Informations

8.17H : Basidiomycota - Le Club Fungi - Biologie

8.17H : Basidiomycota - Le Club Fungi - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les basidiomycota sont des champignons producteurs de champignons avec des fructifications en forme de massue appelées basides sur les branchies sous son chapeau.

Objectifs d'apprentissage

  • Décrire l'écologie et la reproduction des Basidiomycota

Points clés

  • La majorité des champignons comestibles appartiennent au Phylum Basidiomycota.
  • Les basidiomycota comprennent les champignons des étagères, les champignons vénéneux, les charbons et les rouilles.
  • Contrairement à la plupart des champignons, les basidiomycota se reproduisent sexuellement plutôt qu'asexuellement.
  • Deux souches d'accouplement différentes sont nécessaires pour la fusion du matériel génétique dans la baside qui est suivie d'une méiose produisant des basidiospores haploïdes.
  • Les mycéliums de différentes souches d'accouplement se combinent pour produire un mycélium secondaire qui contient des basidiospores haploïdes dans ce qu'on appelle le stade dicaryotique, où les champignons restent jusqu'à ce qu'un basidiocarpe (champignon) soit généré avec les basides en développement sur les branchies sous son chapeau.

Mots clés

  • basidiocarpe: un organe de fructification qui dépasse du sol, connu sous le nom de champignon, qui a des basides en développement sur les branchies sous son chapeau
  • basidiomycète: un champignon du phylum Basidiomycota, qui produit des spores sexuées sur une baside
  • Basidiomycota: une division taxonomique au sein du royaume Champignons : 30 000 espèces de champignons produisant des spores à partir d'une baside
  • baside: une petite structure, en forme de massue, trouvée dans le phylum des champignons Basidiomycota, qui porte quatre spores à l'extrémité de petites projections
  • basidiospore: une spore sexuellement reproductive produite par des champignons du phylum Basidiomycota

Basidiomycota : Le Club Fungi

Les champignons du Phylum Basidiomycota sont facilement reconnaissables au microscope optique à leurs organes de fructification en forme de massue appelés basides (singulier, baside), qui sont la cellule terminale enflée d'un hyphe. Les basides, qui sont les organes reproducteurs de ces champignons, sont souvent contenues dans le champignon familier, couramment observé dans les champs après la pluie, dans les rayons des supermarchés et poussant sur votre pelouse. Ces basidiomyces producteurs de champignons sont parfois appelés « champignons branchiaux » en raison de la présence de structures ressemblant à des branchies sur la face inférieure du capuchon. Les « branchies » sont en fait des hyphes compactés sur lesquels reposent les basides. Ce groupe comprend également les champignons des étagères, qui s'accrochent à l'écorce des arbres comme de petites étagères. De plus, les basidiomycota comprennent les charbons et les rouilles, qui sont d'importants agents pathogènes des plantes, et les champignons vénéneux. La plupart des champignons comestibles appartiennent au Phylum Basidiomycota; cependant, certains basidiomycètes produisent des toxines mortelles. Par exemple, Cryptococcus neoformans provoque de graves maladies respiratoires.

Le cycle de vie des basidiomycètes comprend l'alternance des générations. Les spores sont généralement produites par reproduction sexuée, plutôt que par reproduction asexuée. La baside en forme de massue porte des spores appelées basidiospores. Dans la baside, les noyaux de deux souches d'accouplement différentes fusionnent (caryogamie), donnant naissance à un zygote diploïde qui subit ensuite la méiose. Les noyaux haploïdes migrent dans les basidiospores, qui germent et génèrent des hyphes monocaryotiques. Le mycélium qui en résulte est appelé mycélium primaire. Les mycéliums de différentes souches d'accouplement peuvent se combiner et produire un mycélium secondaire qui contient les noyaux haploïdes de deux souches d'accouplement différentes. C'est le stade dicaryotique du cycle de vie des basidiomyces et c'est le stade dominant. Finalement, le mycélium secondaire génère un basidiocarpe, qui est un organe de fructification qui dépasse du sol; c'est ce que nous considérons comme un champignon. Le basidiocarpe porte les basides en développement sur les branchies sous son chapeau.


Basidiomycota : Le Club Fungi

Les champignons du Phylum Basidiomycota sont facilement reconnaissables au microscope optique à leurs fructifications en forme de massue appelées basides (au singulier, baside), qui sont les cellules terminales enflées des hyphes. Les basides, qui sont les organes reproducteurs de ces champignons, sont souvent contenues dans le champignon familier, couramment observé dans les champs après la pluie, dans les rayons des supermarchés et poussant sur votre pelouse. Ces basidiomycètes producteurs de champignons sont parfois appelés « champignons branchiaux » en raison de la présence de structures en forme de branchies sur la face inférieure de la calotte. Les branchies sont en fait hyphes compactés sur laquelle reposent les basides. Ce groupe comprend également les champignons des plateaux, qui s'accrochent à l'écorce des arbres comme de petits plateaux. De plus, les basidiomycota comprennent les charbons et les rouilles, qui sont d'importants agents pathogènes des plantes. La plupart des champignons comestibles appartiennent au Phylum Basidiomycota, cependant, certains basidiomycota ne sont pas comestibles et produisent des toxines mortelles. Par exemple, Cryptococcus neoformans provoque de graves maladies respiratoires.

Le cycle de vie des basidiomycètes comprend l'alternance des générations. La plupart des champignons sont haploïdes pendant la majeure partie de leur cycle de vie, mais les basidiomycètes produisent les deux des mycéliums haploïdes et dicaryotes, la phase dicaryotique étant dominante. (Remarque : la phase dicaryotique n'est techniquement pas diploïde, puisque les noyaux restent non fusionnés jusqu'à peu de temps avant la production de spores.) Chez les basidiomycètes, les spores sexuées sont plus courantes que les spores asexuées. Les spores sexuées se forment dans la baside en forme de massue et sont appelées basidiospores. Dans la baside, les noyaux de deux souches d'accouplement différentes fusionnent (caryogamie), donnant naissance à un zygote diploïde qui subit ensuite la méiose. Les noyaux haploïdes migrent dans quatre chambres différentes annexées à la baside, puis deviennent des basidiospores.

Chaque basidiospore germe et génère hyphes haploïdes monocaryotiques. Le mycélium qui en résulte est appelé mycélium primaire. Les mycéliums de différentes souches d'accouplement peuvent se combiner et produire un mycélium secondaire qui contient les noyaux haploïdes de deux souches d'accouplement différentes. C'est le stade dicaryotique dominant du cycle de vie des basidiomycètes. Ainsi, chaque cellule de ce mycélium possède deux noyaux haploïdes, qui ne fusionneront qu'à la formation de la baside. Finalement, le mycélium secondaire génère un basidiocarpe, un organe de fructification qui dépasse du sol - c'est ce que nous considérons comme un champignon. Le basidiocarpe porte les basides en développement sur les branchies sous son chapeau.


Champignons : Phylum Basidiomycota et Ascomycota (avec caractéristiques) | La biologie

Dans cet article, nous discuterons du phylum Basidiomycota et Ascomycota des champignons. Renseignez-vous également sur leurs caractéristiques, leur reproduction et leur classification.

Phylum Basidiomycota des Champignons :

Caractéristiques du Phylum Basidiomycota :

Les champignons et les champignons vénéneux avec lesquels la mycologie a commencé, les rouilles et les charbons, qui ont dévasté les cultures depuis l'histoire, les champignons « étagère » et « support » 8217 qui sont attachés aux arbres et minent leur vitalité, et tous appartiennent à Basidiomycota. Ce sont les champignons les plus évolués.

Les caractéristiques importantes du phylum sont :

3. Les connexions de serrage, et

Comme l'asque d'Ascomycota, la baside est une caractéristique diagnostique des Basidiomycota. Une baside typique est une structure en forme de massue portant apicale quatre basidiospores sur des projections pointues appelées stérigmates. La baside peut être cloisonnée, phragmobasidium ou non cloisonnée, holobaside.

Dans les rouilles et les charbons, les basides sont de nature entièrement différente. Les basidiospores se forment après la caryogamie et la méiose du noyau diploïde dans la baside et sont donc uninucléées et haploïdes. Ceux-ci peuvent être de deux types d'accouplement ou plus. Lors de la germination, les basidiospores donnent naissance à un mycélium primaire monocaryote.

Trois types de mycélium à savoir, primaire, secondaire et tertiaire se trouvent dans les Basidiomycota.

Le mycélium primaire est monocaryote (c'est-à-dire constitué de cellules haploïdes uninucléées) et est formé par la germination des basidiospores. Ce sont de différents types d'accouplement. Il existe pendant une très courte période et donne naissance au mycélium secondaire dicaryotique.

Le mycélium secondaire est constitué d'hyphes dicaryotes (binucléés) formés par les méthodes suivantes :

une. Somatogamie entre les cellules des hyphes monocaryotiques,

b. Fusion de deux basidiospores, et

c. Spermatisation des hyphes récepteurs (chez les rouilles uniquement).

La cellule binucléée unique formée par fusion de deux cellules du mycélium primaire ou entre deux basidiospores, se divise à plusieurs reprises et donne naissance à un mycélium secondaire, par ex. charbons.

Dans la spermatisation, qui se produit chez Puccinia, les spermatozoïdes atteignent les hyphes femelles réceptifs par le vent, les insectes, etc., et dicaryote l'une de ses cellules. Ainsi, une cellule binucléée est formée. Le noyau mâle se divise et son noyau fille migre dans la cellule adjacente, qui devient alors binucléée.

Cette division et migration du noyau mâle convertit le mycélium primaire en un mycélium secondaire, le mycélium secondaire est multiplié par des spores binucléées, par exemple des éciospores, qui donnent naissance à de plus en plus de thalles de mycélium secondaire.

Le mycélium secondaire forme la majeure partie de la phase somatique. Ainsi, les Basidiomycota ont une dicaryophase étendue et indépendante. Chez Ascomycota, la dicaryophase est de courte durée, limitée aux hyphes ascogènes, qui n'ont pas d'existence indépendante. La dicaryophase se termine par la formation de basides, qui se développent généralement sur les cellules terminales des hyphes dicaryotes.

La caryogamie et la méiose se produisent dans les basides et quatre noyaux haploïdes sont formés. Les basidiospores, formées à partir de ces noyaux haploïdes, représentent l'haplophase. Dans les rouilles et les charbons, la caryogamie et la méiose se produisent dans des spores spéciales appelées téliospores, qui sont formées à partir de cellules du mycélium dicaryotique.

Le mycélium tertiaire est associé à la formation des basidiocarpes autour des basides. Ses hyphes sont également dicaryotes comme le mycélium secondaire.

C'est une structure en forme de crochet associée à la division conjuguée des dicaryons dans le mycélium secondaire. Il s'agit d'un pontage pour les noyaux, s'ils ne peuvent pas traverser le pore septal, comme cela peut arriver en raison de la présence d'un septum dolipore. Une petite excroissance appelée ‘clamp- connection’ apparaît entre les deux noyaux d'une cellule binucléée et forme un crochet incurvé.

Les deux noyaux se divisent simultanément. Leurs fuseaux sont orientés de telle sorte que le noyau fille du noyau supérieur se trouve dans la pince tandis que celui du noyau inférieur se rapproche du noyau supérieur. La pince se plie et son extrémité touche la cellule, les parois intermédiaires se dissolvent et le noyau de la pince migre dans la cellule pour se situer près du noyau inférieur.

Deux septa sont maintenant posés – l'un longitudinal à l'endroit de l'origine de la connexion clamp, de manière à couper sa connexion d'origine avec la cellule, et l'autre transversalement à angle droit par rapport au premier septum longitudinal. Une nouvelle cellule fille est formée. La pince reste attachée en permanence à l'hyphe. Sa présence indique que l'hyphe est dicaryotique.

La microscopie électronique a révélé une autre caractéristique des Basidiomycota, le septum dolipore. C'est un mécanisme pour arrêter le mouvement nucléaire d'une cellule à l'autre.

Le septum autour du pore central fait saillie latéralement pour former un pore en forme de tonneau. Le pore des deux côtés est entouré d'une structure en forme de capuchon – appelée parenthèse ou ‘capuchon de pore nucléaire’. Il est constitué d'une double membrane et sa fonction est de fermer le pore.

L'apparition simultanée de connexions clamp et de septum dolipore suggère que la connexion clamp est un "by-pass" dans les hyphes ayant un septum fermé.

Reproduction du Phylum Basidiomycota :

Le bourgeonnement, la fragmentation, les oïdies, les chlamydospores et les conidies sont formés par les Basidiomycota. Cependant, la reproduction asexuée n'a pas beaucoup d'importance dans leur dissémination.

Le bourgeonnement des basidiospores est assez fréquent. Les oïdiums sont formés par séparation des cellules du mycélium primaire. Cela augmente les chances de contact entre les mycéliums primaires de souches opposées pour la dicaryotisation. La fragmentation du mycélium secondaire est fréquente. L'inoculum pour l'ensemencement du compost en champignonnière est obtenu par fragmentation du mycélium secondaire. Les urédospores et les éciospores, produits par les rouilles, par exemple Puccinia, sont d'origine conidienne.

Les organes sexuels distincts ne sont pas formés chez les Basidiomycota, sauf chez Puccinia, où les spermatozoïdes et les hyphes récepteurs sont distinctement les structures mâles et femelles. La plasmogamie, la caryogamie et la méiose, qui comprennent la reproduction sexuée, se produisent à différents intervalles et à différents endroits.

La plasmogamie se produit lorsque le mycélium secondaire est initié. La caryogamie est retardée en raison de la dicaryophase étendue. Finalement, la caryogamie se produit dans les basides formées par les cellules terminales du mycélium secondaire dicaryotique, ou dans les téliospores, et le promycélium.

La ségrégation des caractères se produit pendant la division méiotique, qui suit la caryogamie. Quatre noyaux haploïdes se sont formés. Les stérigmates apparaissent au fur et à mesure que de petites excroissances gonflent, dans chacune desquelles un noyau haploïde migre. Les gonflements se développent en basidiospores.

Les téliospores germent et forment un promycélium en forme de massue dans lequel se produisent la caryogamie et la méiose. Il devient cloisonné et quatre cellules se forment, chacune portant une basidiospore sur un stérigma court et pointu. La caryogamie et la méiose se produisent parfois dans la téliospore.

Ainsi, la téliospore et le promycélium remplissent conjointement la fonction de baside. La téliospore en germination est appelée hypobaside et promycélium, l'épibaside. Les deux forment ensemble l'appareil basidique. La téliospore avant la germination est considérée comme un probasidium enkysté.

Décharge de basidiospores :

Dans la majorité des Basidiomycota, les basidiospores sont déchargées violemment. Les basidiospores matures sont perchées de manière asymétrique sur l'extrémité des stérigmates pointus. Les basidiospores ont une projection minuscule - l'appendice hilaire, près du point d'attache au stérigma.

Juste avant qu'une spore ne soit projetée, une minuscule bulle de liquide (pas une goutte) apparaît au niveau de l'appendice hilaire, elle atteint une certaine taille et son expansion entraîne un jet explosif des basidiospores, jusqu'à une distance de 0,1 mm. Les spores matures sont violemment déchargées successivement et non simultanément.

Environ 90 pour cent des genres étudiés de Basidiomycota sont hétérothalliques. Ils peuvent être bipolaires (37 %) ou tétrapolaires (63 %). Les espèces bipolaires produisent des basidiospores de deux types d'accouplement, tandis que les espèces tétrapolaires produisent des basidiospores de quatre types d'accouplement.

Le Basidiome (= Basidiocarpe) :

Les basidiomycota, à l'exception des rouilles et des charbons, forment les basides dans les organes de fructification, appelés basidiomes (pl. basidiomata.). Parfois, elles sont belles et appelées fleurs de champignons. Les basidiomes de champignons, formés en cercles, ont reçu le nom d'anneaux de fées. Les hyphes somatiques restent sous terre.

Les basidiomes varient en taille, de minuscule ou microscopique à 3 pieds ou plus de diamètre. Les formes sont fantastiques. Les champignons, les champignons d'étagère, les champignons coralliens, les boules bouffantes, les cornes puantes et les champignons des nids d'oiseaux sont des basidiomycota importants nommés d'après la forme de leurs basidomes. Tout le monde les aimera au premier regard !

Classification du Phylum Basidiomycota :

Le phylum comprend 3 classes :

Les Urediniomycètes comprennent les champignons de la rouille, tandis que les Ustilaginomycètes contiennent les charbons. Les Basidiomycètes comprennent les anciens Hyménomycètes et Gastéromycètes. Les champignons de la rouille et du charbon ont été placés ensemble sous les téliomycètes, tandis que les hymeno et les gastéromycètes ont été classés dans des classes distinctes.

Ces changements de la séparation des charbons et des rouilles, malgré la formation des téliospores, et le regroupement des Hymeno-, et des Gastéromycètes, sont basés sur des études phylogénétiques moléculaires de leur gène d'ADN ribosomique 18 S, qui est maintenant considéré comme la méthode la plus fiable de trouver une parenté génétique.

Phylum Ascomycota des Champignons :

Caractéristiques du Phylum Ascomycota :

Les champignons appartenant au phylum Ascomycota sont caractérisés par :

3. La production d'un corps de fructification, et

4. L'absence de structures flagellées.

De tous, l'asque est le plus important et c'est ce caractère qui fait d'un champignon un ascomycète. Un asque est généralement une structure allongée ressemblant à un sac et contenant normalement huit ascospores. Les hyphes ont des cloisons perforées au centre. Les brins et noyaux cytoplasmiques migrent librement d'une cellule à l'autre. Le thalle, sauf chez les levures, est filamenteux.

Reproduction du Phylum Ascomycota :

La reproduction asexuée se fait par :

1. Le bourgeonnement ou la fission La fission est caractéristique des bactéries et parmi les champignons, elle se produit uniquement dans les levures à fission.

2. Fragmentation, se produit fréquemment dans tous les champignons,

Les Ascomycota se sont spécialisés dans la production de conidies et on dit que les conidies ont atteint leur apogée dans ce groupe. Une variété de conidies sont produites de cent manières différentes. Les conidiophores peuvent se trouver à l'extérieur sur les hyphes ou à l'intérieur des organes de fructification appelés pycnides (pl. = pycnides) ou acervulus (pl. = acervuli).

Les conidiophores peuvent être libres ou agrégés de diverses manières. Lorsque les conidiophores sont fusionnés, cela s'appelle synnema (pl. = synnemata). La fusion moins compacte s'appelle un coremium. Parfois, les conidiophores proviennent d'un stroma en forme de coussin (une masse de tissu hyphal). C'est ce qu'on appelle un sporodochie.

Un pycnide est un corps de fructification globulaire ou en forme de flacon ayant un ostiole au sommet tandis que l'acervulus est une structure en forme de disque généralement formée sous l'épiderme ou la cuticule de la plante hôte. Les conidies sont de différentes formes, tailles et couleurs. Parfois, les masses conidiales donnent une couleur caractéristique au champignon, par exemple, la moisissure verte Penicillium ou la moisissure noire, Aspergillus.

La reproduction sexuée se produit par plusieurs méthodes, à savoir, la copulation gamétangiale, le contact gamétangial, la spermatisation ou la somatogamie.

1. Copulation gamétangiale :

Les cellules somatiques agissent parfois comme des gamétanges (exemple de levure) qui fusionnent pour former une cellule diploïde unicellulaire, qui se développe directement en asque. Il n'y a pas de dicaryophase, c'est-à-dire qu'à aucun stade les cellules ne sont dicaryotes.

2. Contact gamétangial :

Des anthéridies et des ascogones morphologiquement distinctes (sing. = ascogonium, organe sexuel féminin) sont produites chez certains Ascomycota. Les ascogones sont généralement globuleuses et portent une excroissance en forme de cheveux appelée trichogyne. Parfois, l'ascogone est cylindrique et sans trichogyne.

Les anthéridies sont généralement en forme de massue. Les noyaux mâles passent dans l'ascogone par un pore formé sur la paroi ascogoniale au point de contact avec l'anthéridie. Chez certaines espèces, les anthéridies, bien que présentes, sont défuntes (non fonctionnelles) et les ascogones forment des asques parthénogénétiquement.

Les spermaties sont de minuscules cellules mâles ressemblant à des conidies qui sont produites sur de courts spermatiophores de la même manière que les conidies sont produites par des conidiophores. Les spermatozoïdes atteignent le trichogyne, s'y attachent et vident le contenu dans le trichogyne. Le noyau mâle migre et atteint l'ascogone, où il s'apparie avec le noyau femelle pour former le dicaryon (paire nucléaire).

Les hyphes somatiques des souches compatibles fusionnent et le noyau mâle migre dans l'ascogone par les perforations septales. Fréquemment, les cellules somatiques indifférenciées agissent comme l'ascogone.

Développement d'Ascus :

Les noyaux mâles, en atteignant l'ascogone, forment des dicaryons (paires de noyaux) avec les noyaux femelles. Ils ne fusionnent pas immédiatement pour former des noyaux diploïdes comme cela se produit chez Zygomycota. Ainsi, la caryogamie est retardée. Une dicaryophase intervient entre la plasmogamie et la caryogamie.

De petites protubérances apparaissent sur l'ascogone (ou la cellule somatique faisant office de cellule femelle), qui se développent et forment des hyphes ascogènes. Les dicaryons se multiplient par divisions conjuguées (simultanées) et les paires nucléaires filles migrent dans les hyphes ascogènes.

Plus tard, des septa sont déposés dans les hyphes ascogènes. Chaque cellule de l'hyphe ascogène est dicaryotique, à l'exception de la cellule terminale qui contient un seul noyau. La dicaryophase chez Ascomycota est représentée par des hyphes ascogènes, le reste des hyphes reste monocaryote et participe à la formation d'un épais revêtement protecteur autour des asques.

Toute cellule dicaryotique des hyphes ascogènes s'allonge et se plie pour former une cellule en forme de crochet ou de crosse, appelée cellule de crook. Ses deux noyaux se divisent de manière mitotique de manière à ce que leurs fuseaux se trouvent verticalement et parallèlement l'un à l'autre. Deux noyaux filles, un de chaque fuseau, se trouvent au coude du crochet tandis qu'un noyau se trouve à la pointe et un près du septum basal.

Deux septa sont déposés pour former trois cellules - des cellules basales et apicales uninucléées et une avant-dernière cellule binucléée. L'avant-dernière cellule agit comme la cellule initiale de l'asque. Les cellules basales et apicales fusionnent plus tard et le noyau de la cellule basale migre dans la cellule apicale, à travers un pore formé au point de contact.

Ainsi, la cellule apicale devient binucléée et répète les événements ci-dessus pour former une deuxième cellule initiale d'asque. Cela se produit à plusieurs reprises et plusieurs avant-dernières cellules se forment qui donnent naissance à des asques.

L'avant-dernière, ou cellules initiales de l'asque, s'allonge en une structure en forme de massue. Les deux noyaux, qui sont restés comme une paire dicaryote depuis l'époque de la plasmogamie, fusionnent pour former un noyau diploïde. Ainsi, la plasmogamie et la caryogamie se produisent à différents endroits, la plasmogamie dans l'ascogone et la caryogamie dans la cellule initiale de l'asque.

Le noyau diploïde subit une méiose entraînant la formation de quatre noyaux haploïdes. La ségrégation des types d'accouplement et d'autres caractères a lieu pendant la division méiotique. Les quatre noyaux, par division mitotique, forment huit noyaux.

Les ascospores s'organisent autour de ces huit noyaux par formation de cellules libres. Un peu de cytoplasme s'accumule autour de chaque noyau et plus tard un mur est posé. Le cytoplasme laissé inutilisé est connu sous le nom d'épiplasme, car il sert probablement à la nutrition des ascospores en développement.

L'asque s'est avéré d'une grande aide au généticien dans l'analyse de la ségrégation des caractères au cours de la méiose. Les produits méiotiques sont disposés de manière ordonnée et peuvent être prélevés pour analyse génétique. La ségrégation des caractères, qu'elle se produise au cours de la première ou de la deuxième division de la méiose, peut être connue. Parce que la division finale est mitotique, la conversion de la tétrade en 8 paires de noyaux d'ascospores ont la même constitution génétique.

En tout, il y a six modèles possibles de ségrégation des caractères deux modèles, si la ségrégation des allèles se produit dans la première division de la méiose et quatre modèles si la ségrégation se produit pendant la deuxième division de la méiose. Le rapport des types 1 et 2 aux autres types dépend de la position de l'allèle sur le chromosome par rapport à son centromère.

Formation d'Ascome (=Ascocarpe) :

Au cours du développement des asques, les hyphes monocaryotiques environnants organisent une épaisse couche protectrice autour des asques en développement. La paroi est formée de tissus fongiques prosenchymateux ou pseudoparenchymateux. Le manteau protecteur et les asques sont appelés conjointement les ascomes. Trois types d'ascomes sont connus, à savoir. (cléistothèce, périthèce et apothécie.

Cleistothecium, qui est généralement globuleux, est complètement fermé. Le périthèce est ostiolé, c'est-à-dire qu'il a un pore et est généralement en forme de flacon. L'apothécie est un ascome ouvert en forme de coupe ayant un hyménium exposé (couche d'asques). Les asques sont généralement allongés et en forme de massue, bien que des asques globuleux ou ovoïdes soient également fréquents. Ces asques, qui peuvent être pédonculés ou sessiles, sont disposés en une couche appelée hyménium.

Entremêlées aux asques de l'hyménium, se trouvent des structures ressemblant à des cheveux stériles appelées paraphyses (sing, paraphysis), qui aident à la libération et à la dispersion des ascospores. Le mur de l'asque peut être uni ou bituni et c'est un caractère important dans la taxonomie d'Ascomycota. Les asques unitunicate ont deux parois minces qui apparaissent comme une seule paroi.

Les asques bituniquées ont une paroi externe rigide et une paroi interne extensible. La paroi interne à maturité sort après la rupture de la paroi externe. La paroi interne extensible a un pore apical à travers lequel les spores sont éjectées de force. Dans les asques unitunicate, les ascospores sont éjectées de plusieurs manières : un pore, une fente, un opercule (couvercle) ou par rupture de la paroi apicale. Dans un grand nombre d'Ascomycota, les ascospores sont libérées de force.

Lorsque les ascospores atteignent un substrat approprié, elles germent et donnent naissance à un mycélium monocaryote.


122 classifications des champignons

À la fin de cette section, vous serez en mesure d'effectuer les opérations suivantes :

  • Identifiez les champignons et placez-les dans les cinq principaux phylums selon la classification actuelle
  • Décrire chaque embranchement en termes d'espèces représentatives majeures et de modes de reproduction

Le royaume Fungi contient cinq phylums majeurs qui ont été établis selon leur mode de reproduction sexuée ou à l'aide de données moléculaires. Les champignons polyphylétiques non apparentés qui se reproduisent sans cycle sexuel étaient autrefois placés par commodité dans un sixième groupe, les Deuteromycota, appelé « phylum de forme », car ils semblaient superficiellement similaires. Cependant, la plupart des mycologues ont abandonné cette pratique. Les progrès rapides de la biologie moléculaire et le séquençage de l'ARNr 18S (ARN ribosomique) continuent de montrer des relations nouvelles et différentes entre les différentes catégories de champignons.

Les cinq véritables phylums de champignons sont les Chytridiomycota (Chytrids), les Zygomycota (champignons conjugués), les Ascomycota (champignons sac), les Basidiomycota (champignons club) et le Phylum Glomeromycota récemment décrit ((Figure)).


Chytridiomycota : Les Chytrides

La seule classe dans le Phylum Chytridiomycota est le Chytridiomycetes. Les chytrides sont les Eumycota les plus simples et les plus primitifs, ou vrais champignons. Les archives évolutives montrent que les premiers chytrides reconnaissables sont apparus à la fin de la période précambrienne, il y a plus de 500 millions d'années. Comme tous les champignons, les chytrides ont de la chitine dans leurs parois cellulaires, mais un groupe de chytrides a à la fois de la cellulose et de la chitine dans la paroi cellulaire. La plupart des chytrides sont unicellulaires, cependant, quelques-uns forment des organismes multicellulaires et des hyphes, qui n'ont pas de cloisons entre les cellules (cénocytaires). Les Chytrides sont les seuls champignons à avoir conservé des flagelles. Ils produisent à la fois des gamètes et des zoospores diploïdes qui nagent à l'aide d'un seul flagelle. Une caractéristique inhabituelle des chytrides est que les gamètes mâles et femelles sont flagellés.

L'habitat écologique et la structure cellulaire des chytrides ont beaucoup en commun avec les protistes. Les chytrides vivent généralement dans des environnements aquatiques, bien que certaines espèces vivent sur terre. Certaines espèces prospèrent en tant que parasites sur les plantes, les insectes ou les amphibiens ((Figure)), tandis que d'autres sont des saprobes. L'espèce chytride Allomyces est bien caractérisé en tant qu'organisme expérimental. Son cycle de reproduction comprend à la fois des phases asexuées et sexuelles. Allomyces produit des zoospores flagellées diploïdes ou haploïdes dans un sporange.


Zygomycota : les champignons conjugués

Les zygomycètes sont un groupe relativement restreint de champignons appartenant au Phylum Zygomycota. Ils comprennent le moule à pain familier, Rhizopus stolonifère, qui se propage rapidement à la surface des pains, des fruits et des légumes. La plupart des espèces sont des saprobes, vivant de matières organiques en décomposition, quelques-unes sont des parasites, en particulier des insectes. Les zygomycètes jouent un rôle commercial considérable. Par exemple, les produits métaboliques de certaines espèces de Rhizopus sont des intermédiaires dans la synthèse des hormones stéroïdes semi-synthétiques.

Les zygomycètes ont un thalle d'hyphes cénocytaires dans lesquels les noyaux sont haploïdes lorsque l'organisme est au stade végétatif. Les champignons se reproduisent généralement de manière asexuée en produisant des sporangiospores ((Figure)). Les pointes noires de la moisissure du pain sont les sporanges gonflés remplis de spores noires ((Figure)). Lorsque les spores atterrissent sur un substrat approprié, elles germent et produisent un nouveau mycélium. La reproduction sexuée commence lorsque les conditions environnementales deviennent défavorables. Deux souches d'accouplement opposées (type + et type -) doivent être à proximité pour que la gamétange des hyphes soit produite et fusionne, conduisant à la caryogamie. Chaque zygospore peut contenir plusieurs noyaux diploïdes. Les zygospores diploïdes en développement ont des manteaux épais qui les protègent de la dessiccation et d'autres dangers. Ils peuvent rester dormants jusqu'à ce que les conditions environnementales soient favorables. Lorsque le zygospore germe, il subit une méiose et produit des spores haploïdes, qui, à leur tour, se développeront en un nouvel organisme. Cette forme de reproduction sexuée chez les champignons est appelée conjugaison (bien qu'elle diffère sensiblement de la conjugaison chez les bactéries et les protistes), d'où le nom de « champignons conjugués ».



Ascomycota : les champignons sac

La majorité des champignons connus appartiennent au Phylum Ascomycota , qui se caractérise par la formation d'un asque (pluriel, asci), une structure en forme de sac qui contient des haploïdes ascospores. Les ascomycètes filamenteux produisent des hyphes divisés par des septa perforés, permettant la diffusion du cytoplasme d'une cellule à l'autre. Les conidies et les asques, qui sont utilisées respectivement pour la reproduction asexuée et sexuée, sont généralement séparées des hyphes végétatifs par des septa bloqués (non perforés). De nombreux ascomycètes ont une importance commerciale. Certaines jouent un rôle bénéfique pour l'humanité, comme les levures utilisées dans la boulangerie, le brassage et la fermentation du vin, et directement comme mets délicats comme les truffes et les morilles. Aspergillus oryzae est utilisé dans la fermentation du riz pour produire du saké. D'autres ascomycètes parasitent les plantes et les animaux, y compris les humains. Par exemple, la pneumonie fongique constitue une menace importante pour les patients atteints du SIDA dont le système immunitaire est affaibli. Les ascomycètes non seulement infestent et détruisent directement les cultures, mais produisent également des métabolites secondaires toxiques qui rendent les cultures impropres à la consommation.

La reproduction asexuée est fréquente et implique la production de conidiophores qui libèrent des haploïdes conidiospores ((Chiffre)). La reproduction sexuée commence par le développement d'hyphes spéciaux à partir de l'un des deux types de souches d'accouplement ((Figure)). La souche "mâle" produit un anthéridium et la souche "femelle" développe un ascogonium. A la fécondation, l'anthéridie et l'ascogone se combinent en plasmogamie, sans fusion nucléaire. Des hyphes spéciaux dicaryotes ascogènes (producteurs d'asques) proviennent de ce dicaryon , dans lequel chaque cellule possède des paires de noyaux : un de la souche « mâle » et un de la souche « femelle ». Dans chaque asque, deux noyaux haploïdes fusionnent en caryogamie. Des milliers d'asques remplissent une fructification appelée ascocarpe. Le noyau diploïde de chaque asque donne naissance à des noyaux haploïdes par méiose et des parois de spores se forment autour de chaque noyau. Les spores de chaque asque contiennent les produits méiotiques d'un seul noyau diploïde. Les ascospores sont ensuite libérées, germent et forment des hyphes qui sont disséminés dans l'environnement et commencent de nouveaux mycéliums ((Figure)).


Laquelle des affirmations suivantes est vraie?

  1. Un asque dicaryotique qui se forme dans l'ascocarpe subit une caryogamie, une méiose et une mitose pour former huit ascospores.
  2. Un asque diploïde qui se forme dans l'ascocarpe subit une caryogamie, une méiose et une mitose pour former huit ascospores.
  3. Un zygote haploïde qui se forme dans l'ascocarpe subit une caryogamie, une méiose et une mitose pour former huit ascospores.
  4. Un asque dicaryotique qui se forme dans l'ascocarpe subit une plasmogamie, une méiose et une mitose pour former huit ascospores.


Basidiomycota : Le Club Fungi

The fungi in the Phylum Basidiomycota are easily recognizable under a light microscope by their club-shaped fruiting bodies called basidia (singular, basidium ), which are the swollen terminal cells of hyphae. The basidia, which are the reproductive organs of these fungi, are often contained within the familiar mushroom, commonly seen in fields after rain, on the supermarket shelves, and growing on your lawn ((Figure)). These mushroom-producing basidiomycetes are sometimes referred to as “gill fungi” because of the presence of gill-like structures on the underside of the cap. The gills are actually compacted hyphae on which the basidia are borne. This group also includes shelf fungi, which cling to the bark of trees like small shelves. In addition, the basidiomycota include smuts and rusts, which are important plant pathogens. Most edible fungi belong to the Phylum Basidiomycota however, some basidiomycota are inedible and produce deadly toxins. Par exemple, Cryptococcus neoformans causes severe respiratory illness. The infamous death cap mushroom (Amanita phalloides) is related to the fly agaric seen at the beginning of the previous section.


The lifecycle of basidiomycetes includes alternation of generations ((Figure)). Most fungi are haploid through most of their life cycles, but the basidiomycetes produce both haploid and dikaryotic mycelia, with the dikaryotic phase being dominant. (Note: The dikaryotic phase is technically not diploid, since the nuclei remain unfused until shortly before spore production.) In the basidiomycetes, sexual spores are more common than asexual spores. The sexual spores form in the club-shaped basidium and are called basidiospores. In the basidium, nuclei of two different mating strains fuse (karyogamy), giving rise to a diploid zygote that then undergoes meiosis. The haploid nuclei migrate into four different chambers appended to the basidium, and then become basidiospores.

Each basidiospore germinates and generates monokaryotic haploid hyphae. The mycelium that results is called a primary mycelium. Mycelia of different mating strains can combine and produce a secondary mycelium that contains haploid nuclei of two different mating strains. This is the dominant dikaryotic stage of the basidiomycete life cycle. Thus, each cell in this mycelium has two haploid nuclei, which will not fuse until formation of the basidium. Eventually, the secondary mycelium generates a basidiocarp , a fruiting body that protrudes from the ground—this is what we think of as a mushroom. The basidiocarp bears the developing basidia on the gills under its cap.


Which of the following statements is true?

  1. A basidium is the fruiting body of a mushroom-producing fungus, and it forms four basidiocarps.
  2. The result of the plasmogamy step is four basidiospores.
  3. Karyogamy results directly in the formation of mycelia.
  4. A basidiocarp is the fruiting body of a mushroom-producing fungus.

Asexual Ascomycota and Basidiomycota

Imperfect fungi —those that do not display a sexual phase—were formerly classified in the form phylum Deuteromycota , an invalid taxon no longer used in the present, ever-developing classification of organisms. While Deuteromycota was once a classification taxon, recent molecular analysis has shown that some of the members classified in this group belong to the Ascomycota ((Figure)) or the Basidiomycota. Because some members of this group have not yet been appropriately classified, they are less well described in comparison to members of other fungal taxa. Most imperfect fungi live on land, with a few aquatic exceptions. They form visible mycelia with a fuzzy appearance and are commonly known as mold .


The fungi in this group have a large impact on everyday human life. The food industry relies on them for ripening some cheeses. The blue veins in Roquefort cheese and the white crust on Camembert are the result of fungal growth. The antibiotic penicillin was originally discovered on an overgrown Petri plate, on which a colony of Penicillium fungi had killed the bacterial growth surrounding it. Other fungi in this group cause serious diseases, either directly as parasites (which infect both plants and humans), or as producers of potent toxic compounds, as seen in the aflatoxins released by fungi of the genus Aspergillus.

Glomeromycota

The Glomeromycota is a newly established phylum that comprises about 230 species, all of which are involved in close associations with the roots of trees. Fossil records indicate that trees and their root symbionts share a long evolutionary history. It appears that nearly all members of this family form arbuscular mycorrhizae : the hyphae interact with the root cells forming a mutually beneficial association in which the plants supply the carbon source and energy in the form of carbohydrates to the fungus, and the fungus supplies essential minerals from the soil to the plant. The exception is Geosiphon pyriformis, which hosts the cyanobacterium Nostoc as an endosymbiont.

The glomeromycetes do not reproduce sexually and do not survive without the presence of plant roots. Although they have coenocytic hyphae like the zygomycetes, they do not form zygospores. DNA analysis shows that all glomeromycetes probably descended from a common ancestor, making them a monophyletic lineage.

Résumé de la section

Chytridiomycota (chytrids) are considered the most ancestral group of fungi. They are mostly aquatic, and their gametes are the only fungal cells known to have flagella. They reproduce both sexually and asexually the asexual spores are called zoospores. Zygomycota (conjugated fungi) produce non-septate hyphae with many nuclei. Their hyphae fuse during sexual reproduction to produce a zygospore in a zygosporangium. Ascomycota (sac fungi) form spores in sacs called asci during sexual reproduction. Asexual reproduction is their most common form of reproduction. In the Basidiomycota (club fungi), the sexual phase predominates, producing showy fruiting bodies that contain club-shaped basidia, within which spores form. Most familiar mushrooms belong to this division. Fungi that have no known sexual cycle were originally classified in the “form phylum” Deuteromycota, but many have been classified by comparative molecular analysis with the Ascomycota and Basidiomycota. Glomeromycota form tight associations (called mycorrhizae) with the roots of plants.

Questions de connexion visuelle

(Figure) Which of the following statements is true?

  1. A dikaryotic ascus that forms in the ascocarp undergoes karyogamy, meiosis, and mitosis to form eight ascospores.
  2. A diploid ascus that forms in the ascocarp undergoes karyogamy, meiosis, and mitosis to form eight ascospores.
  3. A haploid zygote that forms in the ascocarp undergoes karyogamy, meiosis, and mitosis to form eight ascospores.
  4. A dikaryotic ascus that forms in the ascocarp undergoes plasmogamy, meiosis, and mitosis to form eight ascospores.

(Figure) Which of the following statements is true?

  1. A basidium is the fruiting body of a mushroom-producing fungus, and it forms four basidiocarps.
  2. The result of the plasmogamy step is four basidiospores.
  3. Karyogamy results directly in the formation of mycelia.
  4. A basidiocarp is the fruiting body of a mushroom-producing fungus.

Questions de révision

The most primitive phylum of fungi is the ________.

Members of which phylum produce a club-shaped structure that contains spores?

Members of which phylum establish a successful symbiotic relationship with the roots of trees?

The fungi that do not reproduce sexually used to be classified as ________.

A scientist discovers a new species of fungus that introduces genetic diversity during reproduction by creating a diploid zygote. This new species cannot belong to which modern phylum of fungi?

Questions de pensée critique

What is the advantage for a basidiomycete to produce a showy and fleshy fruiting body?

By ingesting spores and disseminating them in the environment as waste, animals act as agents of dispersal. The benefit to the fungus outweighs the cost of producing fleshy fruiting bodies.

For each of the four groups of perfect fungi (Chytridiomycota, Zygomycota,
Ascomycota, and Basidiomycota), compare the body structure and features, and provide an example.

Chytridiomycota (Chytrids) may have a unicellular or multicellular body structure some are aquatic with motile spores with flagella an example is the Allomyces. Zygomycota (conjugated fungi) have a multicellular body structure features include zygospores and presence in soil examples are bread and fruit molds. Ascomycota (sac fungi) may have unicellular or multicellular body structure a feature is sexual spores in sacs (asci) examples include the yeasts used in bread, wine, and beer production. Basidiomycota (club fungi) have multicellular bodies features includes sexual spores in the basidiocarp (mushroom) and that they are mostly decomposers mushroom-producing fungi are an example.

Glossaire


Basidiomycota: The Club Fungi

The fungi in the Phylum Basidiomycota are easily recognizable under a light microscope by their club-shaped fruiting bodies called basidia (singular, baside), which are the swollen terminal cell of a hypha. The basidia, which are the reproductive organs of these fungi, are often contained within the familiar mushroom, commonly seen in fields after rain, on the supermarket shelves, and growing on your lawn (see the figure below). These mushroom-producing basidiomyces are sometimes referred to as “gill fungi” because of the presence of gill-like structures on the underside of the cap.

The “gills” are actually compacted hyphae on which the basidia are borne. This group also includes shelf fungus, which cling to the bark of trees like small shelves. In addition, the basidiomycota includes smuts and rusts, which are important plant pathogens toadstools, and shelf fungi stacked on tree trunks. Most edible fungi belong to the Phylum Basidiomycota however, some basidiomycetes produce deadly toxins. Par exemple, Cryptococcus neoformans causes severe respiratory illness.

The fruiting bodies of a basidiomycete form a ring in a meadow, commonly called “fairy ring.” The best-known fairy ring fungus has the scientific name Marasmius oreades. The body of this fungus, its mycelium, is underground and grows outward in a circle. As it grows, the mycelium depletes the soil of nitrogen, causing the mycelia to grow away from the center and leading to the “fairy ring” of fruiting bodies where there is adequate soil nitrogen. (Credit: “Cropcircles”/Wikipedia Commons)]

The lifecycle of basidiomycetes includes alternation of generations (see the figure below). Spores are generally produced through sexual reproduction, rather than asexual reproduction. The club-shaped basidium carries spores called basidiospores. In the basidium, nuclei of two different mating strains fuse (karyogamy), giving rise to a diploid zygote that then undergoes meiosis. The haploid nuclei migrate into basidiospores, which germinate and generate monokaryotic hyphae. The mycelium that results is called a primary mycelium. Mycelia of different mating strains can combine and produce a secondary mycelium that contains haploid nuclei of two different mating strains. This is the dikaryotic stage of the basidiomyces lifecyle and and it is the dominant stage. Eventually, the secondary mycelium generates a basidiocarp, which is a fruiting body that protrudes from the ground—this is what we think of as a mushroom. The basidiocarp bears the developing basidia on the gills under its cap.

Art Connection

The lifecycle of a basidiomycete alternates generation with a prolonged stage in which two nuclei (dikaryon) are present in the hyphae.


Fairly common throughout Britain and Ireland, Typhula fistulosa is one of those easily missed fungi, because its light brown stems look very much like twigs or young shoots yet to burst into leaf. This club fungus is found in most countries in mainland Europe, and it is reported also from parts of North America.

Some club-like and coral-like fungi are ascomycetous, but fairy clubs of Typhula and related genera belong to the Basidiomycota.

Pipe Club was first described scientifically in 1790 by Danish mycologist Johan Theodor Holmskjold (1731 - 1793), who gave it the binomial scientific name Clavaria fistulosa. The currently-accepted scientific name Typhula fistulosa dates from a 2013 publication by Spanish mycologist Ibai Olariaga.

Synonyms of Typhula fistulosa include Clavaria fistulosa Holmsk., Clavaria ardenia Sowerby, Tremella ferruginea Schumach., Clavariadelphus fistulosus (Holmsk.) Corner, Typhula fistulosa (Holmsk.) Olariaga, and Macrotyphula fistulosa (Holmsk.) R.H. Petersen.


Basidiomycota

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Basidiomycota, large and diverse phylum of fungi (kingdom Fungi) that includes jelly and shelf fungi mushrooms, puffballs, and stinkhorns certain yeasts and the rusts and smuts. Basidiomycota are typically filamentous fungi composed of hyphae. Most species reproduce sexually with a club-shaped spore-bearing organ ( basidium) that usually produces four sexual spores (basidiospores). Basidia are borne on fruiting bodies (basidiocarps), which are large and conspicuous in all but the yeasts, rusts, and smuts.

The common name bird’s nest fungus includes species of the genera Crucibulum, Cyathus, et Nidularia of the family Nidulariaceae (order Agaricales), which contains about 60 species. The hollow fruiting body resembles a nest containing eggs ( peridioles). The peridioles carry the spores when they disperse at maturity.

Jelly fungus is the common name for several species of the cosmopolitan order Tremellales, including those of the genus Tremella (40 species), so called because they have jellylike fruiting bodies. Frequently brightly coloured (especially yellow and orange) or white, the fungi occur on decaying wood after heavy rains in late summer.

Many species of the subphylum Pucciniomycotina do not form fruiting bodies. The smut fungi, parasitic on higher plants, cause leaf spots, witches’-broom (tufted growth), and galls (swellings).

The ear fungus (Auricularia auricula-judae) is a brown, gelatinous edible fungus found on dead tree trunks in moist weather in the autumn. One of 10 widespread Auriculaire species, it is ear- or shell-shaped and sometimes acts as a parasite, especially on elder (Sambucus).

Specific basidiomycete yeasts are known to be lichen symbionts, together with unrelated fungi (typically ascomycetes) and green algae or cyanobacteria. These yeasts are found in the cortex of many macrolichens.

This article was most recently revised and updated by Melissa Petruzzello, Assistant Editor.


Basidiomycetes: Meaning, Features and Significance| Fungi

Basidiomycetes are fairly a large group of fungi represented by about 1100 genera consisting of 16,000 species and classified under the sub-division Basidiomycotina. Many of the Basidiomycetes are the familiar larger fleshy fungi such as mushrooms, toadstools, puffballs, geasters, stinkhorns, earth stars, bird’s nest fungi, jelly fungi bracket fungi, rusts, and smuts.

Majority of the Basidiomycetes are saprophytes causing decay of litter, wood or dung. A few forms are found as symbionts forming mycorrhizae in trees, whereas some ones are destructive parasites destroying a wide range of woody and herbaceous plants. Rusts and smuts are pathogenic to plants causing important diseases and are restricted to live tissues of their respective host plants.

Salient Features of Basidiomycetes:

(i) Thallus is usually mycelial (some are yeasts called basidiomycetous yeasts). Hyphae are septate. In some cases, a number of hyphae lying parallel to one another are joined together to form thick strands enveloped in a sheath or cortex and behave as a unit or tissue. This modified hyphal form is called rhizomorph.

(ii) The mycelium of most of the Basidiomycetes passes through three distinct stages of development, which are called primary mycelium (monokaryotic and develops from the germination of sexual spore called basidiospore), secondary mycelium (dikaryotic and develops from primary mycelium after the process of plasmogamy during sexual reproduction), and tertiary mycelium (represented by well-matured secondary mycelia that compose the fruiting bodies called basidiomata of complex Basidiomycetes).

(iii) Septa in hyphae are simple or characteristic dolipore. The dolipore septum flares sharply and broadly in the middle portion forming a barrel-shaped structure with open ends, which is covered by membranous structure called paranthesome or septal pore cap.

(iv) Cell wall is made up of chitin and glucans.

(v) In all the Basidiomycetes, except the rusts, a specialized structure called clamp-connection is formed on the secondary mycelium. Clamp-connection is a device for the perpetuation of dikaryophase in the secondary mycelia in Basidiomycetes.

(vi) The asexual reproduction takes place by oidia, conidia, or chlamydospore formation. Out of the several types of spores developed in the life cycle of rusts and smuts, some (e.g., uredospore) function as asexual spores. The higher taxa of this class lack asexual reproduction.

(vii) No specialized sex organs develop in Basidiomycetes and sexual reproduction takes place by conjugation of nuclei of two different strains.

(viii) During sexual reproduction, the dikaryotic cell is formed by spermatization, somatogamy, clamp- connection, or Buller phenomenon.

(ix) Karyogamy does not occur just after plasmogamy because there exists a prolonged dikaryophase between plasmogamy and karyogamy. The fusion of nuclei of two different strains occurs within the basidial mother cell.

(x) Meiosis takes place just after karyogamy resulting in haploid daughter nuclei that are used in the formation of basidiospores.

(xi) Basidiospores are the characteristic haploid sexual spores of basidiomycetous fungi, which are produced exogenously on the surface of basidia after karyogamy and meiosis within nuclei lying inside basidia. If the sexual spore of a fungus is a basidiospore, the fungus is a Basidiomycete regardless of any other character. This one character distinguishes Basidiomycetes from all other fungi.

(xii) Except rusts and smuts, the Basidiomycetes usually produce fruiting bodies called basidiomata (sing. basidioma), which were earlier called basidiocarps.

Significance of Basidiomycetes:

(i) Rusts and smuts cause many diseases of cereals and other economically important plants resulting in great loss in production that brings famine in certain parts of the world.

(ii) Mushrooms are edible and are enjoyed by mycophagists for food and flavour. Agaricus, Pleurotus, and Volvoriella are cultivated on large scale throughout the world. Mushroom cultivation industry is growing fastly.

(iii) Some mushrooms (called toadstools) such as Amanita spp. are deadly poisonous, while others such as Psilocybe spp. produce hellucinogenic chemical substances.

(iv) The polypores cause enormous damage to forest trees as parasites and to timber as saprophytes.

(v) Mycelia of basidiomycetous fungi play significant role in decomposition of organic matter and recycling of nutrients. It is because they bear ability to produce various extracellular enzymes which break down complex chemicals like cellulose and lignin.