteil est beaucoup plus profond que le talon dans l'empreinte du milieu et que le scan Laetoli ressemble plus à l'empreinte humaine. (Crédit : Randy Haas, Université de l'Arizona)

                    (PhysOrg.com) -- Il y a plus de trois millions d'années, les ancêtres des humains modernes passaient encore une partie considérable de leur vie dans les arbres, mais quelque chose de nouveau se produisait.

                    David Raichlen, professeur adjoint à l'École d'anthropologie de l'Université d'Arizona, et ses collègues de l'Université d'Albany et du Lehman College de l'Université de la ville de New York ont ​​développé de nouvelles preuves expérimentales indiquant que ces premiers hominidés marchaient avec une démarche humaine. il y a 3,6 millions d'années.

                    Les résultats de leurs recherches paraissent dans l'édition de lundi de PLoS UN, une revue de la Public Library of Science.

                    Une piste d'empreintes fossiles préservées dans des cendres volcaniques déposées il y a 3,6 millions d'années a été découverte à Laetoli, en Tanzanie, il y a plus de 30 ans. L'importance de ces empreintes pour l'évolution humaine a été débattue depuis. Les individus les plus susceptibles d'avoir produit ces empreintes de pas, qui montrent des preuves évidentes de bipédie, ou marchant sur deux jambes, auraient été des membres de la seule espèce bipède vivante dans la région à cette époque, Australopithèque afarensis. Cette espèce comprend "Lucy", dont les restes squelettiques sont les plus complets de tous les individus A. afarensis trouvé à ce jour.

                    Un certain nombre de caractéristiques au niveau des hanches, des jambes et du dos de ce groupe indiquent qu'ils auraient marché sur deux jambes lorsqu'ils étaient au sol. Mais les doigts et les orteils incurvés ainsi qu'une omoplate orientée vers le haut fournissent des preuves solides que Lucy et d'autres membres de son espèce auraient également passé beaucoup de temps à grimper dans les arbres.

                    Cette morphologie diffère nettement de notre propre genre, Homo, qui a abandonné la vie arboricole il y a environ 2 millions d'années et s'est irrévocablement engagé dans la bipédie humaine. Depuis que les traces de Laetoli ont été découvertes, les scientifiques se sont demandé si elles indiquaient un mode de bipédie à grandes enjambées, semblable à l'homme, ou un type de bipédie accroupie moins efficace, plus caractéristique des chimpanzés dont les genoux et les hanches sont pliés lorsqu'ils marchent sur deux jambes.

                    Pour résoudre ce problème, Raichlen et ses collègues ont conçu la première expérience biomécanique explicitement conçue pour répondre à cette question. L'équipe a construit une piste de sable dans le laboratoire de capture de mouvement de Raichlen à l'UA et a filmé des sujets humains marchant sur le sable. Les sujets marchaient à la fois avec des démarches humaines normales et droites, puis avec des démarches accroupies, semblables à celles d'un chimpanzé. Des modèles tridimensionnels des empreintes ont été collectés par l'anthropologue biologique Adam Gordon à l'aide d'équipements apportés de son laboratoire de morphologie évolutionnaire des primates de l'Université d'Albany.

                    Les chercheurs ont examiné la profondeur relative des empreintes de pas au talon et à l'orteil et ont constaté que les profondeurs sont à peu près égales lorsqu'elles sont faites par une personne marchant avec une démarche droite. En revanche, l'empreinte des orteils est beaucoup plus profonde que l'empreinte du talon lorsqu'elle est produite par une démarche accroupie, un produit du moment du transfert de poids sur la longueur du pied.

                    « Sur la base d'analyses antérieures des squelettes de Australopithèque afarensis, nous nous attendions à ce que les empreintes de pas de Laetoli ressemblent à celles de quelqu'un marchant avec un genou plié, une démarche de hanche pliée typique des chimpanzés, et non la démarche d'enjambée normalement utilisée par les humains modernes ", a déclaré Raichlen. "Mais à notre grande surprise, les empreintes de pas de Laetoli tombent tout à fait dans la plage des empreintes humaines normales."

                    Les empreintes fossiles de Laetoli conservent une profondeur remarquablement uniforme à la pointe et au talon, tout comme celles des humains modernes. "Cette forme de marche plus humaine est incroyablement efficace sur le plan énergétique, ce qui suggère que la réduction des coûts énergétiques était très importante dans l'évolution de la bipédie avant les origines de notre propre genre, Homo", a déclaré Raichlen.

                    Si les empreintes de Laetoli ont été faites par l'espèce de Lucy, comme la plupart des scientifiques s'accordent pour le dire, ces résultats expérimentaux ont des implications intéressantes pour le calendrier des événements évolutifs.

                    "Ce qui est fascinant dans cette étude, c'est qu'elle suggère qu'à une époque où nos ancêtres avaient une anatomie bien adaptée pour passer beaucoup de temps dans les arbres, ils avaient déjà développé un mode de bipédie », a déclaré Adam Gordon.

                    "Les archives fossiles indiquent que nos ancêtres ne se sont pas engagés à plein temps à quitter les arbres et à marcher sur le sol jusqu'à plus d'un million d'années après que ces empreintes (Laetoli) aient été faites. Le fait que des animaux partiellement arboricoles, comme Lucy, qui avait une démarche si remarquablement moderne, témoigne de l'importance de l'efficacité énergétique pour se déplacer sur deux jambes », a déclaré Gordon.


                    Solutions de manuels scientifiques supplémentaires

                    Biologie (Liste des cours MindTap)

                    Chimie générale - Livre autonome (Liste des cours MindTap)

                    Chimie : une approche des atomes d'abord

                    Introduction à la chimie : une base

                    Comprendre la nutrition (liste des cours MindTap)

                    Nutrition: Concepts and Controversies - Livre autonome (Liste des cours MindTap)

                    Fondements de la géographie physique

                    Une introduction aux sciences physiques

                    Chimie et réactivité chimique

                    Biologie humaine (Liste des cours MindTap)

                    Biologie : La science dynamique (Liste des cours MindTap)

                    Hérédité humaine : principes et problèmes (liste des cours MindTap)

                    Horizons : Explorer l'univers (Liste des cours MindTap)

                    Nutrition tout au long du cycle de vie

                    Chimie pour les élèves-ingénieurs

                    Introduction à la chimie générale, organique et biochimique

                    Anatomie cardiopulmonaire et physiologie

                    Chimie : principes et réactions

                    La chimie d'aujourd'hui : chimie générale, organique et biochimie

                    Chimie pour les élèves-ingénieurs

                    Chimie générale, organique et biologique

                    Physique pour les scientifiques et les ingénieurs

                    Sciences de l'environnement (Liste des cours MindTap)

                    Sciences de l'environnement (Liste des cours MindTap)

                    Chimie Organique Et Biologique

                    La nutrition tout au long du cycle de vie (liste des cours MindTap)

                    Biologie : L'unité et la diversité de la vie (Liste des cours MindTap)

                    Chimie et réactivité chimique

                    Océanographie : une invitation aux sciences marines, versin à feuilles mobiles

                    Fondements de l'astronomie (Liste des cours MindTap)

                    La physique pour les scientifiques et les ingénieurs avec la physique moderne

                    La physique pour les scientifiques et les ingénieurs : fondements et connexions

                    Physique pour les scientifiques et les ingénieurs, mise à jour technologique (aucun code d'accès inclus)


                    Sur la base de l'étendue et du type de différenciation de la conception du corps, le royaume Animalia classé comme &moins

                    Discutons de chacun d'eux en bref &moins

                    Porifère

                    Le sens littéral de «porifera» est les organismes avec des trous.

                    Les organismes de porifera sont immobiles et attachés à un support solide.

                    Les exemples de ce groupe sont Sycon, Spongilla, Euplectelia, etc.

                    Coelentéré

                    Les organismes du groupe coelenterata vivent dans l'eau.

                    Les organismes de ce groupe ont une cavité dans leur corps.

                    L'hydre et l'anémone de mer sont l'exemple courant de coelentéré.

                    Plathelminthes

                    Les organismes de ce groupe n'ont pas de véritable cavité corporelle interne ou coelome, ils n'ont donc pas non plus d'organes bien développés.

                    Les corps des organismes de ce groupe sont aplatis de haut en bas, ils sont donc également appelés vers plats.

                    La planareia, la douve du foie, le ténia, etc., sont des exemples typiques de ce groupe.

                    Nématode

                    Les organismes de nématode ont un corps cylindrique.

                    Les organismes ont des tissus, mais en tant que tels, aucun corps bien développé (c'est-à-dire aucun organe réel).

                    Les filaires (à l'origine de la maladie de l'éléphantiasis), les vers ronds dans les intestins, etc., sont les exemples courants de nématodes.

                    Annélide

                    Les organismes du groupe annelida vivent presque partout, y compris l'eau douce, l'eau de mer ainsi que sur terre.

                    Les vers de terre, les néréis et les sangsues sont des exemples familiers d'annélides.

                    Arthropodes

                    Les arthropodes sont probablement le plus grand groupe d'animaux.

                    Les animaux de ce groupe n'ont pas de vaisseaux sanguins bien définis, mais plutôt un système circulatoire ouvert.

                    Le sens littéral d'arthropode est jambes articulées, donc, ils ont des jambes articulées.

                    Les crevettes, les papillons, les mouches domestiques, les araignées, les scorpions, etc. sont des exemples typiques d'arthropodes.

                    Mollusque

                    Les organismes des mollusques sont des invertébrés.

                    La plupart des organismes du groupe des mollusques vivent dans l'eau.

                    Les escargots et les moules sont l'exemple typique des mollusques.

                    Échinodermes

                    Les organismes des échinodermes ont la peau épineuse.

                    Les échinodermes sont des organismes marins vivant en liberté.

                    Les exemples d'échinodermes sont les étoiles de mer, les oursins, les étoiles à plumes, etc.

                    Protochordonnées

                    Les organismes des protochordata sont normalement marins. Par exemple. Balanoglossus, Herdemania et Amphioxus

                    Les organismes de protochordata présentent une caractéristique typique de la conception du corps, appelée notocorde, mais elle y est présente tout au long de la vie.


                    Quel est le terme général pour désigner les animaux arboricoles ? - La biologie

                    Extinction : Lorsqu'une espèce ne vit plus sur Terre.

                    Graisses - Molécules lipidiques contenant du glycérol et des acides gras.

                    Invertébrés - Animaux qui n'ont pas de colonne vertébrale.

                    Articulations - Les sections du squelette où deux os se rencontrent.

                    Royaumes - Groupes qui organisent et trient les organismes vivants.

                    Acide lactique : Un produit de la respiration anaérobie.

                    Menstruation : Dégradation de l'utérus permettant au sang et aux cellules de pénétrer dans le vagin.

                    Métabolisme : Ensemble des réactions chimiques qui se produisent dans un organisme.

                    Nutrition : Consommer de la nourriture et fournir de l'énergie pour des processus tels que la croissance et la réparation.

                    Obésité - La condition quand quelqu'un est extrêmement en surpoids.

                    Stimulus : Un changement mineur ou majeur dans l'environnement.

                    Tendon- Un groupe de fibres qui attachent les muscles aux os.

                    Virus- Un micro-organisme qui ne peut se reproduire qu'à l'intérieur des cellules vivantes.

                    Vertébrés - Animaux qui ont une colonne vertébrale.

                    Globules blancs - Cellules qui protègent le corps contre les agents pathogènes envahissants via une série de processus et de réponses différents.


                    Voir la vidéo: Puulajit (Septembre 2022).


Commentaires:

  1. Adrik

    Tu as tout à fait raison. Dans ce domaine, c'est et c'est une excellente idée. C'est prêt pour te soutenir.

  2. Samucage

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Discutons-en. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  3. Gozilkree

    Question très amusante

  4. Gwern

    Vous avez frappé la marque. C'est une excellente pensée. C'est prêt pour te soutenir.

  5. Kajitaur

    Tu rigoles?



Écrire un message